LES ACTUALITES AUSTRALIENNES

ENVIRONNEMENT

 

Le 19 NOVEMBRE : Défense des animaux : Des activistes australiens affirment avoir donné de la viande de porc à des moutons destinés au Moyen-Orient (Source : "edicom.ch")

Des militants de la défense des droits des animaux ont affirmé mercredi avoir donné de la viande de porc à des moutons destinés à être vendus au Moyen-Orient et déclarent qu'à présent ces animaux sont devenus impropres à la consommation pour les musulmans. " Le fait est que ces animaux ne satisfont plus aux exigences des pays du Moyen-Orient " a déclaré à l'Associated Press Ralph Hahnheuser, un militant de l'association " Animal Liberation ".
Si elle est confirmée, cette action vient un peu plus gêner les exportations australiennes très lucratives de bétail vivant.
La revendication n'a pas pu être vérifiée dans l'immédiat mais la police et des fonctionnaires de l'agriculture ont ouvert une enquête dans la ville de Portland, un port du sud du pays où les 70.000 moutons attendaient leur embarquement.
Les exportateurs australiens de bétail vivant se remettent à peine d'un scandale dans lequel un bateau rempli de moutons avait erré des semaines durant dans les eaux du Moyen-Orient après le refus de l'Arabie Saoudite de les accueillir prétextant que ces moutons étaient malades. Ils avaient finalement été débarqués en Erythrée après que le gouvernement australien eût déboursé des millions de dollars pour les nourrir alors qu'ils se trouvaient en mer pendant onze semaines. Mais près de 3.800 des 50..000 moutons de la cargaison étaient morts.

Le 15 NOVEMBRE : Gâteau rose pour les 175 ans d'Harriet la tortue (Source : "http://info.france2.fr")

La tortue Harriet, l'un des plus vieux animaux vivants au monde, a fêté ses 175, avec un gâteau rose à la fleur d'hibiscus.

Cette tortue géante des Galapagos aurait été recueillie par le scientifique Charles Darwin en 1835, estime-t-on à l'Australia Zoo, dans le Nord de l'Australie, où Harriet à passé ces 17 dernières années.

Certains historiens en doutent, mais il n'y a en tot cas pas de mystère sur l'âge de la tortue, prise pendant plus d'un siècle pour un mâle et baptisée à l'époque Harry.

Le 11 NOVEMBRE : Des kangourous sauvages en forêt ! (Source : "Le Parisien - Yvelines" (journal "papier"))

"Attention, kangourous !" Depuis quelques jours, des panneaux de signalisation ont fleuri au bord des routes du sud du département, le long des D 91 et 176, invitant les automobiliste à lever le pied face à l'éventuelle traversée de marsupaux. A défaut de faire ralentir les conducteurs, ces indications ont au moins le mérite de les faire sourire. Cette nouvelle signalétique, digne des déserts australiens, n'est aucunement le fait de la Direction Départementale de l'Equipement (DDE) mais d'anonymes. Réalisés avec soin au pochoir sur les panneaux indiquant une route prioritaire, ils provoquent leur petit effet.

"J'ai découvert ces panneaux il y a une dizaine de jours et j'ai trouvé que c'était une bonne chose, dans la mesure où nous avons l'habitude de voir fréquemment des kangourous en forêt de Rambouillet, indique Françoise Grangeon, maire d'Emancé. Dernièrement, une habitante de la commune a percuté un de ces animaux" lâche l'élue.
Dans le massif forestier de Rambouillet, la présence de kangourous en liberté n'est pas un phénomène nouveau. "Ils se sont échappés du parc Sauvage d'Emancé il y a une trentaine d'années de cela et vivent aujourd'hui dans le sud du massif de Rambouillet, en bordure de l'Eure-et-Loir, sur une dizaine de communes depuis Orphin, Orcemont, Gazeran ou encore Saint-Hilarion, explique Stéphane Walzak, de la Ficevy, la fédération interdépartementale des chasseurs de l'Essonne, du Val-d'Oise et des Yvelines. Ces walabis gris de 70 à 80 centimètres se sont bien adaptés à l'environnement. Ils se nourrissent de bourgeons et de feuilles. Et sont visibles essentiellement le matin et le soir."
La Ficevy, sans avoir fait de comptage, estime la population à une cinquantaine. "Ils se reproduisentau mois d'août", précise le spécialiste. Certains ont été victimes d'automobilistes, d'autres de tirs de chasseurs, ou encore de leurs chiens. Impossible toutefois de quantifier le nombre de tués. "Il y a un vide juridique en la matière. Les kangourous ne sont répertoriés ni dans les espèces à protéger, ni parmi les nuisibles. Qui irait se vanter d'avoir tué un kangourou ?" poursuit le représentant de la Ficevy.>/div>
Ce phénomène pourrait s'étendre sur tout le sud du département. Il est probable en effet que ces petits walabis gris aient colonisés la Vallée de Chevreuse. "Il y a une dizaine d'années, on nous a signalé la présence d'un kangourou à Bullion et plus récemment à Saint-Léger-en-Yvelines. Mais rien est sûr", commente la Ficcevy.
Action préventive ou simple plaisanterie, cette signalétique permet au moins de lever un tabou. "Jusqu'alors, lorsque vous aviez des invités qui avaient croisé des kangourous sur la route, ils n'osaient pas vous le dire en arrivant. C'est seulement au cours du repas qu'ils lâchaient la nouvelle. Peut-être que cela va changer", conclut le maire d'Emancé.

Le témoin du jour : Brigitte Perrin - 54 ans - clerc de notaire, Emancé
"J'en ai percuté un en voiture"
"Bien sûr que j'ai vu des kangouros en forêt de Rambouillet. J'en ai même percuté un l'hiver dernier". Pour Brigitte Perrin, clerc de notaire à Rambouillet, le spectacle de marsupiaux dans la forêt domaniale n'a rien d'exceptionnel. "Nous ne passons pas une semaine en hiver sans en apercevoir. L'été, c'est plus rare, mais tout de même. Il y a même des kangourous albinos", confie cette habitante d'Emancé qui a eu l'occasion de voir ces bêtes de très près. "C'était l'hiver dernier. Je venais de la gare de Gazeran et j'allais à Emancé, quand soudain, au niveau du domaine de Montlieu, un kangourou s'est pratiquement jeté sous ma voiture. Je l'ai percuté de plein fouet. Je n'ai même pas eu le temps de freiner", raconte-t-elle. Immédiatement, elle prévient les gendarmes, visiblement coutumiers de ce genre d'appels, et alerte don assurance. "Celle-ci a décidé de se retourner contre la réserve zoologique Sauvage, qui lui a répondu qu'il ne manquait aucun animal à son recensement. Et que les kangourous en forêt étaient assimilés à des animaux sauvages de la forêt", explique-t-elle, avant de conclure : "Au moins, je fais rire mes collègues avec mes histoires."

Le 27 OCTOBRE : Australie : les moutons du Cormo Express offerts à l'Erytrée. (Source : "clicanoo.com"(le journal de l'île de la Réunion))

L'Australie a offert à l'Erytrée les 52.000 moutons bloqués depuis près de 3 mois à bord d'un navire, le Cormo Express, a déclaré vendredi un porte-parole du ministre de l'agriculture, Warren Truss. Le pays de la corne de l'Afrique a délivré un permis d'iùmprtation vendredi à la suite d'un accord passé entre les deux pays le 16 octobre. Le ovins ont été débarqués au port de Massawa au terme d'une odyssée de 80 jours entamée le 6 août dernier. "C'est un soulagement" a avoué Warren Truss. En vertu de l'accord, l'Australie verse un million de dollars australiens à l'Erytrée pour les frais de transport, de débarquement et d'abattage.
L'Arabie Saoudite, qui avait au départ acheté les ovins a refusé d'en prendre livraison fin Août en arguant que 6 % d'entre eux avaient la gale, ce que conteste l'Australie. Une trentaine de pays du Proche-Orient ont à leur tour refusé les moutons qui ont été rachetés par l'Australie pour le prix de 3,2 millions de dollars et offerts en cadeau. Le gouvernement et les éleveurs australiens refusaient d'abattre les moutons en mer, ainsi que le prônaient les défenseurs des droits des animaux. Quelques 5.000 bêtes sont mortes de chaleur et d'épuisement, princpalement pendant des inspections dans le port saoudiens de Djeddah.

Le 16 OCTOBRE : Franz Weber veut héberger les 50.000 moutons australiens mis à ban par les pays arabes dans sa réserve de chevaux sauvages au Sud de Darwin - Il lance un appelle au premier ministre australien. (Source : "edicom.ch")

L'écologiste Franz Weber se porte à la rescousse des 50.000 moutons australiens achetés par un importateur saoudien qui errent depuis plusieurs semaines à bord d'un cargo dans le Golfe persique. Craignant des maladies, plusieurs pays arabes ont refusé de les voir débarqué. Franz Weber offre de les accueillir dans sa réserve pour chevaux sauvage au sud de Darwin en Australie.
"Incapable de rester les bras croisés face à la tragédie de ce bateau maudit avec sa cargaison de malheur", le bouillant écologidste montreusien (suisse) a lancé un appel pressant au premier ministre australien John Howard, comme l'a annoncé sa fondation.
"Nous sommes prêts, écrit Franz Weber dans sa missive au premier ministre à héberger les 50.000 moutons dans notre réserve clôturée de 50 000 kilomètres carrés en attendant que'une solution soit trouvée qui les préservera de toute nouvelle souffrance" ...
Franz Weber comptesur le soutien de la communauté internationale pour mener son opération à bien, notamment en ce qui concerne le transport des animaux, leur installation, leur ravitaillement, les soins vétérinaires ... A ses yeux, cette décision rétablirait l'image de l'Australie, "ternie par ce scandale".

Le 2 OCTOBRE : L'errance maritime de 50 000 moutons australiens (Source : "Le Monde" (Journal papier))

Les 50 000 moutons bloqués depuis près de deux mois sur un bateau dans le Golfe Persique pourraient être ramenés en Australie si Canberra ne parvient pas à trouver rapidement un pays qui souhaite les acheter.
Le navire néerlandais Cormo-Express a quitté, mardi 5 août le port de Freemantle en Australie Occidentale avec près de 58 000 moutons à son bord. Mais à leur arrivée au port de Djedda en Arabie Saoudite le 21 Août, un vétérinaire local a estimé que les animaux ne pouvaient être débarqués, arguant que trop de ruminants étaient atteints de gale, ce que refute les Australiens. Depuis le Gouvernement fédéral tente désespèrement de trouver un pays qui accepterait de racheter les moutons.
Accablés par la chaleur, près de 5 000 moutons sont déjà morts dans le bateau, ce qui a provoqué la colère de Brigitte Bardot. En effet, dans une lettre ouverte adressée au ministre australien de l'agriculture, elle a trouvé la situation actuelle "intolérable"et a estimé qu'il était "absolument nécessaire de trouver une solution humaine pour éviter l'agonie de 50 000 moutons". Cet incident n'est pas le premier qui frappe les exportations australiennes d'animaux vivants. ...
Pour éviter une nouvelle catastrophe, CAnberra a racheté mardi 30 septembre à l'importateur saoudien les moutons du Cormo-Expess pour 2,65 millions d'euros. Les autorités se donnent encore trois jours pour trouver un acheteur dans le Golfe Persique avant de renvoyer le bateau an Australie. L'enjeu est de taille pour les éleveurs australiens qui exportent chaque année pour un milliard de dollars australiens (590 millions d'euros) d'animaux vivants.

Le 7 JUILLET : 24 nouveaux sites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO (Sources : "categorynet.com")

Communiqué de presse n° 2003-41
Vingt-quatre nouveaux sites ont été inscrit le 3 juillet sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Ces inscriptions ont été décidées par le Comité du patrimoine mondial, réuni depuis le 30 juin au siège de l'Organisation dans le cadre de sa 27ème session. La liste du patrimoine mondial compte désormais 754 sites de "valeur universelle exceptionnelle", dont 582 culturels, 149 naturels et 23 mixtes.
Parmi les 24 sites ajoutés à la liste, on trouve un site naturel en Australie : Le Parc national de Purnululu dans l'Etat d'Australie Occidentale.
Ce site de 239 723 hectares contient le massif très découpé des Bungle Bungle, composé de grès quartzique du Dévonien érodé pendant 20 millions d'années. Cet exceptionnel site doit son existence à l'interaction de plusieurs phénomènes géologiques, biologiques, climatiques et d'érosion.

Le 16 JUIN : Mieux protéger les Cétacés (Sources : "Edicom.ch" - "actu.yonne-republcaine.fr" - "tf1.fr")

La Commission Baleinière Internationale (C.B.I.) réunie à Berlin a voté une réolution dite "initiative de Berlin" qui vise à faire de la conservation des mammifères marins et non plus l'interdiction de la chasse le coeur de la mission de la C.B.I. L'initiative, adoptée lors d'un vote serré par 25 pays pour contre 20 défavorables, prévoit la création d'un comité interne chargé d'évaluer les menaces qui pèsent sur les cétacés, comme la pêche extensive, la pollution, les changements climatiques. Cette initiative a déjà été signée par 18 pays dont l'Australie et la France, nécessite l'approbation de la majorité simple des 49 délégués de la CBI pour être adoptée. Elle prévoit aussi la création d'un fonds pour les recherches orientées vers la conservation des cétacés. La C.B.I. devrait se pencher sur la création de sanctuaires pour les baleines dans le Pacifique Sud, proposée par l'Australie et la Nouvelle-Zélande et dans l'Atlantique Sud sur proposition de l'Argentine et du Brésil.

Le 10 JUIN : La Grande Barrière de Corail va être protégée (Source : "Le Petit Quotidien n° 1247 - Un vrai journal dès 7 ans")

Le Quotidien des enfants " Le Petit Quotidien" de ce jour fait sa une de la protection de la Grande Barrière de Corail. Une photo de corail en pleine page avec comme titre "La Grande Barrière de Corail va être protégée". Et comme lignes de présenration : "La pêche et la navigation vont être interdites sur près d'un tiers de la surface de la Grande Barrière de Corail près de l'Australie (Océanie). Pour la protéger".

Le 2 JUIN : L'Australie va protéger la Grande Barrière de Corail (Source : "Edicom.ch")

L'Australie va prendre des mesures pour sauvegarder la Grande Barrière de Corail. La pêche et la navigation vont être interdites sur environ un tiers de sa surface. Seules des activités de recherche scientifique ou de tourisme seront autorisées. Ces mesures vont créer des zones de "haute protection" couvrant de 4,6 % à 30 % des surfaces autour des récifs. Ce programme de protection comprend également l'augmentation d'environ un tiers de leurs superficies des zones uniquement accessibles aux scientifiques disposant d'autorisation de recherche et la réduction de 34 à 60 % des zones du récif où la pêche des crevettes au chalut est autorisée. La Grande Barrière de Corail australienne compte 2900 espèces de corail, 900 îles et 1500 espèces de poissons. Elle est considérée par les scientifiques comme le plus vaste organisme vivant au monde.

Le 14 MAI : Un kangourou tué par une voiture ... en Autriche (Source : "Edicom.ch")

La police autrichienne a annoncé avoir découvert la carcasse d'un kangourou écrasé par une voiture près de la ville de Steyr à 160 kilomètres de Vienne, au centre du pays. Le marsupial, appartenant à un propriètaire privé, s'est, semble t'il, échappé de sa cage puis ) sautiller jusqu'à une route. Il a été heurté par une voiture. Le chauffeur du véhicule ne s'est pas arrêté, "commettant un délit de fuite" a rapporté la police de Steyr.

Le 25 AVRIL : Les écosystèmes d'Australie disparaissent (Source : "cybersciences.com")

Près de 3 000 écosystèmes d'Australie disparaitront rapidement à cause de la déforestation, menaçant la survie de 1 595 espèces animales et végétales. L'enquête baptisée "Australian Terrestrial Biodiversity Assessment" a été rendue publique le 23 avril dernier. Elle mentionne qu'aucune partie du pays n'est épargnée. La transformation de boisés en paturages et l'utilisaation commerciale du bois seraient les prinipaux responsables de la déforestation. Le rapport mentionne que 22 espèces de mammifères ont disparus en deux siècles, représentant le tiers des mammifères disparus sur la terre durant cette période. Le Ministre de l'Environnement et de l'Héritage, David Kemp a envoyé un message clair aux Etats, qui ont le pouvoir législatif d'agir sur l'exploitation de la végétation.

Le 12 JANVIER : Invasion de dromadaires

Après les lapins, c'est la prolifération des dromadaires qui préoccupe les scientifiques australiens.Importés d'Afrique du Nord et d'Asie par les premiers colons pour transporter les marchandises dans le désert, ils furent abandonnées au profit de moyens de transports plus modernes (automobiles) au début du XXème Siècle et recouvrèrent leur liberté. Aujourd'hui, 750 000 dromadaires vivent dans la nature et 5 000 d'entre eux doivent être capturés, ce qui s'annonce particulièrement difficile.