LES ACTUALITES AUSTRALIENNES EN 2004

ECONOMIE

 

Le 6 AVRIL : Qantas crée une compagnie low-cost en Asie (Source : "reuters.fr")

La compagnie aérienne australienne Qantas Airways a l'intention de se lancer dans le transport aérien à bas prix en Asie via la création d'une compagnie singapourienne.
La nouvelle compagnie, créée conjointement avec Temasek Holdings, une émanation de l'Etat singapourien et deux hommes d'affaires de la ville-Etat, commencera à fonctionner cette année en desservant les villes d'Asie situées dans un rayon de cinq heures de vol de Singapour.
Qantas lancera aussi en mai une compagnie "low-cost" australienne, Jetstar, pour des dessertes régionales. Elle détient en outre Australian Airlines qui dessert des villes asiatiques pour un coût inférieur à sa maison mère.
Pour ce qui concerne la compagnie singapourienne, l'investissement de départ s'élève à 100 millions de dollars australiens (60 millions de dollars américains). Qantas détiendra 49,9 % de la compagnie, Temasek 19 % et les hommes d'affaires Tony Chew et F.F. Wong respectivement 21,1 et 10 %.
Grâce à leur succès en Europe et aux Etats-Unis, les compagnies low-cost commencent à concurrencer les compagnies traditionnelles asiatiques comme Singapore Airlines et Malaysian Airline System ...

Le 6 AVRIL : Le groupe de Rupert Murdoch s'expatrie aux Etats-Unis (Source : "edicom.ch")

L'empire médiatique News Corp., du magnat de la presse Rupert Murdoch, a choqué ses actionnaires australiens en annonçant, mardi, qu'il transférait ses actions principales sur le marché américain d'ici la fin de l'année. Transférer sa cote boursière officielle aux Etats-Unis vise à augmenterde façon significative le nombre d'actionnaires internationaux et à stimuler la demande de parts, a annoncé la compagnie dans un communiqué.
L'entreprise était déjà côtée en bourse aux Etats-Unis et en Angleterre, mais la majorité de ses actions se trouvaient en Australie, où l'entreprise a vu le jour. Toutefois, Murdoch ainsi que d'autres hauts dirigeants sont déjà installés en Amérique et administrent l'empire de là.
Pourtant, l'entreprise avait, jusqu'à ce jour, maintenu ses racines en Australie, en continuant d'organiser ses assemblées générales annuelles dans le sud du pays, à AdelaÏde, où la compagnie est officiellement basée. Murdoch avait hérité de son père, il y a 50 ans, une petite entreprise de presse du sud de l'Australie, pour ensuite la transformer en empire mondial.
Avec les changements proposés, les actionnaires pourront échanger leurs parts contre des équivalences dans un nouveau News Corp., baséau Delaware et qui sera la nouvelle entité incorporée au groupe. Ces changements doivent être approuvés par les actionnaires principaux et la compagnie a déclaré que les intérêts de la famille ne se prononceraient pas lors du vote.
News Corp. a affirmé vouloir continuer à être coté en bourse à Londres et en Australie même si le groupe allait davantage concentrer ses opérations à la bourse de New York. Selon le communiqué, "News Corp. continuera de posséder, de développer et d'améliorer ses investissements et ses importantes filiales en Australie."

Le 6 AVRIL : News Corp. veut quitter l'Australie pour les Etats-Unis (Source : "latribune.fr")

l'Australie va perdre l'un de ses fleurons : la plus importante entreprise nationale, le groupe de médias de Rupert Murdoch, va déménager avant la fin de l'année ...

News Corp. va installer son siège aux Etats-Unis. Basé actuellement à Adelaïde, le groupe s'installera au Delaware. Cette décision devrait permettre à l'entreprise de géant des médiasRupert Murdoch d'être cptée à Wall Street et d'accroître ainsi la base de ses actionnaires.
"La réorganisation proposée sera favorable à tous les actionnaires" grâce à l'élargissement de l'actionnariat qui devrait en résulter et à une meilleure liquidité du titre, a expliqué le groupe dans un communiqué. Elle permettra également "l'accès au marché américain", même si l'action continuera à être cotée en Australie, et "l'éligibilité à différents indices américains".
Ce mouvement "ne changerait rien aux engagements (du groupe) en Australie", a ajouté l'entreprise, aussi bien en termes d'activité que d'emplois. Il devrait avoir lieu avant la fin de l'année, après avoir reçu l'accord des actionnaires et des autorités.
"La proposition reflète également ma présence de News Corporation aux Etats-Unis, où plus de 75 % des revenus et profits de l'entreprise sont générés", justifie encore le groupe. News Corp. rassemble 175 journaux et magazines et de nombreuses chaînes de télévision, le tout réparti sur l'Europe, l'Asie, les Etats-Unis et l'Australie, le pays d'origine de son propriétaire, Rupert Murdoch. Celui-ci a débuté dans les médias en 1952 en héritant de son père le petit groupe "Adelaïde News". Aujourd'hui, News Corp. est évalué à 25,5 milliars de dollars.

Le 1er AVRIL : CSL boucle le rachat d'Aventis Behring (Source : "boursorama.com")

CSL Ltd a annoncé jeudi qu'il avait bouclé l'achat des produits sanguins d'Aventis SA, faisant du groupe australien le leader mondial des produits tirés du plasma humain.
Cette opération représenterait 675 millions de dollars.
Neuf analystes pensent en moyenne que la nouvelle entité, qui s'appellera ZLB Behring, triplera presque le bénéfice net de CSL à 211 millions de dollars australiens (159 millions de dollars américains) durant l'exercice financier 2005 contre 75 millions de dollars australiens avant exceptionnels attendus cette année.
CSL a vendu des actions nouvelles à des institutionnels en décembre à raison de 15,70 dollars australiens pièce pour financer en partie l'acquisition d'Aventis Behring.
Le pharmacien australien a précisé qu'il repoussait de huit jours au 26 août la publication de ses comptes annuels pour parachever les imputations comptables de la transaction.

Le 20 MARS : Aveyron : L'Australie lèvera-t-elle l'embargo ? (Source : "midilibre.com")

La Food Standards Australia New Zeland (Fsanz), organisme chargé de l'autorisation des importations alimentaires en Australie, va étudier une demande de levée de l'embargo sur le fromage de Roquefort. Elle mentionne sur son site web, depuis ce 17 mars, la réception d'une demande émanant du ministère français de l'Agriculture. Cette mention figure au sein d'une liste d'amendements à l'étude.
Les réglementations sanitaires australiennes ont interdit l'importation de Roquefort au cours des années 90, le fromage étant fabriqué avec du lait cru de brebis, non pasteurisé. Une première demande d'autorisation avait été formulée par le gouvernement français en 1997 et rejetée par l'Australie, au motif d'un manque d'informations scientifiques. Le deuxième dossier de demande a été élaboré l'an dernier par les services de l'Etat en lien notamment avec la Confédération générale de Roquefort.
Dans un premier temps, la Fsanz va étudier le contenu scientifique et technique du dossier français, dans le cadre d'une consultation qui doit être close au 28 avril. Une seconde consultation devrait alors être lancé, précédant la décision finale
Contacté hier, Jacques Bernat, président de la Fédération régionale des syndicats d'éleveurs de brebis (FRSeb, a commenté : "Sur le principe, ce serait une bonne chose que l'embargo soit levé, car c'est sur le volet sanitaire que l'interdiction avait été portée". En termes de marché, avant l'interdiction, ce sont 16 à 30 tonnes de Roquefort qui faisaient chaque année l'objet d'une exportation en Australie. Rappelons qu'aujourd'hui, la production annuelle de Roquefort s'élève à 18 500 tonnes, dont quelques 3 600 à l'exportation. L'Australie, en cas de levée de l'embargo, pourrait composer un marché potentiel pour le Roquefort dans le domaine de la gastronomie haut de gamme.
Rappelons que le fromage du Combalou est toujours soumis à une surtaxation à 100 % aux frontières américaines, en rétorsion à l'embargo européen sur le boeuf aux hormones, depuis 1999. Plus de 500 tonnes de Roquefort sont exportées annuellement outre-atlantique.

Quel horizon australien pour le fromage de Roquefort ?

Le 19 MARS : Qantas Airways commande six nouveaux biturbopropulseurs Bombardier Q300 (Source : "net-aviation.com")

Le 17 décembre 2003, Bombardier Aéronautique a annoncé que Qantas Airways de Sydney (Australie) a passé une commande ferme pour six nouveaux biturbopropulseurs Bombardier Q300 de 50 places et pris des options sur deux autres Q300 pour son réseau régional QantasLink. Les livraisons sont prévues au cours de la première moitié de 2004. Les nouveaux Q300 remplaceront les Dash 8 de série 100 d'un modèle plus ancien à 36 places présentement exploités par QantasLink pour ses services régionaux en Australie.

MI MARS : Alstom : deux contrats aussi ... (Source : "firstinvest.com")

... Le second contrat, d'une valeur de 330 millions d'euros, porte sur la maintenance de l'infrastructure ferroviaire et du matériel roulant du réseau de Melbourne (Australie), exploité par Connex. "Ce contrat fait suite à la décision de l'Etat de Victoria d'attribuer à Connex, qui était précédemment exploitant d'une partie du réseau, la concession de l'ensemble des services ferroviaires métropolitains de la ville", a déclaré Alstom.
Le groupe français gère depuis 1999 la maintenance de l'infrastructure et du matériel roulant de Connex à Melbourne. Avant l'attribution de cette nouvelle concession, dont l'entrée en vigueur sera effective le 18 avril 2004, il gérait pour Connex 240 kilomètres de voies et leurs infrastructures et 74 rames de six voitures
Il assurera la maintenance de l'ensemble du matériel roulant, ainsi que l'infrastructure en partenariat avec Connex. La période de maintenance s'étend jusqu'en avril 2009 avec une option la prolongeant jusqu'en mai 2010.

Le 3 MARS : Danone vend ses 10 % dans l'Australien National Foods (Source : "boursorama.com")

Le groupe Danone a vendu sur le marché sa participation de 10 % dans le groupe laitier australien National Foods pour un montant de 125,6 millions de dollars australiens, a-t-on appris mercredi auprès de ABN Amro, qui a effectué le placement.
Les 29,9 millions d'actions que détenait le groupe français ont été vendues à des investisseurs institutionnels au prix unitaire de 4, 20 dollars australiens, soit la limite supérieure de la fourchette indicative de 4,10 - 4,20 euros qui avait été retenue pour ce reclassement.
Le montant de la vente est supérieur de 20,9 millions de dollars australiens aux peix payé par Danone en 2002 pour entrer dans le capital du premier groupe laitier australien.

Le 1er MARS : L'australien Qantas lance une compagnie à bas coûts (Source : "lemonde.fr")

Sa filile Jetstar espère contrôler 12 % du marché intérieur d'ici à juin 2005

Pour se défendre, Qantas a choisi la contre-attaque. La principale compagnie aérienne australienne a annoncé, mercredi 25 février, sa décision de lancer une filiale à bas coûts, Jetstar. Cettedernière assurera à partir du 25 mai plus de 600 vols hebdomadaires entre Sydney, Melbourne, Brisbane et dix destinations touristiques situées à l'est et au sud-est de l'Australie.
Pour transporter ses premiers passagers, la nouvellle compagnie utilisera les quatorze Boeing 717 de l'ancienne filiale de Qantas aujourd'hui défunte, Impulse. Et l'arrivéede ses troisAirbus A320 durant l'été lui permettra de proposer 800 vols par semaine. Lorsque le dernier des 23 appareils européens lui aura été livré en 2006, Jetstar volera vers Alice Springs, Adelaïde, Perth, Darwin, Townsville, Broome et Uluru. La volonté de Qantas d'inaugurer une compagnie à bas coûts n'a pasvraiment étonné les spécialistes.
Le groupe a compris que sa croissance à l'avenir ne pouvait être assurée qu'en limitantle développement de son unique concurrent sérieux, Virgin Blue. La société créée par le milliardaire britannique Richard Branson, dont la majorité du capital est aujourd'hui aux mains du groupe australien de transport Patrick Corp., connaît un succès grandissant. Lorsque la deuxième compagnie aérienne nationale, Ansett Australia, est tombée en faillite il y a deux ans et demi, Virgin Blue contrôlait à peine 10 % du ciel australien. Sa part de marché atteint actuellement 33 %.
Avec les deux tiers du marché australien encore sous son contrôle, Qantas n'est pas à plaindre. Ses résultats financiers pour le dernier semestre 2003 ont atteint des sommets jamais égalés dans le passé. Son bénéfice net a approché 222 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 3,6 milliards. Mais en créant Jetstar, Qantas a voulu s'assurer que "le groupe continue à croitre dans l'avenir", aux dires de son directeur général, Geoff Dixon. La nouvelle compagnie à bas coûts espère contrôler 12 % du marché dommestiqued'ici à Juin 2005. Un analyste de Macquarie Equities estime que cette part de marché pourrait approcher 18 % avant la fin 2007.
Qantas ne devrait toutefois pas trop souffrir de ce nouveau concurrent qu'il se crée. Le groupe a tenté de mettre sur pied une compagnie complémentaire et non pas concurrente de ses lignes régulières. La plupart des vols assurés par Jetstar vont rejoindre des destinations touristiques. Et pour ne pas voler trop de clientèle d'affaires à la maison mère, les avions vont atterir dans des aéroports éloignés du centre-ville. Soixante-dix vols hebdomadaires à destination de Sydney et Brisbane s'envoleront des pistes d'Avalon, à 55 kilomètres du coeur de Melbourne. Cette distance devrait dissuader les clients professionnels ou pressés qui continueront de préférer Qantas.
Virgin Blue est bien décidé à mener la vie dure à son nouveau concurrent. Le jour même ou Jetstar a mis en vente sur le net 100 000 billets à 29 dollars (18 euros), son rival a proposé sur son site 200 000 tickets au même prix. Ces promotions sans précédent ont provoqué une explosion des réseaux informatiques des deux entreprises. En moins de 5 jours, Jetstar a vendu plus de 85 000 billets bradés et 6,5 millions de pages ont été lues sur son site.
Les spécialistes estiment, toutefois, que ces prix cassés ne devraient pas être^proposés bien longtemps. Qantas et Virgin Blue "sont deux sociétés cotées et l'évolution de leur cours en bourse a un impactimportant sur les décisions qu'elles prennent explique Ian Thomas, un analyste du Centre pour l'aviation en Asie - Pacifique. Elles ne vont pas sacrifier le cours de leur action pour une guerre des prix. Mais on risque de voir davantage que dans le passé des promotions tarifaires bien ciblées".
Qantas ne semble pas s'inquiéter des échecs de nombreuses compagnies nationales comme British Airways, KLM, Continental et Delta sur le marché des vols à prix cassés. Si Jetstar enregistre de bons résultats, le groupe australien penserait même lancer une autre compagnie bon marché en Asie duSud-Est, selon des informations publiées dans le quotidien "The Courier Mail".

Le 20 FEVRIER : Veolia Environnement : Connex double la taille de son contrat avec Melbourne (Source : "boursier.com")

Connex, la division transport de Veolia Environnement, annonce avoir signé un contrat avec le gouvernement de l'Etat de Victoria en Australie pour l'exploitation de la totalité du rseau ferroviaire suburbain de Melbourne. Ce contrat porte ainsi de 129 à 372 kilomètres le réseau exploité par la filiale dans l'Etat. Cela représente un chiffre d'affaires annuel de 300 millions d'euros, soit le double du contrat exploité aujourd'hui. Connex transportera 131 millions de voyageurs par an, le triple des volumes actuels.
A partir du 18 avril 2004, Connex exploitera 316 véhicules ferroviaires et emploiera plus de 2 600 salariés. Ce contrat d'exploitation d'une durée de cinq ans minimum, représente un chiffre d'affaires cumulé de 1,5 milliards d'euros. "En dehors des trains suburbains de Melbourne, Connex Group Australia exploite le monorail et le métro léger de Sydney. Connex a également été sélectionné en qualité de "preferred bidder" pour exploiter les trains suburbains à Auckland en Nouvelle-Zélande", précise le groupe.

Autres références d'articles concernant le contrat de Connex à Melbourne.
www.firstinvest.com : Connex (Veolia) :contrat de 1,5 milliard d'euros à Melbourne.
www.boursorama.com : Veolia Environnement: contrat à Melbourne, 300MlsE/an.
www.boursorama.com : Connex (Veolia): contrat 1,5 md EUR sur 5 ans pour réseau de trains Melbourne
www.boursorama.com : Connex (VIE) remporte un appel d'offres en Australie
www.laviefinanciere.com : Connex (Veolia): contrat 1,5 md EUR sur 5 ans pour réseau de trains Melbourne
www.actu-environnement.com : Connex signe un contrat en Australie
http://fr.biz.yahoo.com : Connex (Veolia) : contrat de 1,5 milliard d'euros à Melbourne

Le 18 FEVRIER : Les Jeux Gameloft distribués pour la première fois en Australie par Optus (Source : "boursorama.com")

Gameloft, un leader de l'édition et du développement de jeux sur téléphones portables, a annoncé aujourd'hui la signature d'un accord avec Optus, le plus grand opérateur télécom australien, pour distribuer plusieurs de ses jeux.
Ce partenariat porte sur la distribution d'un nombre croissant de titres dont les best-sellers "Prince of Persia : Sands of Time", "Prince of Persia : Harem Adventures", "Nightmare Creatures", "Splinter Cell", "Siberian Strike" ou encore "Rayman 3" et permettra aux abonnés Optus de les télécharger sur leurs téléphones portables compatibles Java.
Optus a débuté cet accord en octobre dernier par le lancement de son service, soutenu par une campagne de communication axée autour du jeu XIII. Puis c'est "Prince of Persia : Les Sables du Temps" qui a été le titre phare de l'offre de Noël.
Max Buemi, Country Manager de Gameloft pour l'Australie, commente cet accord :"Gameloft est particulièrement heureux de collaborer avec Optus. Ce partenariat démontrera les atouts de l'offre Gameloft auprès de grands partenaires, et va nous permettre d'atteindre nos objectifs de distribution sur cette zone.

Le 13 FEVRIER : Les dépenses militaires mondiales sont une "folie", déclare le chef de la Banque mondiale (Source : "edicom.ch")

En visite en Australie, le directeur de la Banque mondiale, James Wolfensohn, a qualifié jeudi les niveaux de dépenses militaires globales de "folie", comparées à l'aide du développement.
Lord d'un discours prononcé tard jeudi, James Wolfensohn a noté que les gouvernements autour de la planète consacrent 1.000 milliards de dollars américains à la défense, un chiffre en hausse par rapoort aux 800 milliards dépenséss en 1999, tandis qu'ils dépensent seulement 50 milliards de dollars pour le développement. "C'est de la folie", a-t-il souligné. "Nous consacrons vingt fois plus en dépenses militaires que nous dépensons pour tenter de fournir des abris aux gens".
Né en Australie, M. Wolfensohn se trouvait dans son pays natal pour une courte visite organisée, a-t-il dit, à cause de la place grandissante de l'Australie sur la scène internationale.
m

Le 8 FEVRIER : Accord de libre-échange entre l'Australie et les Etats-Unis (Source : "laviefinanciere.com")

Les Etats-Unis et l'Australie ont annoncé dimanche être parvenus à un accord "historique" de libre-échange après deux semaines d'âpres négociations, dans un communiqué du département américain du Commerce. Les détails de l'accord devaient être révélés plus tard dans la journée.
Les négociations achoppaient notamment sur le refus des Etats-Unis de donner un accès significatif au marché américain aux produits agricoles australiens, un secteur clé pour Canberra, qui estimait que cet accord pourrait rapporter quelques 3,12 milliards de dollars américains à l'économie australienne.
En janvier, le puissant secteur agricole américain avait affirmé qu'un accord de libre-échange avec l'Australie pourrait entraîner la perte de 21.000 emplois et de 4 milliards de dollars de recettes uniquement dans l'industrie des produits laitiers.
Deux semaines de négociations ardues ont été nécessaires entre le ministre du Commerce australien, Mark Vaile et son homologue américain, Bob Zoellick, pour dégager l'accord.

Le 1er FEVRIER : Qantas Airways lance des "tarifs jeunes" (Source : "webzinemaker.net/tourmag")

La compagnie aérienne australienne Qantas lance une gamme de nouveaux tarifs valables jusqu'au 30 novembre 2004, destinés aux jeunes âgés de 12 à 25 ans inclus.

ALLER-RETOUR PARIS - AUSTRALIE = 930 € H.T *
à destination de Sydney, Adelaïde, Brisbane, Cairns, Melbourne, Perth et Darwin (stops possibles à Singapourà l'aller et au retour).

ALLER-RETOUR PARIS - NOUVELLE-ZELANDE = 1 030 € H.T *
à destination de Auckland, Christchurch et Wellington (stops possibles à Singapour ainsi qu'à Sydney (ou Melbourne ou Brisbane) à l'aller et au retour).

ALLER-RETOUR PARIS - SINGAPOUR = 750 € H.T *

* Tarifs valables pour un aller-retour en classe Economique, hors taxe d'aéroport

A noter : ces nouveaux tarifs sont valables aussi bien sur Qantas Airways que sur sa compagnie partenaire British Airways. La durée du séjour sur place est de 7 jours minimum et 12 mois maximum. De plus, la date du retour est modifiable sans frais
Les jeunes touristes pourront ainsi bénéficier également du nouveau Visa Travail-Vacances récemment lancé par l'Ambassade d'Australie. Ce nouveau visa permet aux jeunes ressortissants français âgés de 18 à 30 ans de rester un an en Australie et de travailler où ils le souhaitent, quand ils le souhaitent.
Le coût de ce visa Travail-Vacances est de 105 € pour les frais administratifs.

Le 30 JANVIER : Afflux de demandes pour les poulets australiens (Source : "agrisalon.com")

L'Australie, qui bénéficie déjà d'une hausse de ses exportations de boeuf en raison du cas de vache folle aux Etats-Unis, voit affluer les demandes pour ses poules et oeufs à la suite de la pénuurie provoquée en Asie par l'épizootie de grippe aviaire, ont indiqué vendredi des industriels.
Le producteur d'oeufs Stuart Robertson a précisé qu'au cours des derniers jours, il avait reçu entre trois et quatre demandes quotidiennes en provenance du Vietnam, de Singapour, de Malaisie et d'Indonésie. "Ils ont l'air désespérés, je pense qu'ils veulent d'abord savoir ce qu'on pourrait leur fournir si le pire arrivait et qu'ils aient vraiment besoin de ces quantités d'oeufs", a déclaré M. Robertson à la radio ABC, précisant cependant qu'il sera sans doute difficile de faire face à cette demande à court terme.
Actuellement, L'Australie produit 440 millions de poulets pour satisfaire le marché intérieur. De très faibles quantités sont exportées en Asie à l'exception des pattes de poulets, qui ne sont pas consommées par les Australiens.
Le président de l'organisation représentative de l'industrie de la volaille, Len Brajkovich, a estimé que si les acheteurs asiatiques proposaient des prix plus élevés aux producteurs australiens, ces derniers seraient tentés de saisir cette opportunité, en raison d'une baisse des prix sur le marché australien au cours des dernières années.
En début de semaine, le ministre australien des Affaires Etrangères, Alexander Downer, avait indiqué que l'Australie avait très peu de risques d'être touchée par l'épidémie de grippe aviaire.
L'industrie du boeuf australien bénéficie d'une hausse de ses exportations provoquée par le premier cas de vache folle détecté en décembre aux Etats-Unis, qui a poussé les pays asiatiques à fermer leurs frontières aux bovins américains.

Le 27 JANVIER : La plus grande banque d'Australie a été escroquée (Source : "edicom.ch")

Un scandale frappe la Banque Nationale d'Australie. Elle a perdu 348 millions de francs (ndlr : suisses), soit le double de la somme initialement estimée. Ces pertes sont dues à des opérations financières frauduleuses commises par quatre de ses courtiers. Ce chiffre a été annoncé après que le directeur général de la banque, Frank Cicutto, eût refusé de démissionner à cause de ce scandale, qui frappe la plus grande banque d'Australie.
L'établissement a indiqué que le montant total de ses pertes comprenait les 142 millions de dollars déjà annoncés la semaine denière auxquels se sont ajoutés depuis 136 millions après une réévaluation de son livre de transactions boursières en devises. "Les courtiers en devises ont exploité des faiblesses dans nos procédures internes", a déclaré Frank Cicutto. "Nous avons identifié et solutionné ces faiblesses. Nous sommes en train de mener une enquête en profondeur et allons prendre d'autr mesures si cela s'avère nécessaire", a-t-il également indiqué.
La Banque Nationale d'Australie a annoncé il y a deux semaines qu'elle avait suspendu quatre de ses courtiers, suite à des transactions en devises frauduleuses, en cours depuis octobre denier. Ils avaient effectué des opérations "fictives" pour dissimuler des pertes enregistrées après s'être trompés en spéculant sur une baisse des dollars australien et néo-zélandais face au dollar américain.