LES ACTUALITES AUSTRALIENNES EN 2007

L'AUSTRALIE EN FRANCE

 

Peinture contemporaine des Aborigenes d’Australie (Alpes-maritimes - 06 (Source : "acryom.com")

Date : 12 janvier 2008 - 14 janvier 2008
Adresse : Galerie Princesse de Kiev, 1 rue Valperga, 06000 Nice

"PEINDRE POUR VIVIFIER LA TERRE" : LA PEINTURE CONTEMPORAINE DES ABORIGENES D'AUSTRALIE
Exposition – Vente les samedi 12, dimanche 13 et lundi 14 janvier 2008 à la galerie Princesse de Kiev, 1 rue Valperga à Nice
Conférence chaque jour à 17 h (Entrée libre)

OU L'EXPRESSION D'UNE SPIRITUALITE MULTI MILLENAIRE RENCONTRE LES FORMES ARTISTIQUES LES PLUS MODERNES
La naissance de la peinture aborigène est un de ces moments magiques où le génie d'un peuple transforme sa souffrance en création. La peinture aborigène telle que nous la découvrons ici est née de la rencontre d'une spiritualité ancestrale confrontée au traumatisme de la colonisation européenne, mais aussi de l'accès aux matériaux modernes qui ont permis son évolution et sa diffusion.
Profondément authentique mais non figée, nourrie comme depuis toujours de l'inépuisable répertoire de mythes du Temps du Rêve, elle est un art hybride dont l'avènement fait échec au chaos.

UN PEUPLE “ARTISTE NE”
Dans les années 1970, alors que les peuples nomades aborigènes contraints à la sédentarisation par la politique d'assimilation dépérissaient loin de leurs territoires, les Anciens acceptèrent, sous l'influence bienveillante de quelques Australiens blancs éclairés, de transposer sur matériaux modernes les motifs symboliques immémoriaux qu'ils traçaient jusqu'alors en situations cérémonielles sur la pierre, sur le sable, sur le corps des officiants et sur les objets sacrés. Des univers picturaux étonnants surgirent alors sous les doigts de ce peuple « artiste né ».

SOIXANTE TOILES DU DESERT ET DES KIMBERLEY
Au Musée Branly à Paris, en 2005, les Français ont pu découvrir la peinture aborigène. Actuellement, le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Nice expose une soixantaine d'œuvres et débarrasse avec bonheur la peinture aborigène de la vision encore trop “ethnique” qui prévalait en France.
L'exposition “Peindre pour vivifier la terre” présente des œuvres de communautés importantes et de peintres reconnus tels que Naata Nungurrayi, Kenny Williams Tjampinjimpa, Ningura Napurrula, Rusty Peters, Nyurapaya Bennett Nampinjimpa, Mitjili Napurrula, Jeannie Petyarre...
L'exposition comporte une soixantaine de toiles principalement d'artistes de Papunya Tula (Pintupis, Warlpiris, Pitjantjarras), mais aussi quelques oeuvres d'Utopia et une dizaine de toiles du Kimberley (école de Turkey Creek) réalisées en pigments naturels issus de la terre australienne.

ENTRER DANS UN AUTRE PARADIGME
La conférence donnée chaque jour d'exposition à 17 heures par Michèle Panhelleux-Ferlin, arthérapeute, permettra d'entrer pleinement dans cette peinture “agissante”, bourrée de sens, et de faire sentir l'univers mental du peuple étonnant qui la produit.

LA GALERIE PRINCESSE DE KIEV
Située au cœur de Nice, dans le nouveau quartier des galeries, des expositions et des ateliers d’artistes, la Galerie « Princesse de Kiev » a l’ambition de faire découvrir aux amateurs d'art et collectionneurs du Sud de la France des artistes d’exception

POUR PLUS D'INFORMATION sur les œuvres, les artistes ou les Aborigènes d'Australie n'hésitez pas à nous contacter : Daniel Duhautbout. 04 93 80 42 07 / contact@princessedekiev.fr
contact : +33 (0)4 93 80 42 07

Le 21 DECEMBRE : L'Australie s'affiche dans la presse et sur internet (Source : "tourmagazine.fr")

Pour lire un article sur les fêtes de fin d'année en Australie sur www.tourmag.com, le premier portail des professionnels du tourisme francophone
cliquez ici

Le 13 DECEMBRE : Peinture aborigène à Nice : Du quai Branly à la Baie des Anges (Source : "http://artsetspectacles.nouvelobs.com")

Au commencement étaient les Grands Ancêtres, témoins de la création de l'Australie. Durant des millénaires, les tribus de ce continent célébrèrent lors de cérémonies rituelles ce temps lointain qui fut nommé le «temps du rêve». A l'occasion de ces célébrations, les Aborigènes composaient sur le sol, à l'aide de pigments naturels, des «fresques» évoquant la naissance de cet univers et de ses créatures. Longtemps ignoré, cet art aborigène prit un nouvel essor au début des années 1970, lorsqu'un instituteur originaire de Sydney, Geoffrey Bardon, suggéra à ses élèves d'une communauté du désert du Centre australien de reproduire sur les murs de leur école certains des motifs picturaux de ces compositions. Quelques-uns furent reproduits sur des panneaux de bois et bientôt sur des toiles. Aux pigments naturels succéda l'acrylique. Ce fut la naissance d'un art qui suscita rapidement la curiosité des collectionneurs.
Parmi ceux-ci, deux Français, Francis Missana et Marc Sordello. Patiemment - et prudemment - ils ont rassemblé au fil des années une superbe collection d'oeuvres signées par des artistes contemporains. Certains sont déjà connus, telle Ningura Napurrula, qui fut l'une des artistes invités à réaliser les fresques ornant un des bâtiments du Musée du Quai-Branly. Mais la plupart, il est vrai, restent à découvrir. D'où l'intérêt de cette exposition qui réunit une soixantaine de peintures acryliques réalisées par des artistes vivant dans les déserts d'Australie centrale. Leurs points communs ? L'absence totale de figuration, le recours à des motifs empruntant à la tradition (celle du point jadis dessiné sur le sol par un bâtonnet, des motifs géométriques, des courbes) et, enfin, l'utilisation d'une palette de couleurs proche de celle des teintes végétales ou minérales. Ces paysages parcourus d ondulations sableuses ou de lignes d'éclairs laissent deviner des formes (reliefs, plantes, animaux) dont la richesse vient faire écho à la richesse de l'univers. A la vie, à ses chatoiements, tout simplement.

«Peinture aborigène contemporaine des déserts du Centre et de l'Ouest australiens», Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain (Mamac), Nice; 04-97-13-42-01. Jusqu'au 10 février 2008.

Le 3 DECEMBRE : L'Australie s'affiche dans la presse et sur internet (Source : "tourmagazine.fr")

Pour lire un article sur l'Australie sur www.tourmag.com, le premier portail des professionnels du tourisme francophone
cliquez ici

Le 13 OCTOBRE : Ambassade d'Australie en France : Les Wallabies : Un siècle de rugby (Source : "france.embassy.gov.au")

NDLR : Je n'ai malheureusement découvert l'existence de cette exposition que très récemment ....

Evénements australiens en France : LES WALLABIES: UN SIECLE DE RUGBY AUSTRALIEN
à l'Ambassade d'Australie du 31 août au 21 octobre 2007

L'Ambassade d'Australie présente, du 31 août au 21 octobre 2007, une exposition inédite qui retrace un siècle de rugby international en Australie. L'exposition reprend les grandes lignes du développement du jeu en Australie depuis la première tournée de l'équipe en Angleterre en 1908 jusqu'à l'aube de la Coupe de Monde 2007, en passant par des grands héros du stade australiens, leur régime alimentaire, les règles du jeu ainsi qu';un lexique fort utile pour les débutants.
L'occasion pour les amateurs de rugby de découvrir, entre deux matchs, les grandes figures du rugby australien.

Plus d'info...

Les Wallabies, l'équipe nationale de rugby à XV d'Australie, considérée comme l'une des meilleures sélections nationales au monde de par son palmarès, est actuellement deuxième du classement des équipes nationales de rugby.
Chaque année, elle dispute le Tri-Nations contre les équipes de Nouvelle-Zélande et d’Afrique du Sud, respectivement classées première et quatrième équipes nationales. Elle effectue aussi régulièrement des tournées pour se confronter aux équipes européennes et rencontre celles-ci tous les quatre ans lors de la Coupe du Monde de Rugby. Rivale séculaire des All Blacks, la sélection australienne est la seule formation à compter deux titres de champion de monde, gagnés en 1991 et 1999.

L’équipe des Wallabies est placée sous le patronnage de l'Australian Rugby Union (ARU) depuis 1949. Avant cette date, la New South Wales Rugby Union, créée en 1874 sous le nom de Southern Rugby Union, était chargée d'organiser et de développer le rugby à XV en Australie.

Pourquoi les « Wallabies » ?

Les Wallabies ont trouvé leur nom lors de la première tournée de l’équipe au Royaume-Uni en 1908. Cette tournée suivait celle de l’équipe de Nouvelle-Zélande, baptisée les All Blacks par les médias britanniques, en référence à la tenue noire des joueurs.
La presse britannique propose de trouver également un surnom à l’équipe australienne, et suggère celui des Rabbits (lapins). L’équipe rejette énergiquement cette idée, ne voulant pas être assimilée à une ‘peste importée’, et opte pour le wallaby, un animal emblématique d’Australie.

L'exposition se déroule :
Ambassade d'Australie
4, rue Jean Rey, Paris 15ème
Métro Bir-Hakeim ou RER Champ de Mars
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00 sauf jours fériés
Accès libre

Le 16 FEVRIER : Découverte : L'Australie francilienne (Source : "Le Parisien" (Edition "papier"))

Plus de 20 000 kilomètres séparent la France de l'Australie ... En attendant de pouvoir s'offrir le voyage, on peut actuellement admirer l'art contemporain venu de Sydney pour s'exposer à la halle Saint-Pierre et découvrir du même coup que la région ne manque pas d'adresses où humer l'air d'Océanie

Art Brut
Sans Philip Hammial et sa passion pour l'Australie, Paris n'aurait pas découvert l'exposition "Australian Outsiders", importée de Sydney. Un mélange d'oeuvres contemporaines (dessins, peintures et sculptures) insolites, très colorées : de l'art brut, presque naÏf.
Australian Outsiders
jusqu'au 11 mars
tous les jours de 10 à 18 heures
Halle Saint-Pierre 2 rue Ronsard Paris 18ème - Métro Anvers - Tél : 01 42 58 72 89
Tarif : 7 €
Site internet : www.hallesaintpierre.org

Culture aborigène
Dans un tout autre style, les oeuvres aborigènes du musée du quai Branly (peintures sur toiles ou sur écorces) présentent une culture où rêve et nature tiennent une place prépondérante.
Musée du quai Branly
du mardi au dimanche de 10 à 18h30 Nocturne le jeudi jusqu'à 21h30
37 quai Branly Paris 7ème - Métro Bir-Hakeimm - Tél : 01 56 61 70 00
Tarif : 8,50 €

Histoire peinte et contée
Le Galeriste Stéphane Jacob propose une formule plus intime, accueillant ses invités d'un soir dans un appartement du XVIIe, pour leur conter avec passion l'histoire de la culture australienne, à travers de magnifiques oeuvres d'art.
Galerie Stéphane Jacob
179 boulevard Peireire
75017 PARIS
Tél : 01 46 22 23 20 Entrée libre sur rendez-vous
Site inetrnet : www.artsdaustralie.com

Kangourou et patate douce
Pour surprendre ses papilles, direction le "Kiwi Corner", avec sa déco autralo-néo-zélandaise et ses plats copieux (formules de 25,50 € à 29,50 € le soir). En entrée, on optera pour les kebabs de kangourou ou la patate douce (7 €), suivi d'un mix-barbecue australien, kangourou sauce barbecue ou encore "chicken paradise" : un surprenant mais délicieux poulet farci de bananes et povrons. en dessert, tentez la mystérieuse "pavlova australienne" (6 €) et accompagnez le tout d'un bon vin australien.
"Kiwi Corner"
125 rue Servandoni
75006 PARIS
Tél : 01 46 33 12 06 Ouvert du lundi au samedi
Métro : saint-Sulpice
Site inetrnet :www.kiwicorner.fr

Boomerang au Parc de Sceaux
C'est le seul sport où le lanceur sert aussi de cible - lorsqu'on pratique le boomerang avec retour.
Record de distance : 238 mètres
Mais comme le dit Serge du Art Boomerang Club Paris, le plaisir de jouer est encore plus grand lorsqu'on à construit son propre boomerang".
Renez-vous donc chaque 1er dimanche du mois à 10 heures au Parc de Sceaux, sur la pelouse dite de la Patte d'Oie pour construire un boomerang et apprendre à s'en servir.
Premier dimanche de chaque mois de 10 heures à 13 heures
au Parc de Sceaux (Hauts-de-Seine
Tél : 01 42 37 09 75
Site inetrnet :www.artboomerangclub.fr.st"