LES ACTUALITES AUSTRALIENNES EN 2008

ECONOMIE

 

Le 30 DECEMBRE : Le tourisme en Australie à son plus bas niveau depuis 1989 (Source : "cyberpresse.ca")

Le nombre de touristes attendus en Australie en 2009 devrait baisser de 4 % par rapport à 2008, avec 5,3 millions de personnes, soit le plus bas niveau depuis 1989 quand une grève des pilotes avait fait chuter le secteur de 7,5 %, selon le Comité de prévision du Tourisme australien.

La crise financière mondiale devrait donc toucher plus sévèrement le tourisme australien que l'épidémie de SRAS en 2003 ou la crise financière asiatique il y a une dizaine d'années.
Le SRAS avait entraîné une baisse de 2 % du tourisme en Australie, alors que la crise financière asiatique avait elle fait baisser de 3,5 % le nombre de visiteurs dans le pays.
Ce sont les touristes en provenance du Japon et des États-Unis qui devraient se réduire le plus, de 11,9 et 8,5 % respectivement, et ce malgré une vaste campagne publicitaire liée au film Australia de Baz Luhrmann, d'un montant de 34,5 millions de dollars US.
Cette baisse devrait être compensée par une hausse des touristes indiens (14,3 %) et chinois (4,5 %).
De même les Australiens devraient moins voyager à l'étranger (-2,9 %).

Le 24 DECEMBRE : Cadbury cède à Asahi ses boissons australiennes (Source : "e24.fr")

Le groupe britannique de confiserie Cadbury (ex-Cadbury Schweppes) a annoncé mercredi la vente de sa dernière division de boissons, celle d'Australie, au japonais Asahi pour 550 millions de livres (583 millions d'euros ou 1,185 milliard de dollars australiens). Le groupe rappelle cependant qu'en vertu d'un accord avec Coca-Cola remontant à 1999, Coca-Cola a le droit jusqu'en mars 2009 de faire une proposition sur ces boissons australiennes. Cadbury "examinera attentivement une telle proposition, notamment le prix et la probabilité de recevoir les différents accords nécessaires, dont celui des régulateurs", précise-t-il.

L'accord avec Asahi deviendra définitif si Coca-Cola et Cadbury ne concluent pas d'accord. Cadbury espère que toutes les autres pré-conditions auront été réglées d'ici au 30 avril 2009. Le produit de la vente servira à rembourser une obligation de 600 millions d'euros arrivant à échéance en juin. le groupe n'a pas d'autre obligation importante arrivant à maturité avant 2013.

Schweppes Australia est le deuxième vendeur de boissons non-alcoolisées prêtes à boire en Australie, et son portefeuille est constitué de marques propres et en franchise comme Schweppes et Pepsi. L'entreprise emploie 1.500 personnes et a généré des revenus de 313 millions de livres en 2007. Le directeur général Todd Stitzer a estimé que cette vente "viendra achever le processus de vente par Cadbury de ses boissons, en conséquence de quoi le groupe se concentrera uniquement sur la croissance de son activité de chocolats, chewing-gums et bonbons". Cadbury produit des marques aussi connues que Carambar, Kréma, La Pie qui chante, Malabar, Vichy, les cachous Lajaunie, Hollywood, Stimorol, Kiss Cool ou Poulain.

Dans le cadre de ce recentrage, qui lui a fait aussi changer de nom, Cadbury avait vendu sa division européenne de boissons (Schweppes, Orangina, Oasis, Pampryl, Gini...) fin 2005 à un consortium de fonds d'investissement pour 1,85 milliard d'euros.

Le 18 DECEMBRE : EADS : le premier MRH-90 assemblé en Australie a été livré (Source : "http://bourse.lerevenu.com")

EADS annonce la livraison à l'armée australienne du premier hélicoptère multirôles MRH-90 assemblé localement par Australian Aerospace Limited, filiale d'Eurocopter et leader régional dans le domaine de la défense. Le MRH-90 est la variante australienne de l'hélicoptère de transport tactique NH90 TTH. Les phases 2, 4 et 6 du programme AIR 9000 portent au total sur l'acquisition de 46 hélicoptères MRH-90 par l'armée australienne.
Les quatre premiers appareils produits sur les sites d'Eurocopter en Europe ont été livrés ces douze derniers mois à l'armée australienne. La totalité des 42 MRH-90 restants, assemblés sur le site de Brisbane d'Australian Aerospace, devraient être livrés d'ici 2014.

Le 16 DECEMBRE : Qantas Airways reçoit son deuxième A380 (Source : "lepoint.fr")

La compagnie aérienne australienne Qantas Airways annonce avoir reçu le deuxième Airbus A380 qu'elle avait commandé, ce qui lui permettra d'accroître son trafic passagers entre l'Australie et Los Angeles.
La livraison d'un troisième exemplaire du très gros porteur de l'avionneur européen, qui devrait relier Sydney à Londres, est programmée pour le 27 décembre, suivie d'un quatrième en 2009.
Qantas compte avoir en tout une flotte de vingt A380 en service d'ici la fin 2013.

Le 16 DECEMBRE : Fromage au lait cru - Le Roquefort à la conquête de l’Australie (Source : "web-agri.fr")

Un accord entre Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et David Ritchie ambassadeur d’Australie en France, vient d’être signé le 15 décembre dernier. Ce texte en vigueur pour une durée de 3 ans, fixe les normes sanitaires nécessaires à l’importation du Roquefort, fromage au lait cru de brebis

L’accord ainsi finalisé le 15 décembre dernier supprime le contrôle sanitaire à l’arrivée sur le territoire australien, en maintenant le contrôle réalisé au départ du territoire français.

Cette signature, bien plus que l’aboutissement d’années de négociations, scelle la « reconnaissance de l’engagements des producteurs de lait de brebis et des industriels de Roquefort à respecter des normes microbiologiques très élevées », selon le Ministère. Michel Barnier a salué par la même occasion la « confiance des autorités australiennes » dans les contrôles et certifications sanitaires français

Depuis l’ouverture du marché australien au Roquefort en septembre 2005, intervenu après des années de négociations entre la Direction générale de l’alimentation (Dgal) et l’Australian quarantine and inspection service (Aqis), son homologue à Canberra, aucun Roquefort n’était réellement vendu en Australie. En effet, ce pays craignant une infection bactériologique liée à ce type d’importations, outre les seuils fixés, exigeait la réalisation d’un contrôle bactérien à la sortie du territoire français et à l’entrée du territoire australien.

Le Roquefort exporté franchissait avec succès les contrôles à la sortie du territoire. Seulement, étant au lait cru, les taux bactériologiques des fromages augmentaient durant le transport. Les contrôles à l’arrivée sur le territoire australien apparaissaient ainsi comme une barrière infranchissable, pour ces produits ayant dépassés les seuils réglementaires.

Malgré l’autorisation de septembre 2005, les producteurs français se voyaient ainsi dans l’incapacité d’exporter leur marchandise. Celle-ci aurait été détruite à l’arrivée sur le territoire, malgré l’absence de danger pour la consommation humaine.

Le 15 DECEMBRE : Contrat avec la police du Queensland en Australie (Source : "lavf.com")

Thales annonce que les services de police du Queensland (QPS) ont choisi sa solution de cartes à puce pour protéger l'accès à leurs réseaux informatiques et à leurs principaux bâtiments.

' Outre la position dominante de Thales sur le marché de la sécurité des transactions de paiement, ce contrat démontre la croissance des activités du groupe en Australie dans le domaine de la sécurisation des titres d'identité et des systèmes d'information et de communication, basées sur des technologies innovantes ' précise le groupe français.

A ce titre, Thales rappelle que il a récemment gagné, dans le domaine de la sécurité urbaine en Australie, un contrat pour la fourniture de solutions de contrôle d'accès pour le siège d'un grand groupe local de distribution, et un second pour la fourniture du système d'accréditation et de contrôle d'accès du sommet APEC 2007.

Le 9 DECEMBRE : Sursaut des ventes de disques en Australie (Source : "zdnet.fr")

Les consommateurs australiens se ruent de nouveau dans les magasins de disques, au point que les ventes de CD ont progressé de 22 % sur les six dernières semaines à fin novembre, par rapport à la même période l’an dernier.

Un sursaut dont la sortie du dernier album d’AC/DC, Black Ice, semble avoir été le catalyseur, d’autres sorties de blockbusters - comme les derniers albums de King Of Leon, de Pink, de Nickelback ou de Gun n’ Roses - ayant favorisé la poursuite de cette ruée inattendue vers les bacs.

La semaine de la sortie de Black Ice, les ventes de CD ont progressé de 47 % par rapport à la même semaine en 2007. La semaine suivante, alors qu’AC/DC était délogé de la première place du top des ventes par Pink, elles ont fait un bon de 57 % sur un an.

Certains industriels mettent paradoxalement cette embellie sur le compte de la récession économique, qui encourage les consommateurs à acheter des CD de musique plutôt que des écrans plats. Il se peut aussi que le message délivré par les australiens d’AC/DC, qui se sont refusés à distribuer leur album en téléchargement sur Internet, ait frappé localement les esprits.

La baisse du marché s’était déjà considérablement ralentie au premier semestre 2008 en Australie, cependant. Elle ne fut en effet que de 4 % en valeur sur la période.

Le 8 DECEMBRE : Le secteur minier australien tente d'absorber le choc de la crise (Source : "lemonde.fr")

La baisse du cours des matières premières inquiète aux antipodes. Combinée à la crise du marché du crédit, c'est une sérieuse menace sur l'horizon jusqu'ici dégagé du secteur minier australien. Au point que les compagnies ont commencé à programmer l'arrêt, temporaire ou définitif, de plusieurs projets, en attendant que la situation s'améliore.

Depuis le début des années 2000, l'Australie a connu un boom minier, grâce à un sous-sol très riche. Le pays est le plus gros exportateur de minerai de fer et de charbon au monde. En 2007, les ressources minérales et énergétiques ont représenté 34 % des exportations totales du pays, lui rapportant 74 milliards de dollars australiens (38,7 milliards d'euros). Alors que, l'année dernière, les dirigeants des compagnies minières pouvaient encore se targuer d'accords de vente record avec la Chine, le contexte est devenu morose, les poussant à revoir leur production à la baisse.

Le minerai de fer est l'un des plus touchés. "Avec la chute de la demande, les prix seront plus bas lors des prochaines négociations", prévient Peter Arden, analyste de la société de conseil en investissements Ord Minnett. Le géant Rio Tinto, l'un des plus gros producteurs de minerai de fer au monde, vient d'annoncer qu'il allait fermer provisoirement sa mine Brockman 2, dans la région du Pilbara (Australie de l'Ouest), et réduire sa production de 20 millions de tonnes. Fortescue Metals Group, autre grande compagnie minière locale, a également fait savoir qu'il allait diminuer son activité de 10 %, suivant l'exemple récent du géant brésilien Vale do Rio Doce.

Les métaux de base sont eux aussi concernés. Minara Resources, important producteur de nickel, a ainsi dû réduire sa main-d'oeuvre. OZ Minerals, deuxième producteur au monde de zinc, a récemment annoncé revoir ses projets d'investissement.

HAUSSE VERTIGINEUSE

Cependant, les grandes compagnies pourraient utiliser les réserves accumulées pendant les années de hausse ininterrompue des cours pour améliorer leur productivité. La hausse des cours permettait en effet jusqu'ici d'absorber la hausse vertigineuse des coûts d'exploitation, estimée à 35 % par an ces dernières années. "Depuis 2005, le prix des équipements et de la main-d'oeuvre, le montant des droits d'exploration et d'exploitation, le coût des technologies permettant d'atteindre des gisements plus difficilement accessibles, se sont envolés", note Anne Ruffin, spécialiste des matières premières chez Crédit agricole Asset Management.

Mais aujourd'hui, les entreprises minières doivent trouver le moyen de diminuer ces coûts en inventant de nouveaux modes d'exploitation. "Des gains de productivité peuvent être obtenus en investissant dans la logistique pour éliminer les goulots d'étranglement, comme l'acheminement du minerai, de la mine aux usines de traitement, puis aux ports d'exportation, note Christian Hocquard, économiste au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), en France. De même, l'extraction du minerai peut être automatisée grâce au couplage entre la robotisation et l'usage du GPS (localisation par satellite)."

La création d'un tel "hub minier" de haute technologie est à l'ordre du jour dans le Pilbara, au travers d'un projet piloté conjointement par Rio Tinto et BHP Billiton. L'extraction et le transport du minerai de fer seraient gérés informatiquement depuis Perth, à 2 000 km du site. Cette avance technologique pourrait en outre donner aux géants australiens un avantage décisif sur leurs concurrents des pays émergents, lorsque les prix repartiront à la hausse.

Si les grandes compagnies devraient s'adapter aux nouvelles circonstances, la crise pourrait en revanche être fatale à nombre de petites entreprises d'exploration, qui s'étaient multipliées à la faveur du boum des années 2000. "Celles qui n'ont pas de liquidités vont probablement disparaître d'ici six mois", estime Paul Adams, analyste en chef du cabinet de conseil D.J. Carmicheal & Co. Pourtant, il serait exagéré d'envisager la fin du boom minier, rassurent les analystes. "C'est un ralentissement sur le court terme. Mais sur le long terme, ce secteur reste une opportunité. Lorsque la demande reprendra, le prix des matières premières pourrait atteindre de nouveaux sommets", affirme M. Arden.

Pour l'instant cependant, le pays va devoir faire face à une baisse de ses exportations. La crainte de la récession, que l'Australie n'a pas connue depuis vingt ans, secoue le monde financier local. Il y a quelques jours, le ministre des finances, Wayne Swan, a prévenu que la crise internationale aurait un impact "plus important que beaucoup le pensaient" sur la croissance et l'emploi du pays. Le 10 novembre, la Banque centrale australienne a annoncé qu'elle revoyait ses prévisions de croissance à la baisse, à 1,5 % contre 2 % prévus précédemment.

Le 5 DECEMBRE : Commerce du vin : Nouvel accord signé entre l’UE et l’Australie (Source : "vitisphere.com")

Un nouvel accord régissant le commerce du vin entre l’Australie et l’Union européenne a été signé le 1er décembre à Bruxelles par Mariann Fischer Boel, membre de la Commission européenne chargée de l'agriculture, et Stephen Smith, ministre australien des affaires étrangères. Cet accord remplace l’accord signé en 1994, qui prévoyait que les producteurs australiens cesseraient d’utiliser des dénominations européennes importantes, comme «Champagne», «Port» ou «Sherry» et huit autres indications géographiques, ainsi que diverses mentions traditionnelles, telles que «Amontillado», «Claret» ou encore «Auslese».
L’accord de 2008 fixe des dates précises pour mettre fin à l’emploi de ces termes. Le nouvel accord établit également les conditions dans lesquelles l'Australie peut continuer à utiliser différents termes relatifs aux vins de qualité, comme «vintage», «cream» et «tawny» pour désigner des vins exportés vers l’Europe et vendus sur le marché intérieur. Enfin dans cet accord, la Communauté européenne et l’Australie s’engagent à protéger mutuellement leurs indications géographiques. Pour la commissaire Fischer Boel, l’accord sauvegarde les intérêts de l’Union européenne en établissant des principes pour la protection des indications géographiques et des mentions traditionnelles et en préservant le régime communautaire d’étiquetage des vins. «Il s’agit d’un accord équilibré qui témoigne du bon esprit dans lequel se sont déroulées les négociations entre l’Europe et l’Australie. Nous avons obtenu, et c’est essentiel, la protection de nos indications géographiques et de nos mentions traditionnelles, ce à quoi les producteurs européens attachaient une importance capitale.» Pour M. Smith, l’accord est important car il permet aux opérateurs des secteurs du vin européen et australien de connaître avec certitude l’environnement commercial dans lequel ils travailleront à l’avenir. «Cet accord historique montre que des négociations approfondies peuvent déboucher sur une situation où tout le monde est gagnant», a-t-il déclaré. «Il définit clairement les règles régissant les exportations et importations de vin en Europe et en Australie pour tous les producteurs concernés. Pour les producteurs australiens, il simplifiera la reconnaissance des procédés de vinification ainsi que les exigences en matière d’étiquetage.»

Le 3 DECEMBRE : Kuoni, sur le point de racheter Australie tours (Source : "quotidiendutourisme.com")

D'après nos informations, Kuoni France est sur le point de racheter Australie tours. Emmanuel Foiry, PDG de Kuoni France, confirme

Interrogé, le président de Kuoni France confirme être actuellement en étroite négociation avec Eric Ridet, patron d'Australie tours. "La première tentative de rachat, il y a deux ans, n'avait pas abouti mais le dialogue n'a jamais vraiment été interrompu entre nous" indique Emmanuel Foiry. L'Australie est une destination qui a toujours intéressé Kuoni France. Pourtant, malgré une brochure dédiée, le TO n'a jamais su s'y faire une place, à l'inverse de Kuoni UK et de Kuoni Italie qui "cartonnent". Comme les clients, les agences n'ont visiblement pas accrochés. "J'ai comme l'impression que pour les vendeurs, l'Australie c'est d'abord Australie Tours et ensuite Asia" analyse le président de Kuoni France qui, quoiqu'il arrive arrête les frais avec son catalogue Australie. "Nous nous retirons mais pour revenir encore plus fort" conclut-il. Contacté par nos soins, Eric Ridet ne dément pas être en discussion avec Kuoni, mais certifie n'avoir encore rien signé à ce jour.

Le 2 DECEMBRE : Export - Signature de l’accord UE-Australie sur le commerce du vin (Source : "viti-net.fr")

Un nouvel accord régissant le commerce du vin entre l’Australie et l’Union européenne a été signé le 1er décembre à Bruxelles par Mme Mariann Fischer Boel, membre de la Commission européenne chargée de l'agriculture, et M. Stephen Smith, ministre australien des affaires étrangères. Cet accord remplace l’accord signé en 1994.

Pour la commissaire Fischer Boel, l’accord sauvegarde les intérêts de l’Union européenne en établissant des principes pour la protection des indications géographiques et des mentions traditionnelles et en préservant le régime communautaire d’étiquetage des vins. «Il s’agit d’un accord équilibré qui témoigne du bon esprit dans lequel se sont déroulées les négociations entre l’Europe et l’Australie. Nous avons obtenu, et c’est essentiel, la protection de nos indications géographiques et de nos mentions traditionnelles, ce à quoi les producteurs européens attachaient une importance capitale.»

Pour M. Smith, l’accord est important car il permet aux opérateurs des secteurs du vin européen et australien de connaître avec certitude l’environnement commercial dans lequel ils travailleront à l’avenir. «Cet accord historique montre que des négociations approfondies peuvent déboucher sur une situation où tout le monde est gagnant», a-t-il déclaré. «Il définit clairement les règles régissant les exportations et importations de vin en Europe et en Australie pour tous les producteurs concernés. Pour les producteurs australiens, il simplifiera la reconnaissance des procédés de vinification ainsi que les exigences en matière d’étiquetage.»

L’accord de 1994 prévoyait que les producteurs australiens cesseraient d’utiliser des dénominations européennes importantes, comme «Champagne», «Port» ou «Sherry» et huit autres indications géographiques, ainsi que diverses mentions traditionnelles, telles que «Amontillado», «Claret» ou encore «Auslese». L’accord de 2008 fixe des dates précises pour mettre fin à l’emploi de ces termes.
Le nouvel accord établit également les conditions dans lesquelles l'Australie peut continuer à utiliser différents termes relatifs aux vins de qualité, comme «vintage», «cream» et «tawny» pour désigner des vins exportés vers l’Europe et vendus sur le marché intérieur. Dans l’accord, la Communauté européenne et l’Australie s’engagent à protéger mutuellement leurs indications géographiques.

Le 2 DECEMBRE : Australie : baisse du taux directeur de 100 bp à 4,25% (Source : "boursorama.com")

A l'occasion de sa réunion lundi, le conseil de politique monétaire de la Banque centrale d'Australie a décidé de réduire de 100 points de base son principal taux directeur à 4,25%, avec prise d'effet dès ce mardi.
' Les actions récentes des gouvernements et des banques centrales pour stabiliser leur systèmes financiers respectifs ont commencé à porter leurs fruits. ' commente l'institut. ' Toutefois, le sentiment des marchés reste fragile, alors que de nouveaux signes s'accumulent sur les faibles conditions économiques dans les principaux pays et sur un ralentissement significatif dans de nombreux pays émergents. '
La Banque s'Australie déclare en outre s'attendre à un ralentissement significatif de l'inflation dans le monde en 2009, en raison de la faible croissance économique et de la baisse des cours des matières premières.

Le 17 NOVEMBRE : Retard de livraison du premier tanker australien d'EADS (Source : "http://tempsreel.nouvelobs.com")

EADS pense que la livraison de son premier tanker en Australie sera retardée mais il ajoute que les travaux sur les quatre prochains avions sont dans les temps.
L'Australie a choisi le groupe d'aéronautique et de défense européen et son A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) plutôt que le 767 de Boeing en 2004, commandant cinq appareils qui doivent faire aussi du ravitaillement en vol que du transport.
Un responsable d'EADS a déclaré que la date de livraison du premier A330 MRTT avait été déplacée en raison d'une décision qui avait été prise conjointement avec l'Australie de participer au Salon du Bourget de 2007, d'une modification apportée au système de ravitaillement et à l'avionique et de nouveaux vols d'essai.
"Nous restons dans les temps pour assurer une capacité opérationnelle complète en 2011 comme prévu", a dit jeudi un responsable d'EADS au fait du programme.

Le 17 NOVEMBRE : Le japonais Kirin veut mettre la main sur Coca en Australie (Source : "lesechos.fr")

L'opération d'un montant avoisinant les 8 milliards de dollars australiens, serait réalisée via le brasseur Nathan Lion, filiale australienne du groupe japonais. Kirin deviendrait propriétaire de 47,5% du nouvel ensemble fusionné.

Kirin, le grand brasseur du Japon, veut poursuivre ses emplettes en Australie. Le groupe qui a lancé à marché forcée une diversification accélérée dans la zone Asie-Pacifique a annoncé aujourd'hui que sa filiale australienne Lion Nathan - dont il détient 46% du capital - étudiait la faisabilité d'une fusion avec Coca-Cola Amatil licencié du groupe Coca pour la zone Océanie et contrôlé par le géant américain à hauteur de 30%. En cas de succès, le groupe nippon détiendrait 47,5% du nouvel ensemble.

La transaction proposée pourrait atteindre quelque 8 milliards de dollars australiens, payables pour partie en cash, 4,54 milliards de dollars australiens, et pour partie en actions Lion Nathan (346 millions d'actions).

L'opération, si elle se réalise, débouchera sur la création d'un leader des boissons pour l"Australie et la Nouvelle-Zélande. Mais il signifierait surtout pour Kirin, qui souffre tout à la fois d'une désaffection des jeunes Japonais pour la bière et du vieillissement de la population nippone, une avancée notable dans son plan stratégique. Le groupe s'est en effet fixé comme objectif, pour 2015, de devenir un groupe leader sur les rayons "alimentaire" et "santé", dans la zone Asie-Océanie.

Coca-Cola Amatil précise que la proposition du brasseur australien est "incomplète et non contraignante", et qu'elle comporte un certain nombre "d'insuffisances" qui pourraient la faire échouer. "L'évaluation du prix a été faite en deçà des cours actuellement payés pour les entreprises de ce secteur en Australie et dans le monde" souligne un communiqué. Le projet de Lion Nathan a évalué l'action Coca-Cola Amatil à 10,35 dollars, soit une prime d'environ 25% sur le cours actuel du titre.

Le 4 NOVEMBRE : Australie : la banque centrale abaisse son principal taux d'intérêt à 5,25% (Source : "lesechos.fr")

La banque centrale australienne a baissé mardi son principal taux d'intérêt de trois quarts de points à 5,25% face aux craintes d'un ralentissement de l'économie lié à la crise financière.
"Le conseil de d'administration va continuer à surveiller la situation et procéder si nécessaire à des ajustements pour promouvoir une croissance durable compatible avc l'objectif de 2-3% d'inflation", a indiqué dan un communiqué le gouverneneur de la Reserve Bank of Australia (RBA) Glenn Stevens

Le 23 OCTOBRE : DANONE cède Fructor à Suntory (Source : "http://bourse.lci.fr")

Danone a annoncé que sa filiale Danone Asia avait signé un accord avec Suntory Limited en vue de la cession de sa filiale Frucor en Nouvelle Zélande et en Australie pour un montant de plus de 600 millions d'euros. "Cette cession est le fruit du recentrage récent sur les eaux minérales naturelles et les boissons à base d'eaux de source. Elle permettra à Danone de se focaliser sur les opportunités de croissance dans ses activités stratégiques. Elle contribuera au désendettement du groupe", précise le géant de l'agroalimentaire.

« Frucor a joué un rôle clé dans la stratégie de croissance et d'innovation de Danone ces six dernières années. Nous sommes persuadés que cette nouvelle étape permettra à Frucor d'assurer son développement à long terme sur le marché des boissons », a déclaré Emmanuel Faber, Di recteur Général Délégué du Groupe.

La transaction reste soumise à l'obtention des autorisations des autorités néo-zélandaises.

Le 16 OCTOBRE : FORD VA SUPPRIMER 450 EMPLOIS EN AUSTRALIE (Source : "ccfa.fr")

La filiale australienne de Ford va supprimer 450 emplois par le biais de départs volontaires, en réponse au ralentissement des ventes de véhicules, a annoncé Marin Burelas, responsable de Ford Australia. Ces réductions d’effectifs s’ajouteront aux 350 emplois supprimés en août sur les sites du constructeur à Geelong et Broadmeadows dans l’Etat de Victoria, et aux 600 postes qui seront éliminés d’ici à 2010 du fait de la fermeture de l’usine de moteurs de Geelong (cf. revue de presse du 20/7/07).

Le prix élevé de l’essence a conduit de nombreux Australiens à opter pour des véhicules plus petits et plus sobres que ceux que Ford propose traditionnellement. Les ventes de la grande berline Ford Falcon sont passées de 104 990 unités en 2003 à 49 701 unités en 2007. Les ventes de voitures en Australie ont diminué de 3,1 % au mois de septembre, et selon un récent rapport sur l’industrie automobile locale, les ventes de certains modèles clés de Ford ont diminué de 15 % à 25 % cette année.

Le constructeur emploie 4 500 personnes sur ses sites de Geelong et Broadmeadows ; 7 500 autres sont employées à la distribution. En 2007, Ford Australia a réalisé un chiffre d’affaires de 3,45 milliards de dollars australiens (1,72 milliard d’euros).

Toyota domine le marché australien avec une pénétration voisine de 22 %. Il est suivi de Holden (General Motors, 14 %) et de Ford (10,3 %).

Le 14 OCTOBRE : L'Australie annonce un plan de soutien à l'économie de 7 mds USD (Source : "romandie.com")

Le Premier ministre australien Kevin Rudd a annoncé mardi un plan de soutien à l'économie de 10,4 milliards de dollars australiens (7,25 milliards de dollars américains) afin de compenser le ralentissement dû à la crise financière.

"Aujourd'hui, le gouvernement annonce un (plan) stratégique économique de 10,4 milliards de dollars pour faire face aux défis posés par la crise financière mondiale, afin de soutenir la croissance australienne et de venir en aide aux ménages", a déclaré le Premier ministre travailliste.

Le plan est destiné en priorité aux retraités, aux familles aux revenus moyens et modestes et aux nouveaux acquéreurs de logements. Il intervient alors que les objectifs de croissance ont été revus à la baisse en raison de la crise financière, a précisé M. Rudd.

"La crise financière mondiale est entrée dans une nouvelle phase dangereuse et porteuse de dommages, qui vont atteindre l'économie réelle, la croissance et l'emploi. C'est pourquoi le gouvernement a décidé d'agir", a déclaré M. Rudd, évoquant la pire crise depuis la dépression de 1929.

Le Premier ministre australien avait indiqué lundi que le gouvernement était disposé à utiliser une partie des 27,1 milliards de dollars australiens (19,2 mds USD) d'excédent budgétaire pour soutenir l'économie nationale.

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué mercredi que la plupart des économies développées allaient connaître la récession, mais qu'en Australie une croissance de 2,2% était attendue.

Le 12 OCTOBRE :L'Australie garantit tous les dépôts bancaires (Source : "http://tempsreel.nouvelobs.com")

Le gouvernement fédéral australien a annoncé dimanche qu'il garantirait pendant trois ans tous les dépôts dans les institution financières du pays, dans le cadre d'un plan national de protection contre la crise financière.

Les dépôts dans les banques pourraient atteindre les 700 milliards de dollars australiens (342,3 mds euros/458 mds de dollars). Selon le Premier ministre Kevin Rudd, les banques australiennes sont en bonne santé mais pas à l'abri de la crise de confiance qui affecte toute la finance dans le monde. En outre, les banques australiennes craignent d'être désavantagées par rapport à celles d'autres pays qui bénéficient de l'appui de l'Etat.

Le 9 OCTOBRE : La Banque d'Australie injecte 2,33 mds $ (Source : "lefigaro.fr")

La banque centrale d'Australie a annoncé l'injection de 3,49 milliards de dollars australiens (2,33 milliards de dollars américains) dans le système bancaire du pays pour faire face au manque de liquidités.

Cette intervention de la Reserve Bank of Australia (RBA) intervient au lendemain d'une baisse de taux décidée de façon concertée par les grandes banques centrales.
Mardi, la banque centrale australienne avait baissé son principal taux d'intérêt mardi d'un point de pourcentage, à 6,0%.

Cette baisse importante intervenait après une précédente baisse d'un quart de point de son principal taux d'intérêt, début septembre, la première baisse depuis décembre 2001.
La Bourse de Sydney, qui avait ouvert en baisse de 1,2% jeudi, était en recul de 2,2% à la mi-séance.

Le 9 OCTOBRE : Le taux de chômage en Australie s’élève à 4,3 % en septembre, tel qu’anticipé (Source : "economicnews.ca")

L’emploi en Australie a augmenté de 2200 à 10 737 400 au mois de septembre 2008, selon les données désaisonnalisées sur la population active de l’Australian Bureau of Statistics (ABS). L’emploi à plein temps a diminué de 15 400 à 7 706 800, tandis que le temps partiel a augmenté de 17 700 à 3 030 500.

Le taux de chômage au pays s’est élevé à 4,3 %. Le taux de chômage pour les hommes a diminué de 0,2 point de pourcentage à 4,0 %, tandis que celui des femmes a monté de 0,2 point de pourcentage à 4,6 %.

Au mois de septembre, 4400 plus de personnes cherchaient un emploi à plein temps, pour un total de 326 800 au pays. Le taux d’activité demeure à 65,1 %.

Les données de l’ABS indiquent que parmi les provinces, le taux de chômage désaisonnalisé dans la Nouvelle-Galles du Sud est tombé à 4,8 % de 4,9 %, tandis que celui de Victoria est monté à 4,4 %. Le Queensland a vu sont taux augmenter à 3,7 % de 3,3 % et l’Australie-Méridionale, à 5,7 % de 4,4 %.

La province riche en mines et ressources de l’Australie-Occidentale a pour sa part vu son taux de chômage monter à 3,0 % de 2,7 % au cours du mois. Sur l’île province de Tasmanie, il s’est établi à 3,8 %.

L’ABS maintient des estimations de tendance pour les données de la province du Territoire du Nord, où il juge que le taux est tombé à 2,6 % de 2,8 %. Même histoire pour la province de la Capitale australienne, où le taux est estimé d’avoir monté à 2,9 %.

Le 7 OCTOBRE : Baisse spectaculaire d'un point des taux d'intérêt en Australie (Source : "lepoint.fr")

La banque centrale australienne a frappé un grand coup mardi, avec l'annonce d'une baisse d'un point de ses taux d'intérêt, soit l'assouplissement monétaire le plus marqué de ces 16 dernières années, dans l'espoir de contrecarrer les effets de la crise financière mondiale.

A l'issue de sa réunion mensuelle de politique monétaire, la Banque de réserve d'Australie (RBA) a ramené son taux directeur de 7,0% à 6,0%, soit une baisse deux fois plus forte que ce qu'avaient anticipé les analystes et la plus importante depuis mai 1992.

Le gouverneur de la RBA, Glenn Stevens, a expliqué la décision de baisser les taux par une détérioration rapide des perspectives en matière de croissance économique mondiale et par une flambée des coûts de refinancement pour les banques.

"Dans ces conditions, le conseil a jugé que l'équilibre des risques sur les perspectives avait changé et qu'une politique monétaire moins restrictive était plus appropriée", a-t-il déclaré, cité dans un bref communiqué.

Glenn Stevens a reconnu que l'ampleur de cette baisse était inhabituelle, tout en laissant la porte ouverte à un nouvel assouplissement monétaire dans les mois à venir.

La décision spectaculaire de la RBA a alimenté les rumeurs d'une baisse des taux concertée des principales banques centrales à travers le monde - même si la Banque du Japon a laissé ses taux d'intérêt inchangés à 0,5%.

Les investisseurs ont bon espoir de voir la Banque d'Angleterre baisser ses taux au cours de sa réunion mensuelle cette semaine et ils commencent également à intégrer un assouplissement monétaire imminent du côté de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne.

L'espoir d'une baisse concentrée a donné un peu d'air aux marchés financiers, l'indice Nikkei ayant effacé une partie de ses pertes et l'indice australien S&P ASX200 a terminé en baisse de 1,72% après avoir perdu en séance plus de 3% à la suite de la chute de Wall Street et des Bourses européennes.

La RBA a pris acte que l'inflation restait à son niveau le plus élevé depuis 17 ans, à 4,4%, ce qui est bien supérieur à l'objectif de la banque centrale d'une hausse des prix à la consommation comprise entre 2% et 3%.

Mais Glenn Stevens a estimé que celle-ci devrait connaître une décélération plus rapide que prévu en raison des perspectives très peu réjouissantes en matière de consommation des ménages et de production.

Le 25 SEPTEMBRE : Veolia va traiter des eaux usées en Australie pour 122 M EUR sur 20 ans (Source : "romandie.com")

Veolia Environnement a remporté un contrat pour construire et exploiter une usine de traitement d'eaux usées en Australie qui lui rapportera 122 millions d'euros sur 20 ans, a annoncé la branche eau du groupe d'eau, de déchets et de transports jeudi dans un communiqué.

Veolia Eau, aux côtés de la société AquaNet Sydney, du groupe Jemena, a signé avec la compagnie des eaux de Sydney, la Sydney Water Corporation, "un contrat portant sur le premier projet privé de recyclage des eaux usées d'Australie destiné à alimenter un réseau de clients industriels".

Veolia Eau investira 30 millions d'euros pour financer le projet, et assurera ensuite l'exploitation de l'usine qui générera un chiffre d'affaires estimé à 122 millions d'euros sur vingt ans, précise Veolia.

Le contrat porte sur "la construction, le financement et l'exploitation de l'usine de recyclage de l'eau de Rosehill et Camellia" qui produira 4,3 milliards de litres d'eau recyclée par an pour de grands opérateurs industriels. L'usine sera ensuite agrandie et produira jusqu'à 3 milliards de litres d'eau recyclée supplémentaires par an.

De son côté, AquaNet assurera "la conception, la construction, le financement et l'exploitation du réseau comprenant deux stations de pompage et trois réservoirs, reliés par une canalisation de vingt kilomètres".

Le 9 SEPTEMBRE : Lacoste devient partenaire officiel de l'Open d'Australie 2009 (Source : "toutsurletennis.com")

Lacoste sera partenaire du prochain Open d'Australie, qui se déroulera du 19 janvier au 1er février 2009 à Melbourne. La marque au crocodile sera l'équipementier exclusif du grand chelem australien sur et en dehors des courts et habillera les juges de ligne, les officiels du tournoi et les ramasseurs de balles.

Ce partenariat inclut également un espace de vente au détail de 350 mètres carrés sur place. Lacoste est déjà le sponsor d’un grand nombre de joueurs français tels que Richard Gasquet, Arnaud Clément, Michael Llodra, Tatiana Golovin...mais aussi de l'américain Andy Roddick, huitième mondial.

La célèbre marque qui fête cette année ses 75 ans est déjà partenaire du tournoi de Roland Garros, de l’US Open et de la Tennis Master Cup.

Le 5 SEPTEMBRE : Nouveau monde - La viticulture australienne au pied du mur (Source : "viti-net.fr")

Des centaines de producteurs australiens pourraient abandonner la vigne en raison du changement climatique et de la mauvaise santé du secteur.

L’industrie du vin, florissante en Australie pendant tant d’années, s’est engagée dans une mutation douloureuse pour de nombreux producteurs. Déjà fragilisés ces dernières années par la surproduction et la baisse des cours, des centaines de viticulteurs doivent faire face au changement climatique. Les épisodes de gels sont sévères et les sécheresses grandissantes. Pour beaucoup, le recours à l’irrigation n’est plus possible en raison du prix de l’eau. Selon l’agence Reuters, le coût de l’eau en Australie a plus que triplé cette année.

Les cépages ne supporteront pas le stress hydrique

« Nous estimons que 800 à 1 000 vignerons, en majorité dans la Murray Valley et dans le Riverland dans le sud de l’Australie vont avoir à prendre cette année la décision de partir ou de rester », a indiqué à l’agence Reuters Mark McKenzie, directeur de l’organisation Wine Grape Growers’Australia. Selon la Commonwealth Scientific and Industrial Organization, la qualité des raisins pourrait baisser de 23% d’ici à 2030 en raison de l’évolution du climat. Vers 2050, plus de 40% du vignoble australien pourrait avoir disparu.
Le changement climatique pourrait conduire les producteurs à déplacer des vignobles dans des régions plus fraîches comme la péninsule de Mornington au sud-est de Melbourne ou en Tasmanie, dont le climat est proche de celui de la Nouvelle-Zélande. L’encépagement va lui aussi devoir être revu. Les cabernets, pinot noir, merlot, chardonnay, sauvignon blanc, riesling ne peuvent durablement supporter de longues périodes de stress hydrique. La filière commence à se tourner vers d’autres variétés comme le tempranillo, un cépage cultivé en Espagne, ou le vermentino, bien connu en Corse.

Les régions viticoles mises en avant

Ayant bâti son succès sur des vins de cépages d’accès facile pour les nouveaux consommateurs de vins, la filière vin australienne a choisi de développer d’autres types de vins plus élaborés. Objectifs : accroître les ventes avec des prix plus élevés. Le plan stratégique de la filière présenté en 2007 a défini quatre catégories de vins (“Brand Champions”, “Generation Next”, “Regional Heroes”, “Landmark Australia”). Dans la gamme “Regional Heroes”, le cépage importe moins que la région de production. « L’idée de base est que le cépage peut être le déclic pour présenter au consommateur une région, explique Lucy Anderson, de l’Australian Wine and Brandy Corporation (AWBC). Quelqu’un peut apprécier le pinot noir sans connaître rien de plus. Notre plan marketing a pour but de lui indiquer que la péninsule de Mornington ou la Tasmanie sont les meilleurs endroits pour ce cépage.»

Des vins avec plus de personnalité

L’Australie compte à ce jour plus de 60 indications géographiques, qui ont commencé à être enregistrées dans les années 80. Ce printemps, la filière vin australienne a fait la promotion en Grande-Bretagne de ses “regional wines”. « Le succès de ce programme a été mesuré par les chiffres de ventes qui confirment non seulement une hausse en volume mais aussi en valeur », indique l’AWBC. Fin 2007, Dan Jago, directeur Bières, vins et spiritueux au sein du groupe de distribution britannique Tesco, avait incité les professionnels du vin australien à « remettre de la personnalité dans le vin », à diminuer les rabais promotionnels incessants et à faire des vins « plus légers et plus frais ». L’Australie s’est remise en question sur les deux premiers points. Reste à produire des vins plus légers en alcool, un enjeu plus crucial encore avec l’évolution du climat.

Le 5 SEPTEMBRE : L’Australie en passe de signer un accord commercial avec l’Asean (Source : "cambodgesoir.info")

Une zone de libre-échange va voir le jour entre l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les dix pays de l’Asean.

Le ministre australien du commerce Simon Crean a annoncé le 28 août que son pays avait achevé le cycle de négociations visant à créer une zone de -change régionale regroupant les dix pays de l’Asean, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, indique l’ambassade d’Australie à Phnom Penh dans un communiqué.

L’Australie, grand exportateur de pétrole, d’aluminium, de cuivre, de produits laitiers et de services (éducation, tourisme), espère développer son industrie automobile grâce aux échanges avec l’Indonésie et la Malaisie.

L’Australie importe du textile, des produits électroniques, des pièces informatiques en provenance des pays de l’Asean.

En 2007, l’Australie a réalisé 16% de ses échanges avec les pays de l’Asean (soit 71 milliards de dollars), 13% avec la Chine, 12% avec le Japon et 11% avec les Etats-Unis.

Les pays de l’Asean vers lesquels l’Australie exporte le plus de biens et services sont Singapour, la Malaisie, l’Indonésie et la Thaïlande. En 2007, le total des importations et des exportations entre le Cambodge et l’Australie a atteint 61 millions de dollars, selon l’ambassade d’Australie à Phnom Penh..

Les pays de l’Asean représentent un marché total de 575 millions de consommateurs

Le 3 SEPTEMBRE : Economie : la croissance australienne ploie à son tour (Source : "bouriser.com")

La croissance de l'économie australienne a ralenti à 0,3 % sur le second trimestre 2008, selon le Bureau des Statistiques du pays, un peu moins que ce que prévoyaient les économistes (0,4 % consensus Bloomberg)
Sur un an, l'Australie affiche encore 2,7 % de croissance, mais la performance du second trimestre est la plus faible depuis le début 2004. Hier, la Banque Centrale du pays a réduit son principal taux directeur pour tenter de relancer la machine.

Le 3 SEPTEMBRE : Australie : un Etat veut interdire les mines d'uranium (Source : "romandie.com")

L'Australie pourrait voir compromises ses chances de devenir un jour le plus gros producteur mondial d'uranium si un des Etats du pays, l'Australie de l'Ouest, devait en interdire l'extraction.

Selon les partisans de la production d'uranium, la décision du gouvernement travailliste local de renoncer à la production de ce minerai serait une lourde erreur économique. Des élections locales doivent avoir lieu ce week-end, et l'uranium en est un des enjeux.

Le projet d'interdire l'extraction de l'uranium en Australie de l'Ouest "relève d'un manque d'informations et serait un sérieux revers pour l'Australie", a affirmé le directeur de l'Association australienne de l'uranium Michael Angwin.

L'Australie est actuellement le deuxième producteur mondial d'uranium, combustible des centrales nucléaires, mais aucune mine n'est encore en activité dans l'Etat d'Australie de l'Ouest (Western Australia) qui recèle les réserves les plus prometteuses.

Selon M. Angwin l'interdiction priverait l'économie australienne de 3,2 milliards de dollars australiens (2,66 milliards de dollars américains) de revenus supplémentaires d'ici à 2030, et réduirait son potentiel de production des deux tiers.

Le chef du gouvernement local actuel, le travailliste Alan Carpenter, veut renoncer à l'uranium par la voie législative, et centrer sa politique énergétique sur les énergies renouvelables.

"Le nucléaire n'est pas vert, n'est pas sûr et n'a pas de place dans la palette énergétique future de l'Australie de l'Ouest", a-t-il dit.

Son opposant libéral, Colin Barnett, est au contraire en faveur de la production d'uranium et en souhaite l'exportation aux pays signataires du traité de non-prolifération nucléaire.

L'Australie dans son ensemble, tous Etats confondus, possède les plus grandes réserves mondiales d'uranium (24%) et en est le deuxième producteur (21% du marché), avec seulement trois mines en activité, derrière le Canada.

Selon M. Angwin la production australienne pourrait, compte tenu de l'appétit des puissances nucléaires, passer de 10.000 tonnes à 28.000, voire 37.000 tonnes d'ici à 2030.

Le 25 AOUT : Le brasseur japonais Kirin va racheter l'australien Dairy Farmers (Source : "http://24hdanslepacifique.com")

L'opération d'un montant de 910 millions de dollars australiens (530,85 millions d'euros), reprise de dette comprise, a été recommandée à l'unanimité par le conseil d'administration de la coopérative, deuxième groupe laitier d'Australie.

Le brasseur japonais Kirin, plus gros fabricant de boissons de l'Archipel, va racheter le spécialiste australien des produits laitiers Dairy Farmers pour l'équivalent de 530,85 millions d'euros (785 millions de dollars américain et 910 millions de dollars australiens), reprise de dette comprise.

L'opération a été recommandée à l'unanimité par le conseil d'administration de Dairy Farmers. Elle doit maintenant être approuvée par 75% des actionnaires. Kirin, qui a finalement lancé cette offre avec la société australienne Warrnambool Cheese & Butter Factory, envisage du même la coup la création d'une co-entreprise dans le fromage.

Dairy Farmers, numéro des produits laitiers en Australie, est aussi le troisième exportateur mondial du secteur. Son rachat doit ouvrir encore plus grand les portes de l'Australie au groupe japonais, qui vient de lancer un plan d'investissement de 300 milliards de yens (environ 3 milliards de dollars) pour maintenir sa croissance, notamment en se développant hors des frontières du marché japonais. "Kirin va activement poursuivre ses acquisitions dès que des opportunités se présenteront" avait expliqué au printemps dernier la président Kazuyasu Kato.

Kirin n'en est d'ailleurs pas à sa première opération de croissance externe en Australie. L'année dernière, il s'est offert pour l'équivalent de 1,8 milliard d'euros National Foods, le numéro un australien des produits laitiers et des jus de fruits, dont la marque-phare - Pura Milk - est dans la pays la plus célèbre, après Coco-cola ! Avec Dairy Farmers, il va donc se retrouver à la tête de plus de la moitié du marché australien des produits laitiers.

Dairy Farmers est actuellement détenu par 2000 fermiers fournisseurs, selon le site web de la coopérative. Le groupe laitier produit, transforme et commercialise plus d'un milliard de litres de lait par an.

Le 19 AOUT : L’Australie ouvre ses portes de l’emploi (Source : "http://24hdanslepacifique.com")

Des milliers de travailleurs du Pacifique vont être autorisés à vivre et à travailler temporairement en Australie. Le gouvernement australien a annoncé dimanche son programme de travailleurs saisonniers océaniens et les réactions n’ont pas tardé.

Manjula Luthria, un économiste de la Banque mondiale, estime que ce programme sera couronné de succès à condition d’avoir été bien conçu : « Le premier élément d’un bon concept et d’autoriser les travailleurs qui ont été bien notés à revenir chaque année. »

Le directeur exécutif de l’organisation caritative Oxfam Australia, Andrew Hewett, espère que ce programme de saisonniers permettra de fouetter les économies locales tout en offrant des opportunités d’emploi aux jeunes océaniens.

Dans un premier temps, Kiribati, Tonga, le Vanuatu et la Papouasie Nouvelle-Guinée devraient bénéficier de ce programme condamné en Australie par l’ensemble de l’opposition du Parti libéral/Parti national à l’exception d’un député du Parti national qui s’est rebellé

Le 13 AOUT : Australie: Qantas immobilise six Boeing 737 (Source : "leparisien.fr")

En raison d'irrégularités dans ses rapports de maintenance, la première compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé mercredi qu'elle avait immobilisé six de ses Boeing 737-400.

Le transporteur, qui a fait face récemment à une série de problèmes techniques, dont une explosion en vol qui a fait un trou dans la coque d'un avion, a indiqué qu'il avait besoin de vérifier les rapports de maintenance établis hors d'Australie.

Cette annonce n'est en aucune façon liée à des problèmes de sécurité, a assuré David Cox, ingénieur en chef de Qantas, dans un communiqué.
«Jusqu'à ce que nous soyons sûrs à 100% que tout est en règle, nous ne pouvons pas utiliser ces appareils», a-t-il déclaré à la télévision publique australienne ABC.
«Nous avons détecté dans les rapports de maintenance que celle-ci n'a pas été parfaitement effectuée, c'est pourquoi nous devons reprendre ces opérations et tout vérifier.»

M. Cox a signalé que l'Autorité australienne de l'aviation civile (CASA) a été informée de la situation.

La CASA passe actuellement en revue les conditions de sécurité appliquées chez Qantas à la suite des incidents survenus récemment, notamment l'atterrissage forcé le 25 juillet à Manille (Philippines) d'un Boeing 747-400 ayant souffert d'une explosion, probablement due à l'éclatement d'une bouteille d'oxygène, qui a fait un trou dans le fuselage.

Le 28 juillet, un Boeing 737-800 de Qantas avait du faire demi-tour vers Adelaïde (sud) car le train d'atterrissage n'était pas rentré et le 2 août, un Boeing 767 en destination de Manille avait rebroussé chemin vers Sydney (sud-est) à cause d'une fuite de liquide hydraulique.

La semaine dernière, un jet de la compagnie aérienne était resté cloué au sol en raison d'un problème d'air conditionné.

Le 11 AOUT : Australie : Les exportations s’effondrent (Source : "vitisphere.com")

Les exportations de vins australiens se sont effondrées : sur les douze derniers mois, à fin juillet 2008, le volume des ventes à l’international a plongé de 8 à 7 millions d’hl (-13%). En valeur, le chiffre d’affaire chute de 12% à 1,6 milliard d’euros. Les deux principaux marchés, Royaume-Uni et USA, sont en déclin respectif de 25 et 9%. La hausse des taxes sur le marché britannique et la valeur du dollar australien seraient à l’origine de ces contre-performances. En revanche, les ventes progressent rapidement sur les nouveaux marchés comme le Danemark, la Chine, les Pays-Bas, Hong-Kong et Singapour.

[ Source : Herald Sun ]

Le 8 AOUT : L'Australie se prépare à la fin de l'âge d'or " (Source : "lemonde.fr")

La banque centrale d'Australie a maintenu inchangé, à 7,25 %, son taux directeur mardi 5 août, mais elle a aussi clairement indiqué que le prochain mouvement serait celui d'une réduction. Les marchés ont fait baisser le dollar australien qui, à 0,92 dollar américain, a chuté de 6 % par rapport à son record historique atteint trois semaines auparavant. Ce repli marquerait la fin d'un long mouvement de hausse, et pas seulement pour l'Australie.

En 2001, le dollar australien avait touché un plancher de 0,48 dollar américain. Dans les sept années qui ont suivi, le bond des prix des matières premières a apporté une prospérité extraordinaire à l'Australie - et permis de doubler la valeur de la devise. Mais aujourd'hui, on assiste à un renversement brutal du baromètre.

L'indice Jefferies Reuters des matières premières, qui avait progressé de 173 % en six ans, a perdu 10 % en juillet, son plus important recul mensuel depuis 1980. Les minerais, les métaux, les produits agricoles, tous dégringolent. Le prix du pétrole est à son plus bas niveau depuis trois mois, le platine, important dans la production automobile, est à son cours le plus faible depuis six mois.

La chute des cours reflète la nouvelle tendance baissière dans la croissance mondiale. Celle des Etats-Unis est faible, celle de la zone euro pourrait s'être contractée au deuxième trimestre et le Japon s'oriente vers la récession. Même la Chine semble avoir atteint son pic de croissance avant les Jeux olympiques.

Les conséquences sont grandes, et pas seulement pour l'Australie. Pendant sept ans, les termes internationaux des échanges ont favorisé les pays émergents exportateurs de matières premières, comme le Brésil et la Russie, et pénalisé les nations industrielles dépendantes du pétrole, comme les Etats-Unis et le Japon. Une nouvelle phase commence dans laquelle la faiblesse généralisée de la croissance pourrait être la force dominante.

Le 24 JUILLET (?) : Australie: nouvelle découverte de gaz pour Total (Source : "? ? ")

Le géant pétrolier français Total a annoncé jeudi avoir effectué une nouvelle découverte de gaz dans le bassin de Browse en Australie.
Cette découverte concerne le puits Mimia-1 dans le bloc d'exploration WA-344P, dont Total détient 40% au coté de l'opérateur japonais Inpex (60%), indique le communiqué.
Une colonne de gaz de 72 mètres a été découverte et un test de production effectué récemment a confirmé la présence de gaz et de condensats, ajoute le communiqué.
Foré dans une profondeur d'eau de 254 mètres, Mimia-1 est situé à environ 20 kilomètres au nord-est du permis WA-285P (détenu à 76% par Inpex et à 24% par Total) qui couvre le champ géant de gaz et de condensats d'Ichthys (près de 360 milliards de mètres cubes de gaz et 530 millions de barils de liquide récupérables).
Inpex et Total, qui préparent actuellement le développement d'Ichthys, étudient la meilleure façon d'intégrer la découverte de Mimia à ce projet, souligne le communiqué.
Cette récente découverte renforce, selon le groupe pétrolier français, la confiance de Total dans le potentiel du bassin de Browse dans le North West Shelf australien où il est présent depuis 2006.
Total détient une participation dans 14 permis offshore au nord-ouest de l'Austalie, dont 4 en tant qu'opérateur. Total possède, en particulier, une participation de 24% dans le permis WA-285P, où a été découvert le champ d'Ichthys pour lequel un projet de gaz naturel liquéfié, actuellement en préparation, devrait entrer en production vers le milieu de la prochaine décennie.

Le 24 JUILLET (?) : Australie : les professionnels plaident un retour au sources des vins de "Shiraz" (Source : "vitisphere.com")

La Shiraz Alliance a clôt les portes de sa biennale internationale dans la Barrossa Valley cette semaine. Des professionnels du monde entier ont goûté, débatu et médité sur les changements de style et de profils aromatiques des vins de Syrah, ou Shiraz en Australie. Ils ont conclu qu'il était urgent de rompre avec le mètre-étalon Yellow Tail. Le succès commercial de la marque n'est pas démenti, mais, disent les pro, les caractéristiques de ces vins sont devenues celles de la Shiraz dans l'esprit des consommateurs du monde entier. Pour les producteurs qui veulent partir à l'assaut des marchés de la Syrah haut de gamme, mieux valorisée, c'est un réel problème. Le symposium a conclu sans ménagement qu'il faut donc en finir avec :

- Les étiquettes avec des bestioles, des dessins aborigènes, des noms qui se veulent drôles mais qui frisent le ridicule :"Assez de vins de dessins animés, c'est du suicide ! On n'est pas dans Crocodile Dundee !", a lâché Josh Raynolds, critique américain. Une étiquette avec un kangourou stylisé façon aborigène a fait le succès de Yellow Tail. Elle est devenue le standard animalier des étiquettes australiennes, dont les marques ont largement utilisé la faune australienne comme source d'inspiration de leurs packaging, notamment pour la Shiraz, avec des kangourous, des koalas, des wombats, des wallabies...

- Un niveau d'alcool élevé, supérieur à 14,5°, allant jusqu'à 16°. Les producteurs présents ont eu l'occasion de faire leur examen de conscience. Venu de Sicile, Allessio Planeta (auteur d'une Syrah 2002 à 14,9°) a déclaré que des niveaux d'alcool plus bas "rendent les gens plus heureux", tandis que son confrère Brian Walsh de Yalumba posait une question réthorique : "Peut être que 14,5° est le nouveau 13°?". Les degrés se sont mis à monter à partir de 2001, date du fulgurant succès de Yellow Tail sur le marché américain. Il a fallu les faire grimper pour plaire à "l'Homme aux Points (a.k.a. Robert Parker)", explique le magazine australien The Age, mais la Shiraz était très à l'aise auparavant, aux environs de 13°. L'ensemble des professionnels présents a plaidé pour un retour à ce standard.

- Des prix bas accolés à une impression générale de vin bas de gamme. Dans le sillage de Yellow Tail, les Shiraz australiennes sont entrées sur de nombreux marchés par l'argument du prix bas. "Vous êtes entrés sur le marché à petit prix, on vous voit petits", a déclaré Josh Raynolds. La capacité à inverser cette perception décidera du succès des Shiraz à l'assaut des hauts de gamme et des prix premiums.

Le 21 JUILLET (?) : Séries spéciale Alfa en Australie (Source : "leblogauto.com")

Alfa Romeo ne surfe pas sur la bonne vague depuis plusieurs mois sur le marché australien avec des chiffres de vente en diminution constante (et forcément problématique). La firme italienne décide de reconquérir cette cliéntèle égarée chez la concurrence en sortant une série spéciale pour la 147 et la GT coupé.

Cette série spéciale Monza, évidemment nul besoin de vous en préciser le choix du patronyme, se décline sur les Alfa 147 et GT Coupé. Parmi les équipements qui enrichissent les modèles, citons pêle-mêle : un spolier arrière (uniquement pour la 147), sièges sport cuir, lumières intérieurs “rouges sport”, habitacle avec détails effet satin (c’est le terme usité), sortie d’échappement chromée, jantes alliage de 18 pouces et étriers freins rouges. La déclinaison Monza n’est disponible qu’avec le bloc essence de 165 chevaux alors que la 147 s’offre au choix avec le moteur essence de 150 cv ou le JTD Multijet de 150 cv également.

Tarifs à partir de 36 990 dollars australiens soit environ 22 700€ la conversion effectuée.

Le 21 JUILLET : Nintendo Australie va t-il envahir la N-Z ? (Source : "jeuxpo.com")

Si le GameCube n'a pas vraiment été un succès en Australie, la Wii a permis de redresser considérablement l'image de Nintendo au pays de Kangourous. Mais en Nouvelle-Zélande, autre territoire réputé difficile pour la firme japonaise, rien n'a vraiment changé, puisqu'aucun jeu DS ou Wii n'apparaisse dans le classement hebdomadaires des meilleures ventes de l'institut GFK.

En outre, le distributeur de Nintendo NZ a fermé ses portes en Juin dernier, ce qui n'arrangeait pas les affaires de Big N. Il semblerait, selon le site Gameplanet.co.nz, que Nintendo Australia reprenne finalement la promotion des produits, le marketing et le support des jeux Nintendo en Nouvelle-Zélande.

Peut être cela permettra t-il de renverser la vapeur ?

Le 18 JUILLET : Qantas annonce la suppression de 1.500 emplois dans le mondee (Source : "http://tempsreel.nouvelobs.com")

La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé vendredi la suppression de 1.500 emplois dans le monde et renonce au projet de création de 1.200 emplois pour tenter de compenser les importantes hausses des prix du carburant.

Le PDG Geoff Dixon a précisé que ces suppressions représentent 4% des effectifs globaux de la compagnie avec notamment la fermeture des centres d'appel de Tucson en Arizona et de Londres avec à la clé 198 emplois dans ces deux centres. Quelque 1.300 emplois seront supprimés en Australie et ailleurs dans le monde.

Qantas abandonne également son projet d'accroître ses capacités de 8% d'ici la mi-2009 alors qu'il n'y a désormais aucune perspective de croissance pour cette période, a souligné Dixon.

Le carburant représente 35% des dépenses de la compagnie aérienne et le coût de ce carburant pourrait s'accroître de plus de deux milliards de dollars australiens (1,23 milliard d'euros) à la fin de l'année fiscale à la mi-2009

Le 14 MAI : Australie : les professionnels du vin signent un pacte climatique (Source : "vitisphere.com")

Après une année 2007 marquée par une sécheresse catastrophique, l'Australie du Sud s'engage dans un processus coopératif qui implique tous les membres de la filière vin. Entreprises et associations professionnelles ont signé avec le gouvernement régional d'Australie du Sud un pacte qui inclura, à terme, des objectifs de réduction des émisisons de gaz à effet de serre. Pour 2008, les producteurs de vin et de raisin devront commencer par calculer leurs émissions afin de fixer les objectifs de réduction pour les années suivantes. Pour les signataires de ce pacte, ce dernier constitue un avantage concurrentiel pour les vins d'Australie du Sud, en particulier à l'export, où ils ont observé une demande croissante pour des vins dont le mode de production prend en compte les enjeux environnementaux.

[ Source : ABC News (Australian Broadcasting) ]

Le 13 MAI : Australie : La baisse des exportations s’accentue (Source : "vitisphere.com")

Les vins australiens n’auraient-ils plus le vent en poupe ? Les toutes dernières statistiques confirment la baisse des ventes à l’exportation amorcée en janvier dernier. A fin avril, le volume de vin vendu en un an sur le marché international est en baisse de 8,5% à 730 millions de litres. Ce déclin est particulièrement marqué sur les deux premiers marchés de l’Australie : le Royaume-Uni et les USA où les vins australiens sont sévèrement concurrencés par les vins du Chili et d’Argentine. Seul le marché chinois est à la hausse. Cette contre-performance s’expliquerait par les effets combinés de la sécheresse qui a fait chuter le volume de récolte de la concurrence accrue des vins d’Amériques du sud et de la faiblesse du dollar américain.

Le 13 MAI : Naissance d'un nouveau géant bancaire en Australie (Source : "latribune.fr")

Westpac Banking, la quatrième banque australienne, va fusionner avec St George Bank, pour créer la première banque du pays.

L'affaire n'a pas trainé. Westpac Bankaing et St George Bank sont tombées d'accord pour fusionner. Il s'agit d'une réorganisation majeure dans le secteur bancaire australien puisque le mariage entre Westpac Banking, la quatrième banque australienne et St George Bank, la cinquième, pour créer la première banque du pays par la capitalisation boursière. Le nouveau groupe bancaire, valorisé à environ 66 milliards de dollars australiens (40 milliards d'euros), devrait déloger la National Australia Bank de sa position de première banque d'Australie. La future banque détiendrait 25% du marché des prêts immobiliers aux particuliers et des actifs de 550 milliards de dollars australiens pour 10 millions de clients.

Le projet, lancé par le nouveau directeur général de Westpac, Gail Kelly, qui a pris ses fonctions il y a moins de quatre mois après avoir dirigé St George pendant près de six ans, pourrait déclencher une vague de consolidation dans le secteur financier australien, estiment des analystes. Westpac a justifié l'opération par la perspective d'un meilleur accès aux financements et par des opportunités d'économies.

Les actionnaires de St.George Bank se verront proposer 1,31 action Westpac pour chaque action St.George, soit une prime de 28,5% par rapport au cours de clôture de vendredi. L'offre valorise St.George Bank à 18,6 milliards de dollars australiens, soit 33,10 dollars l'action St.George. A l'issue de l'opération, les actionnaires de St.George détiendraient 28,1% de la nouvelle entité.

L'accord prévoit une période d'exclusivité de deux semaines, pendant laquelle les termes de la fusion vont être négociés. La fusion est conditionnée à l'accord des autorités australiennes de la concurrence. Les analystes ne s'attendent pas à l'émergence d'une offre concurrente sur St George émanant d'un autre grand établissement, en raison des obstacles réglementaires et de la baisse récente des valeurs financières à la Bourse de Sydney. Westpact, valorisée 12,9 fois le bénéfice estimé, affiche en effet le plus haut multiple des grandes banques du pays. St George, au contraire, a vu son PER tomber sous sa moyenne historique à 11,5.

La cotation des deux titres, suspendue lundi, devait reprendre ce mardi.

Le 9 MAI : L’Australie augmente l’importation de la viande en Russie (Source : "investir-russie.com")

Dans son interview au magazine DJ, M. Jones, l’un des analystes marketing de la division Europe et Russie de l’institut d’études australien Meat & Livestock Australia, s’est réjouit d’une dynamique positive de l’importation de la viande en Russie.

En effet, pour la période de janvier à avril 2008, l’Australie a importé 13 192 tonnes en Russie, contre 445 tonnes de la même période de l’année précédente. En avril dernier, l’importation de la viande s’est chiffrée à 8 426 tonnes contre 2 572 tonnes un mois d’avant et seulement 75 tonnes en avril 2007.
L’Australie a pu bénéficier ainsi de l’interdiction à l’import que la Russie a imposée aux certains pays de l’Amérique Latine et de l’Europe. Par ailleurs, la demande intérieure reste soutenue, la consommation de la viande en Russie étant inférieure par rapport aux autres pays : 15,73 kg par an par habitant.

Source www.vedomosti.ru

Le 9 MAI : L'Australie prévoit plus d'inflation et moins de croissance (Source : "lesechos.fr")

La banque centrale d'Australie a revu vendredi ses prévisions pour l'inflation en 2008 à la hausse, et celles de la croissance à la baisse, laissant augurer une stabilité des taux d'intérêts d'ici la fin de l'année, selon des analystes.
La Banque de Réserve australienne (RBA) a indiqué, dans son communiqué trimestriel sur la politique monétaire, que l'inflation globale risquait d'atteindre 4,5% en 2008, soit un point entier de pourcentage de plus que lors de sa dernière estimation publiée en février.
La prévision de l'inflation se situe ainsi bien au-dessus de la fourchette de 2 à 3% visée par la RBA et devrait normalement susciter des spéculations sur une éventuelle hausse des taux par la banque centrale pour tenter d'endiguer la hausse des prix.
Mais la RBA a toutefois estimé que si l'inflation resterait haute sur le court terme, elle devrait revenir dans la fourchette de 2 à 3% vers le milieu de 2010.
Elle a également revu à la baisse son estimation de la croissance australienne en 2008 à 2,25%, soit un point de moins que la prévision de février.
La Banque centrale d'Australie avait encore relevé en mars son taux directeur d'un quart de point à 7,25%, afin de juguler l'inflation, juste un mois après une précédente hausse qui portait ce taux à son plus haut niveau depuis douze ans.

Le 8 MAI : Mois d'Avril record pour les ventes de Fiat en Australie (Source : "planete-fiat.com")

En dépit de la morosité de l'économie, Fiat a enregistré un record de vente au mois d'Avril depuis son retour d'Australie en 2006 grâce à la Fiat 500.
"Si nous pouvions répondre à la demande pour les Fiat 500, nous aurions triplé notre résultat du mois d'Avril. La demande australienne pour la Fiat 500 est comme partout, elle dépasse de loin l'offre et nous sommes maintenant à quatre mois de délais d'attente. Ce qui est probablement unique dans sa catégorie." dit Edward Butler, le directeur général de Fiat en Australie.

Source : Fiat Australie (http://www.fiat.com.au/)

Le 30 AVRIL : Australie : les prix des vins rouges superpremium en hausse de 20 % (Source : "vitisphere.com")

Les stars de la viticulture australienne ont vu la cote de leurs meilleures cuvées en rouge augmenter de 20 % en un an, alors que la hausse habituelle est des prix est de l'ordre de 6 % par an sur ce segment de la gamme.
Interrogés par le Daily Telegraph, deux dirigeants australiens de ventes aux enchères ont commenté cette vertigineuse hausse de la cote en évoquant "une demande qui parait insatiable pour les vins au sommet de la gamme", pour Stewart Langton, de la société Langtons Wine Auctioneer & Exchange. Graham Wright, de Oddbins Wine Auction voit cette tendance se renforcer dans l'avenir à la faveur d'un effet Hong-Kong : "la demande en direction des top-premiums australiens ne devrait pas faiblir, avec l'intérêt des acheteurs asiatiques, dopé par la suppression des taxes sur le vin à Hong Kong. Il est en outre question que Singapour adopte la même mesure." La mauvaise santé des marchés financiers est elle aussi pointée du doigt par Graham Wright : "les gens veulent revenir à des investissements solides et tangibles. Comme une bouteille de Grange."

Le premier à se réjouir de cette tendance sur le marché australien est le groupe Foster, qui détient dans son portefeuille la très prestigieuse marque Penfold's, qui met demain sur le marché son nouveau millésime de qualité premium, collection emmenée par la cuvée icône de la marque, Grange. Le Grange 2003 sera disponible à partir de demain sur le marché australien pour 500 à 550 dollars australiens (soit entre 300 et 330 euros).

[ Source : The Daily Telegraph ]

Le 4 / 5 AVRIL (?) : Australie : l'économie pas menacée (Source : "lefigaro.fr")

L'économie australienne n'est pas menacée de récession prochaine si l'inflation est contenue, a déclaré aujourd'hui le patron de la Banque de réserve australienne (RBA), Glenn Stevens.

S'exprimant devant une commission parlementaire, M. Stevens a estimé que la maîtrise de la croissance économique devait être accompagnée d'une gestion de l'inflation de la part de la banque centrale.

"Je pense que nous allons pouvoir le faire, et si cela donne de bons résultats, nous pourrons à l'avenir maintenir la croissance", a-t-il déclaré. "Récession? Je ne pense pas que nous allons en connaître prochainement", a également déclaré le patron de la banque centrale australienne.

Mercredi, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke avait pour la première fois clairement évoqué la possibilité d'une récession aux Etats-Unis.

Le 1er AVRIL : Nouvelle étape pour le travail saisonnier en Australie (Source : "radioaustralia.net.au")

Le secrétaire d'État aux affaires du Pacifique, Duncan Kerr, s'est exprimé sur le travail saisonnier au Lowy Institute de Sydney, un institut qui encourage un public averti à débattre des questions de défense et de sécurité sur le plan national et international.
Tandis que les exploitants agricoles australiens attendent une réponse du gouvernement fédéral pour savoir s'ils pourront recruter des travailleurs des îles du Pacifique, Duncan Kerr, a indiqué que la prochaine étape sera de tester la demande locale.
Après de récentes discussions avec des dirigeants du Pacifique, M. Kerr reconnaît que les demandeurs d'emploi saisonnier sont nombreux dans le Pacifique. Dans le cadre de son programme d'emploi, la Nouvelle-Zélande devrait faire appel à 5 000 travailleurs du Pacifique en 2008.
Duncan Kerr déclare toutefois qu'un tel programme pourrait effectivement être efficace en Australie à condition que la demande soit forte : « Nous aimerions examiner réellement la demande pour de la main d'œuvre et voir comment sera reçu un programme de travail saisonnier dans différentes parties de l'Australie. »
Duncan Kerr veut s'assurer que l'emploi de travailleurs du Pacifique ne se fera pas aux dépens des Australiens et que ces travailleurs du Pacifique bénéficient de conditions de travail et de salaires appropriés.
Le Premier ministre australien Kevin Rudd, a fait savoir qu'il aimerait bien prendre une décision à ce propos avant le prochain sommet du Forum des îles du Pacifique en août prochain

Le 28 MARS : L'Australie ne hâtera pas sa décision (Source : "radioaustralia.net.au")

Les agriculteurs australiens devront patienter encore plusieurs mois avant de savoir s'ils seront autorisés à recruter des travailleurs saisonniers du Pacifique. Stephen Smith, le ministre australien des affaires étrangères, a répété depuis Auckland où il s'est entretenu avec son homologue néo-zélandais, Winston Peters, que : « Nous avons dit quand nous étions dans l'opposition que nous regarderions attentivement le programme pilote néo-zélandais [sur le travail saisonnier] et c'est ce que nous faisons. » M. Smith a précisé qu'une décision sera prise dans le courant de l'année et que d'ici là, les fermiers devront prendre leur mal en patience.
Face au manque de main d'œuvre, la Fédération australienne des exploitants agricoles a lancé un appel au gouvernement fédéral pour ouvrir les portes du marché du travail à des travailleurs saisonniers du Pacifique

Le 27 MARS : Australie : Kevin Rudd appelle à un meilleur contrôle financier mondial (Source : "casafree.com")

Le Premier ministre australien Kevin Rudd a déclaré jeudi qu'il s'attachait à rechercher les façons d'améliorer le contrôle des risques internationaux sur fond de crise financière planétaire.

"Nous allons travailler avec d'autres économies pour améliorer les systèmes de gestion des risques internationaux. Cela impliquerait une révision des options pour une intensification de la supervision financière à l'échelon mondial",
a indiqué le chef du cabinet lors de la conférence du Nouvel agenda pour la prospérité tenue jeudi à Melbourne.

"Au niveau international, nous avons besoin de perfectionner les régulations sur la transparence de la révélation du risque, les pratiques d'évaluation et la nature des leviers", a fait remarquer M. Rudd.

"Cela exige des efforts concertés entre nous et les autres parties pour travailler étroitement avec les principales institutions de coordination internationales, telles que le FMI et le Comité de Bâle, pour identifier les principaux risques, les vulnérabilités et les programmes de réformes", a souligné le Premier ministre.

Aux dires de M. Rudd, ces affaires figureront en tête de ses priorités lors de sa prochaine tournée jeudi, qui le conduira pendant 18 jours aux États-Unis, en Europe et en Chine.

Le 19 FEVRIER : L'Australie investira quatre milliards de dollars à l'industrie minière de l'Indonésie (Source : "french.xinhuanet.com")

Des entreprises australiennes sont prêtes à investir plus de quatre milliards de U.S. dollars dans l'industrie minière de l'Indonésie, a déclaré le commissaire supérieur au commerce de l'Australie, Rod Morehouse, cité mardi par le journal local Jakarta Post.

M. Morehouse, en visite en Indonésie, assistera à l'exposition et conférence d'Ozmine de 2008, du 19 au 23 février, organisé par l'Australie.

Le groupe Rio Tinto, un des géants mondiaux de l'industrie minière et basé en Australie, a exprimé en 2007 sa volonté d'investir deux milliards de dollars dans un projet de mine de nickel sur l'île de Sulawesi, qui devrait produire 46 000 tonnes de nickel par an et créer 5. 000 emplois.

L'ambassadeur australien en Indonésie, Bill Farmer, a indiqué que les deux pays, partenaires depuis longtemps dans l'industrie minière, entrent dans un "chapitre excitant".

"Les mineurs australiens font partie de l'histoire du succès de l'industrie minière de l'Indonésie. Nous avons développé des moyens en réglant des questions dans l'industrie minière. Nous apporterons ceci à l'Indonésie", a-t-il indiqué.

Le 18 FEVRIER : Automobile : Ford Aquitaine Industries produira pour l'Australie (Source : "usinenouvelle.com")

Un petit coin d'éclaircie pour Ford Aquitaine Industries ? L'usine girondine du constructeur américain va lancer une nouvelle production en série de la transmission S 5 vitesses qui équipera des véhicules à propulsion assemblés en Australie pour le marché local. Les transmissions produites sur le site de Blanquefort (une centaine de boîtes par, jour) seront assemblées dans l'usine de Ford Australie à Broadmeadows, près de Melbourne.

Avec l'obtention de ce nouveau marché, Ford Aquitaine Industries démontre sa compétence, sa flexibilité et sa volonté de s'ouvrir à la diversification, même très loin de son marché traditionnel » a indiqué Laurent Dudych, président de Ford Aquitaine Industries dans un communiqué.

Pas de quoi faire baisser la pression parmi les 2000 salariés de l'usine girondine. Samedi, l'intersyndicale a offert le péage à tous les vacanciers sortis de l'autoroute à Virsac. Lundi matin, un nouveau blocage de l'usine est prévu pour 48 voire 72 heures. Le blocage des accès des camions et de certaines zones stratégiques a été décidé.

Le 18 FEVRIER : EXPORT : L’Australie augmente sa consommation de vins de Bourgogne (Source : "lemoci.com")

On attendait les pays asiatiques mais l'Australie a pris ses voisins de vitesse. En effet, tous vignobles confondus, l’ensemble des vins tranquilles AOC (hors vins effervescents et vins de table) a progressé de 24 % sur ce marché tout neuf. Les vins de Bourgogne en particulier savourent leur forte progression sur ce marché en 2007 avec des exportations en hausse de 67% en volume et 74% en valeur, selon les tous derniers chiffres communiqués ce jour par le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB).

« S’il y a un marché export dont on parle peu, mais qui prend de l'importance pour la Bourgogne, c’est bien l’Australie » peut-on lire dans la lettre éditée par le BIVB en février (n° 127). Au total, les Bourguignons ont expédié dans ce pays quelque 460 000 bouteilles pour une facture de 6,4 millions d’euros (soit 1 % du chiffre d’affaires export de la région).
Cette progression traduit l’évolution de l’Australie qui ne se contente plus d’être un grand pays producteur et exportateur, mais devient un vrai marché de consommateurs. En outre, les vins de Bourgogne, souligne t-on au BIVB, bénéficient du fait que « la grande distribution n'ayant pas le droit de vendre de vin, les cavistes se partagent le gros de ce marché pour les vins importés. Et leur rôle de prescripteur-conseil peut être bénéfique à la Bourgogne ». D'autant que dans ce pays qui pratique la formule du « BYO » (bring your own) on peut acheter sa bouteille chez le caviste et l'apporter au restaurant.

Le 15 FEVRIER : Communiqué de THALES : Thales remporte un contrat majeur en Australie dans le secteur des transports terrestres (Source : "http://communiques.infos-decideur.com")

Principal fournisseur mondial de solutions de sécurité et de services, Thales remporte le contrat de conception et de mise en œuvre du programme de péage « free flow » de Queensland Motorways Limited.
Ce programme de plusieurs millions de dollars prévoit le déploiement de systèmes de péage automatique sur plusieurs routes d’accès à Brisbane (Logan Motorway, Gateway Extension et Gateway Bridge)
péage dématérialisé entièrement électronique qui supprime les barrières de péage, ce qui améliore les temps de trajet, réduit les encombrements, renforce la sécurité, réduit les émissions de gaz à effet de serre et devrait permettre aux automobilistes de Brisbane de circuler plus rapidement dès 2009.

« Le déploiement du péage free flow permettra de supprimer les voies et les guichets de péage, le paiement étant électronique », explique Phil Mumford, directeur général de Queensland Motorways. « Avec ces systèmes de pointe, nous serons parfaitement équipés pour fournir à nos clients des services et des produits de péage performants et économiquement avantageux, maintenant et dans le futur. »

Avec un volume de trafic annuel estimé à 69 millions de véhicules sur les autoroutes Gateway et Logan, la mise en place du péage « free flow » améliorera sensiblement l’exploitation des routes à péage dans le Queensland, offrant aux automobilistes de Brisbane des conditions de circulation nettement plus sûres.

Fournisseur d’infrastructures de routes et de ponts dans tout l’État du Queensland, Queensland Motorways Limited est à la fois le propriétaire et l’exploitant de plusieurs autoroutes à péage : Gateway Bridge, Logan Motorway, Gateway Extension et Port of Brisbane Motorway.

Le concept de péage « free flow » permet aux automobilistes de payer le péage quelle que soit la vitesse à laquelle ils roulent, dans une fourchette de 0 à 110 km/h, grâce à un dispositif électronique fixé sur le pare-brise du véhicule.

Le matériel de péage sera monté sur un simple portique surplombant la route et ne nécessitera ni structure supplémentaire ni marquage spécial sur la chaussée.

Le système de péage « free flow » est composé des éléments suivants :

portique qui supporte le matériel de communication,

sous-système de classification pour déterminer la classe de véhicule, par exemple voiture, camion, car, etc.

sous-système de traitement des images qui enregistre le numéro d’immatriculation des véhicules,

sous-système centralisé qui surveille et commande les portiques de péage.

Le système de péage « free flow » de Thales utilise une technologie innovante et un système spécialisé de traitement des images développé avec la société allemande Vitronics, premier fournisseur de technologies de péage et de détection des infractions au code de la route utilisées en Allemagne et partout dans le monde.

Les principaux avantages des systèmes de péage « free flow » de Thales sont le simple portique nécessaire pour les installer et leurs sous-systèmes de classification.

Thales déploiera et supportera les solutions sur place, tandis qu’une part importante du développement et de la configuration du logiciel sera effectuée par Thales Australie.

« Ce contrat conforte le positionnement de Thales en tant qu’acteur mondial leader du marché du péage. Il montre également l’impact des efforts récents d’investissement et de développement du Groupe pour que Thales conserve son avance sur la concurrence dans le secteur du péage électronique », commente Olivier Houssin, Directeur général adjoint de Thales, présent à la signature du contrat.

« Ce programme confirme la volonté de Thales d’investir au niveau local dans l’industrie, la technologie et les gens», déclare Pierre Maciejowski, directeur de la division Solutions de Sécurité & Services pour l’Australie.

Le 14 FEVRIER : Crédit Agricole : CAAM lance une filiale en Australie (Source : "boursier.com")

Credit Agricole Asset Management Group (CAAM Group) a décidé de renforcer sa présence en Australie. Après avoir ouvert, début 2007, un bureau de représentation à Sydney, CAAM Group vient de créer une filiale à 100 %, Credit Agricole Asset Management Australia Ltd (CAAM Australia) .

Le lancement de CAAM Australia souligne l'engagement du groupe envers l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Depuis l'année dernière, les encours sous gestion y ont affiché une progression permettant d'atteindre près de 1,2 milliards de dollars australiens (726 Millions d'euros).

CAAM Group annonce, également, la nomination, en Australie, de John Maragiannis, en tant que Directeur de la Distribution. Avant de rejoindre CAAM Australia, celui-ci était Directeur Commercial institutionnels chez Crédit Suisse Asset Management (CSAM), depuis Mars 2006 ; il avait exercé, précédemment la fonction de commercial dédié à la clientèle institionnels chez Schroder Invesrment Management.

Sous l'autorité du Responsable Pays, Richard Borysiewicz, John Maragiannis aura en charge la vente et les relations clients auprès des investisseurs institutionnels et des particuliers, ainsi que le développement de CAAM Australia

Le 7 FEVRIER : Australie : augmentation des investissements étrangers (Source : "french.xinhuanet.com")

Près de 30% des compagnies australiennes possèdent des propriétaires étrangers puisque le pays continue d'attirer des investisseurs étrangers.

Selon l'Annuaire de l'Australie pour 2008 publié jeudi par le Bureau australien des statistiques, la valeur des capitaux étrangers dans le secteur australien des entreprises occupe 28% des propriétés totales des 2,2 trillons de dollars autraliens (1, 98 trillon de dollars américains) au 30 juin 2007.

Par ailleurs, selon l'Annuaire, la valeur des exportations s'est accrue plus rapidement que celle des importations, avec un déficit commercial en 2006-07 d'environ 12 milliards de dollars australiens (10,8 milliards de dollars américains), soit une baisse de trois milliards de dollars australiens (2,7 milliards de dollars américains) par rapport à l'année précédente.

Le Japon reste le plus grand client de l'Australie, en achetant près de 20% de tous ses produits exportés d'une valeur de 32 miliards de dollars australiens (28,8 milliards de dollars américains), suivi de près par la Chine, qui a importé 14% des produits australiens pour une valeur de 23 milliards de dollars autraliens (21,7 milliards de dollars américains).

Le commerce avec la Chine n'est pas à sens unique. L'Australie a importé les produits chinois d'une valeur de 27 milliards de dollars australiens (24,3 milliards de dollars américains), représentant 15% de toutes ses importations.

Les voitures ont représenté la plupart des importations australiennes, suivies par le pétrole, d'autres produits de combustibles et des ordinateurs, a ajouté l'Annuaire.

Le 2 FEVRIER : La Fiat Ritmo arrive en Australie (Source : "planete-fiat.com")

La toute nouvelle Fiat Ritmo est arrivé le 1 Février 2008 en Australie offrant un nouveau style de performances et d'excitation, que seule une voiture imprégnée d'âme italienne peut offrir.
La Fiat Ritmo est bien entendu pour nous la Fiat Bravo. Pour commencer Fiat proposera quatre versions de la Ritmo en Australie, et d'autres modèles arriveront en 2008. Les niveaux de finition seront les versions émotion et sport, avec les moteurs 1,4l T-Jet 150ch et le 1,9l jtd 16V 150ch

Le 3 JANVIER : Australie : 1000 producteurs de vin pourraient disparaître (Source : "vitisphere.com")

La sévère sécheresse qui touche le vignoble australien pourrait entraîner la disparition de quelque 1000 producteurs de raisins sur les 7500 que compte le pays. La plupart de ces producteurs en difficulté est installée dans le bassin de Murray-Darling qui fournit 60 à 70% de la production australienne de vin. Cette région est la plus touchée par la sécheresse et, privés d’eau d’irrigation, les vignes ne produisent plus. La récolte 2008 devrait péniblement atteindre 1,2 millions de tonnes et en 2009, elle pourrait tomber à 1,16 millions de tonnes alors que la moyenne des 5 dernières années a été de 1,9 millions de tonnes. Cette baisse de la production pourrait affecter les exportations de vins australiens qui ont continué en 2007 à franchir de nouveaux records tant en valeur qu’en volume. A fin juillet 2007, sur une période de 12 mois, les exportations ont franchi le cap des $3 milliards.

[ Source : The Sydney Morning Herald ]