LES ACTUALITES AUSTRALIENNES EN 2004

ENVIRONNEMENT

 

Le 24 DECEMBRE : Les chameaux sauvages maîtres de l'Outback australien (Source : "http://permanent.nouvelobs.com")

Les chameaux plus nombreux que les kangourous ? Des zones entières du désert australien pourraient bientôt être envahies par les chameaux sauvages si des mesures drastiques ne sont pas prises rapidement pour les éliminer, estime un scientifique spécialiste de la vie sauvage.
L'Australie abrite aujourd'hui environ 500 000 chameaux, qui se déplacent librement dans les vastes déserts du pays, explique Glenn Edwards, scientifique travaillant pour le gouvernement provincial du Territoire du Nord.
Les chameaux ont été introduits en Australie au milieu des années 1800 comme mode de transport dans le désert. Quand les trains et les camions ont remplacé les animaux, leurs propriétaires les ont tout simplement lâchés dans la nature.
En l'absence de prédateurs naturels, mais bénéficiant des vastes espaces pour paître, la population de chameaux a explosé dans certaines parties du centre, du nord et de l'ouest australien. Elle pourrait dépasser le million d'animaux au cours de la prochaine décennie, selon Glenn Edwards
"La population de chameaux sauvages augmente d'environ 10% par an et double tous les huit ans", précise le scientifique. "Ces chameaux se nourrissent avec plus de 80% des espèces disponibles dans les zones où ils vivent, entraînant des conséquences graves sur la végétation".
Pour Glenn Edwards, les chameaux commencent à empiéter sur les terres agricoles, provoquant d'importants dommages aux clôtures à bétail et aux infrastructures rurales.
"Les chameaux étaient jusqu'à présent peu visibles, absents des esprits, vivant dans les zones reculées du désert", souligne-t-il. "Désormais ils se déplacent vers de meilleures terres, des zones de pâture."
L'Australie a connu plusieurs épisodes d'infestationns par des animaux venus de l'étranger. A titre d'exemple, les lapins arrivés d'Europe ont proliféré dans l'Outback, tout comme les crapauds de la canne à sucre (bufo marinus) toxiques, imprtés d'Amérique du sud pour contrôler les insectes dans les champs de canne à sucre, s'étendent vers le nord du pays, tuant la faune locale d'ordinaire mangée par les serpents et les petits crocodiles.
Des responsables du gouvernement du Territoire du Nord réclament un plan de contrôle strict afin de contrôler le nombre de chameaux, notamment les élever pour leur viande et d'autres produits commerciaux.
Partisan de la méthode forte, Glenn Edwards juge que, pour les chameaux vivant dans des zones inaccessibles par la route, il n'y a pas d'autres options que de les tuer depuis les airs. "Il n'y a probablement pas d'autres moyens", conclut-il.

Le 24 DECEMBRE : Le plus fort séisme enregistré depuis quatre ans (Source : "http://permanent.nouvelobs.com")

La terre a violemment tremblée vendredi matin en Tasmanie, île située au sud de l'Australie. Les secousses ont également touché les îles Macquarie au sud de la Nouvelle-Zélande, à mi-chemin entre l'Australie et le continent Antarctique.
Il s'agit du plus important séisme enregistré dans le monde depuis quatre ans. Sa magnitude est estimée à 8,2 sur l'échelle ouverte de Richter. Dans cette région, où les tremblements de terre sont fréquents, il faut remonter à 1924 pour trouver un phénomène sismique d'une telle magnitude.
Fort heureusement, il n'a causé que peu de dégâts et aucune victime n'est à déplorer. "S'il s'était produit au-dessous d'une zone habitée, en Australie, il aurait probablement détruit une ville entière" précise le sismologue australien Cvetan Sinadinovski. Selon lui,il était trente fois plus puissant que le tremblement de terre qui a dévasté en 1989 la ville de Newcastle, dans le sud-est de l'Australie, faisant 13 morts et 160 blessées.
L'archipel des Macquarie, dont les montagnes culminent à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, a été placé par l'UNESCO, sur la liste du patrimoine de l'humanité en raison de sa beauté naturelle et de sa faune. Il abrite, notamment, d'importantes colonies de manchots royaux.

Le 23 DECEMBRE : Séisme de magnitude 8,2 en Tasmanie (Source : "cyberpresse.ca")

Un séisme de magnitude 8,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti tôt vendredi en Tasmanie, île située au sud de l'Australie, sans causé ni dégât ni victime, ont annoncé les sismologues australiens.
Il s'agit du plus important tremblement de terre enregistré dans le monde depuis quatre ans.
Le séisme, qui a également touché les îles Macquarie, situées au sud de la Nouvelle-Zélande, à mi-chemin entre l'Australie et le continent antarctique, s'est produit vendredi à 1h59 locale (jeudi 9h59 heure de Montréal) et a duré quinze secondes.
L'observatoire des sciences de la terre de Strasbourg (est de la France) avait localisé jeudi après-midi l'épicentre du séisme par 53,76 degrés de latitude sud et 161,70 degrés de longitude est.
...

Le 1er AVRIL : Des astronomes découvrent une quarantaine de galaxies "éclipse" (Source : "edicom.ch")

En Australie, des astronomes ont découvert plus de 40 galaxies jusqu'alors inconnues dans une constellation proche de la terre. Ces amas sont si petits qu'ils ont été pris pour des étoiles au sein du groupe de galaxies Fornax.
Fornax est situé à 60 millions d'années lumières, "c'est à dire en termes astronomiques sur le pas de la porte de la terre" a ajouté dans un communiqué cette équipe de 12 scientifiques originaires de 5 pays différents.
Michael Drinkwater, responsable de l'équipe et professeur à l'Université du Queensland, a précisé que les galaxies appartenaient à une catégorie nommée "éclipses ultra-compactes" (UCD).
Les UCD étaient inconnues avant que la même équipe d'astronomes, utilisant le téléscope Anglo-australien, en découvre six toujours dans Fornax, dans le nord-ouest de l'Etat australien de Nouvelles-Galles du Sud en 2000.
Les scientifiques estiment que les UCD sont les noyaux des galaxies, qui à l'origine étaient beaucoup plus vastes mais qyui ont perdu leurs étoiles extérieures.

Le 23 FEVRIER : La Grande Barrière vit ses dernières années (Source : "métro" (journal "papier" gratuit))

La Grande Barrière de Corail australienne pourrait disparaitre avant cent ans en raison du réchauffement climatique révèle une étude publiée samedi.

Selon le centre d'études océanographiques de l'université du Queensland, qui a étudié la question à la demande du Fonds Mondial pour la Nature (WWF), quelles que soient les actions entreprises aujourd'hui, la destruction du corail de la Grande Barrière est inévitable du fait des changements de température engendrés par l'effet de serre. "Dans le pire des scénarios, les populations coraliennes seront anéanties d'ici à 2100 et aucun rétablissementde récifs coralliens ne sera susceptible de se produiredans les 200 à 500 années qui suivront", indique ce rapport intitulé Les implications du changement de climat pour la Grande Barrière de corail australienne. La grande barrière de corail est la plus vaste formation coralienne vivante. Elle s'étend sur 2 000 kilomètres du nord au sud, le long de la côte nord-est de l'Australie. "La barrière n'a de chances de se remettre des dégâts prévus que si la moyenne des changements de température demeure inférieure à deux degrés Celsius", indique le rapport. Le corail, fragile, peut être gravement affecté par une hausse de température inférieure à un degré Celsius.
Des augmentations de la température de l'eau inférieures à un degré ont été enregistrées en 1988 au moment des pires cas de décoloration du corail jamais détectés. Plus chaude, l'eau entraîne la mort des algues qui donnent sa couleur au corail, lequel finit par mourir et s'effriter. En 1988, 16 % des récifs coralliens mondiaux avait été anéantis, avec la mort de 46 % des coraux de l'océan indien.
Or les chercheurs pensent que la température des mers et des océans s'élèvera au cors du siècle de deux à six degré celsius.

Le 15 FEVRIER : Australie : mais que faire des chameaux sauvages ? (Source : "letelegramme.com")

Seul pays du monde à abriter des chameaux sauvages, l'Australie ne savait que faire de ces aniamux devenus une véritable plaie. Une solution a été trouvée. Dans les assiettes.

Les chameaux ont été importés en Australie au milieu de XIXème siècle par des explorateurs qui avaient besoin d'un moyen de transport robuste pour cartographier les zones arides de l'intérieur du pays.
Une fois leur tâche terminée, ces pionniers ont laissé les animaux en liberté et on compte aujourd'hui plus de 500.000 chameaux à l'état sauvage dans le bush australien. Dans leur pays d'origine, ils sont domestiqués.

Un marché inattendu

Selon Peter Seidel, directeur de l'Association de l'industrie du chameau du centre de l'Australie, dans certaines zones , ces grands mammifères étaient devenus un véritable fléau. Que faire ? Les abattre ?
"Personne ne veut vraiment faire ça parce que c'est cher et que ça n'est pas bien vu du tout" dit Peter Seidel
Finalement, l'Australie a trouvé une solution au problèmede surpopulation en dénichant un marché inattendu, au Moyen-Orient, chrez les amateurs de viande du "vaisseau du désert"
Les exportations d'animaux vivants ont commençé il y a trois ans et ce créneau dispose, selon Peter Seidel, d'un immense potentiel, même si la vente de chameaux d'Australie au Moyen-Orient suscite souvent la surprise.
"C'est quelque chose de nouveau auquel les gens ne s'attendaient pas du tout. Mais au fur et à mesure qu'on apprend là-bas que nous avons bel et bien du chameau ici en Australie, les ventes augmentent", a déclaré Peter Seidel.

10.000 chameaux par an

Chaque année, environ 10.000 chameaux, représentant une valeur de 1,52 million de dollars américains, sont exportés, principalement pour leur viande.
Ce commerce pourrait toutefois atteindre les 25.000 têtes au cours des prochaines années en raison des problèmes sanitaires auxquels est confrontée l'Afrique, qui alimente habituellement les pays du Moyen-Orient.
"Au cours de ces dernières années, les problèmes sanitaires sont devenus si graves dans ces pays d'Afrique que ce commerce s'est arrêté. La fièvre aphteuse et d'autres maladies ont décimé les troupeaux et l'Australie est le seul autre fournsseur".

Le 11 FEVRIER : Australie : un requin reste accroché à la jambe de sa vicitime (Source : "edicom.ch")

Un baigneur australien a été contraint de chercher du secours avec un petit requin accroché à sa jambe, selon une radio australienne. Cette aventure s'est produite à Sydney. Le baigneur a réussi à conduire sa voiture pour alerter les sauveteurs.
Luke Tresoglavic était en train de nager à Caves Beach, à une centaine de kilomètres au nord de Sydney, lorsqu'un petit requin lui a mordu la jambe sans vouloir lâcher prise.
"Je l'ai immédiatement attrapé des deux mains le plus fort possible pour l'empêcher de remuer. Et je me suis rendu compte que je n'avais plus qu'à nager dans cette situation en tenant le requin", a raconté le malheureux à la radio ABC
Une fois arrivé sur la plage, il a demandé à des gens de l'aider à se séparer de l'animal mais ce derniern'a rien voulu savoir. "Alors j'ai pris ma voiture dans cet état et je suis allé voir les surveillants de plage, qui heureusement savaient quoi faire", a-t-il déclaré. Les sauveteurs ont arrosé le requin d'eau fraiche pour qu'il desserre les mâchoires et le nageur s'en est tiré avec une petite coupure et une dose d'antibiotiques.
Les requins de cette espèce peuvent atteindre trpos mètres de long et sont réputés pour leur capacité à se camoufler sur le fond marin. Ce ne sont pas des mangeurs d'hommes mais ils peuvent néanmoins infliger des morsures douloureuses.

Le 8 JANVIER : Un véhicule hybride traverse l'Australie en 9 jours (Source : "autoactu.com")

"C'est une première mondiale" a indiqué l'organisateur, Hans Tholstrup, évoquant la traversée de l'Australie, soit près de 4 100 kilomètres, à bord d'une voiture roulant à l'aide de l'énergiz solaire et de l'hydrogène.
Le véhicule, parti le 18 Décembre 2003 de Perth, sur la côte ouest de l'Australie, a traversé le désert pour arriver neuf jours plus tard à Sydney, sur la côte est. "Nous aurions pu le faire en quatre jours, mais nous ne voulions prendre aucun risque. Nous voulions montrer que cela peut être fait", a déclaré l'organisateur de la traversée, Hans Tholstrup.
La voiture, baptisée Apollondine, en référence aux dieux grecs du soleil et du feu, et développée par des étudiants de l'Université Tamagawa de Tokyo, n'a pour seule émission que de l'eau pure. Pour souligner l'événement, le maire de Sydney, Lucy Turnbull s'est empressé de boire un verre de cette eau, dès l'arrivé du véhicule.
Cette traversée épique intervient exactement 21 ans après celle de l'ingnieur danois, Hans Tholstrup qui avait quitté Perth à bord de son prototype solaire, en 1982. Le pionner des courses de voitures à énergie solaire, a assuré que "tôt ou tard", ce genre de véhicules serait utlisé.