LES ACTUALITES AUSTRALIENNES

INTERNATIONAL

 

Le 29 DECEMBRE : Canberra est prêt à aider davantage l'Iran (Source : "edicom.ch")

Le gouernement australien a déclaré lundi qu'il était prêt à aider davantage l'Iran dont le sud-est, notamment la région de Kerman et de Bam, a été frappé d'un violent tremblement de terre tôt vendredi.
Un avion militaire a quitté l'Australie lundi pour se rendre à Bam, avec à son bord, des couvertures, des bâches et du matériel de secours. Canberra a déjà débloqué une aide de deux millions de dollars australiens (1,2 million d'euros) pour aider la province de Kerman, dont sont originaires beaucoup d'Iraniens vivant en Australie.
Le gouvernement australien attend désormais de voir si l'Iran a besoin davantage d'aide, a déclaré lundi le ministre australien des Affaires étrangères, Alexander Downer. Une fois que l'avion dépéché par l'Australie aura déchargé le matériel de secours à Bam, "nous verrons si nous pouvons faire quelque chose de plus", a poursuivi M. Downer."Nous serons ravis de fournir plus d'aide", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait du "pire désastre humain dont je peux me souvenir dans l'immédiat".

Le 4 DECEMBRE : L'Australie partenaire du bouclier anti-missiles américain (Source : "permanent.nouvelobs.com")

Canberra participera probablement aux recherches sur ce projet de défense controversé et évalué à plusieurs milliards de dollars.
L'Australie a accepté de participer au système de défense anti-missiles des Etats-Unis, a annoncé Canberra jeudi. "Nous pensons que prendre part au programme américian servira nos intérêts stratégiques, nous aidera à défendre l'Australie et nous permettra de faire une importante contribution à la sécurité régionale et mondiale", a déclaré le ministre des AffairesEtrangères Richard Downer dans un communiqué.
Washington espère développer un bouclier anti-missiles balistiques, arguant que des "Etats voyoux" tels que la Corée du Nord posséderont bientôt des armes capables de menacer les Etats-Unis. Les Américains souhaitent la participation de leurs alliés tels que la Grande-Bretagne et l'Australie, afin, notamment, de pouvoir utiliser des systèmes de traque par satellites dans ces pays. Richard Downer a expliqué que la nature de la participation de l'Australie "dépendra de plusieurs facteurs, comme nos propres besoins en matière de défense stratégique, des considérations régionales et financières, ainsi que les capacités de cette industrie".
Participation aux recherches
Le ministre de la Défense Robert Hill a précisé que Canberra participerait probablement aux recherches sur ce projet évalué à plusieurs milliards de dollars et que l'Australie n'avait pas l'intention d'accueillir sur son sol une base du système. "Ils (les Américains) se sont intéresés à nos capacités et ont été impressionnés par notre Réseau. Ils ont indiqué que ce système disposait de capacités qui pourraient assister la défense antimissile", a déclaré Robert Hill.
Le Premier ministre australien, John Howard, figure au rang des plus fidèles alliés du président américain George Bush et avait fait de l'Australie le troisième pourvoyeur d'effectifs militaires à la coalition américano-britannique lors de l'invasionde l'Irak.
Le projet de George W. Bush de développer un bouclier anti-missiles a conduit les Etats-Unis à renoncer au traité de 1972 contre le développement des missiles balistiques, suscitant de nombreuses critiques aux Etats-Unis et parmi la communauté internationale.

Le 26 NOVEMBRE : Terrorisme : Willie Virgile Brigitte se montre coopératif avec les autorités françaises, selon un responsable australien (Source : "edicom.ch")

Willie Virgile Brigitte, le Français suspecté d'avoir projeté de commettre un attentat en Australie, coopère avec les autorités françaises, a annoncé un responsable australien mercredi.
Les agents de la police fédérale australienne et des services de renseignement (ASIO) ont rencontré leurs homologues français à Paris pour discuter du cas de Willie Brigitte, expulsé d'Australie vers la France le 17 octobre dernier.
Interrogé par l'Associated Press, ce responsable australien qui a requis l'anonymat, Brigitte a commencé à coopérer avec les autorités françaises quand il a été informé de la peine qu'il encourt. Brigitte n'a été inculpé d'aucun crime mais est soupçonné d'avoir subi un entraînement avec le réseau Al-Qaïda.
Ce responsable n'a donné aucune précision sur les déclarations de Brigitte aux enquêteurs français mais a souligné que celui-ci était beaucoup plus coopératif avec les services français qu'il ne l'était avec les autorités australiennes.
Jeudi dernier, les autorités australiennes avaient adressé une commission rogatoire internationale à la France pour pouvoir entendre Willie Virgile Brigitte, 35 ans. La semaine précédente, le juge d'instruction parisien Jean-Louis Bruguière avait déjà reçu une équipe de la police fédérale australienne envoyée en France pour s'informer sur l'enquête en cours.
Mais faute de demande officielle, les policiers australiens n'ont pas obtenu l'autorisation d'interroger Willie Virgile Brigitte incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis depuis sa mise en examen le mois dernier par le magistrat instructeur antiterroriste.
La demande officielle étant désormais parvenue aux autorités françaises, elle sera transmise au juge Bruguière. Un éventuel interrogatoire de Willie Virgile Brigitte par les enquêteurs australiens ne pourra avoir lieu qu'avec l'accord et en présence du magistrat français qui mènera les débats.
De son côté, le juge Bruguière a adressé, dans le cadre de ce dossier, une commission rogatoire internationale aux Etats-Unis dont le contenu n'a pas été précisé.

Le 24 NOVEMBRE : Terrorisme : le Premier Ministre néo-zélandais fouillé à l'aéroport australien de Sydney (Source : "edicom.ch")

Le Premier Ministre de Nouvelle-Zélande Helen Clark a déclaré lundi qu'elle avait été fouillé par le personnel de sécurité de l'aéroport australien de Sydney, provoquant ainsi l'embarras du gouvernement de Canberra.
Clark a expliqué qu'elle avait été arrêté à un contrôle à l'aéroport de Sydney le 28 octobre dernier alors qu'elle se rendait en Afghanistan et en Irak où elle devait rendre visite aux troupes néo-zélandaises.
Accompagnée par un responsable de la sécurité néo-zélandaise et son chef du service de presse, Clark a déclaré qu'elle avait été désignée dans la ligne d'attente et passée à la détection avec un nouvel appareil chargé de détecter les exlosifs.
Clark a souligné au micro de la station néo-zélandaise NewstalkZB que les personnels de sécurité australiens ont pursuivi leur fouille même après avoir été informée qu'ils fouillaient le Premier Ministre de Nouvelle-Zélande.
"Vous ne serez pas surpris d'apprendre que le Premier Ministre de Nouvelle-Zélande ne portait aucun explosif sur elle", a déclaré le porte-parole du Ministre australien des Transports.
De son côté, le Ministre australien du Tourisme Joe Hockey a déclaré à la télévision Channel-7 qu'il s'agissait "évidemment d'une erreur, d'une grosse erreur".
Pour autant, Helen Clark n'a pas fait grand cas de cet incident. Toutefois, interrogée pour savoir ce qu'il se serait produit si le Premier Ministre australien John Howard avait été fouillé par la sécurité néo-zélandaise, Helen Clark a répondu : "Je pense que cela aurait fait beaucoup de bruit".
Le porte-parole de l'opposition pour les Affaires Etrangères Kevin Rudd a exhorté le Premier Ministre Howard à présenter ses excuses à son homologue néo-zélandaise.

Le 24 NOVEMBRE : La cheffe du gouvernement néo-zélandais fouillée à l'aéroport (Source : "edicom.ch")

Le gouvernement australien a reconnu lundi qu'une erreur avait été commise à l'aéroport de Sydney en octobre. Les services de sécurité ont fouillé Helen Clark, Premier Ministre néo-zélandais, pour vérifier qu'elle ne transportait pas d'explosifs.
"C'est manifestement une erreur, une grave erreur, c'est embarrassant, nous espèrons que cela ne se reproduira pas", a dit le Ministre du Tourisme Joe Hockey. L'incident s'est produit fin octobre alors que Mme Clark était en transit à Sydney en route pour une visite à des soldats néo-zélandais au Moyen-Orient.
Mme Clark a révélé l'histoire lors d'une interview à la radio. Elle a estimé que si le Premier Ministre australien John Howard avait fait l'objet d'un traitement similaire en Nouvelle-Zélande, cela aurait provoqué un scandale.
Mmz Clark a expliqué avoir été choisie au hasard pour des vérifications, bien qu'elle se fut identifiée auprès des services de sécurité. Elle a dit ne pas s'être plainte car elle comprend la nécessité des contrôles dans les aéroports. "Ceci dit, il est très inhabituel de stopper un chef de gouvernement "a-t-elle ajoouté.

Le 18 NOVEMBRE : Visite en Australie du Ministre des sports, M. Lamour, à l'occasion de la Coupe du Monde de rugby (Source : "diplomatie.gouv.fr")

Déclaration du porte-parole du Quai d'Orsay (Paris 18/11/2003)
A l'occasion de la Coupe du Monde de rugby, M. Jean-François Lamour, ministre des sports, se rendra à Sydney en Australie, du 20 au 22 novembre 2003. Un déjeuner marquant le passage de témoin entre l'Australie, organisatrice de la Coupe du Monde de rugby 2003, et la France, organisatrice de la Coupe du Monde de rugby 2007, se tiendra à Sydney le 21 novembre. Le ministre assistera à la "petite" finale de la Coupe entre la France et la Nouvelle-Zélande le 20 novembre et à la finale entre l'Angleterre et l'Australie le 22 novembre. Il rencontrera le sénateur Rod Kemp, ministre fédéral australien des Sports et des Arts.
M. Lamour inaugurera également les nouveaux locaux du lycée Condorcet à Sydney.

Le 17 NOVEMBRE : Visite du Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, M. Muselier en Nouvelle-Zélande et en Australie (Source : "diplomatie.gouv.fr")

Déclaration du porte-parole du Quai d'Orsay (Paris 17/11/2003)
Le Secrétaire d'Etat M. Renaud Muselier se rendra en visite officielle en Nouvelle-Zélande du 19 au 20 novembre puis en Australie du 21 au 24 novembre 2003. Il s'agit de la première visite d'un représentant du Quai d'Orsay en Australie et en Nouvelle-Zélande depuis 1992.
Cette visite est destinée avant tout à renforcer avec ces deux pays du Pacifique sud - dont la France est une puissance riveraine - une relation politique et de coopération régionale de qualité. En outre, nos échanges économiques et commerciaux avec l'Australie, où sont installés près de 50 000 Français, ainsi qu'avec la Nouvelle-Zélande, sont en vive progression ces dernières annnées.
M. Renaud Muselier sera reçu dans ces pays au plus haut niveau. Il rencontrera le Premier Ministre australien, M. Howard et le Premier Ministre néo-zélandais Mme Clark. Il signera à Canberra deux accords : Le traité de coopération dans les zones maritimes adjacentes aux territoires des îles Heard et Mac Donald et aux Terres australes et antartiques françaises (TAAF) et l'accord "vacances-travail" qui permettra aux jeunes de chacun des deux pays de séjourner une année dans l'autre pays tout en y travaillant ...

Le 12 NOVEMBRE : Etranges documents au domicile de Willie Virgile Brigitte (Source : "leparisien.com")

Des photos d'une centrale nucléaire ainsi qu'une liste de composants permettant de fabriquer un explosif auraient été retrouvées dans l'appartement à Sydney (Australie) du Français Willie Virgile Brigitte, un terroriste présumé récemment expulsé vers la France. Les policiers australiens ont retrouvé chez le Français de 35 ans, qui a séjourné cinq mois en australie où il a été arrêté le 9 octobre, avant d'être expulsé le 17 octobre, des photos d'une centrale ainsi qu'un fax listant tous les composants pour fabriquer en grande quantité un explosif puissant. Le procureur général d'Australie, Philip Ruddock, a indiqué qu'une enquête avait été ouverte sur la possibilité que Willie Virgile Brigitte ait envisagé un attenta contre un réacteur nucléaire près de Sydney.

Le 10 NOVEMBRE : Willie Virgile Brigitte envisageait un attentat contre une centrale nucléaire, selon un quotidien (Source : "edicom.ch")

Willie Virgile Brigitte avait peut-être envisagé de commettre un attentat contre une centrale nucléaire de la banlieue de Sydney, annonce un quotidien australien lundi. Ce ressortissant français âgé de 35 ans et suspecté par Paris d'entretenir des liens avec le réseau terroriste Al-Qaïda avait été expulsé de Sydney vers Paris le 17 octobre dernier, après cinq mois passés en Australie.
Selon "The Australian", les services de renseignements australiens pensent que Brigitte était un faiseur de bombes qui a pu envisager de faire exploser le réacteur de Lucas Heights, qui alimente l'industrie médicale et de recherche.
Le quotidien affirme également que les autorités australiennes pensent maintenant que le Français était lui-même un faiseur de bombes envoyé en Australie pour commettre un attentat. La police croyait au départ qu'il devait simplement héberger des fabricants de bombes .
Arrêté le 9 octobre pour travail illégal après que les autorité locales eurent été nformées par Paris qu'il se trouvait peut-être en Australie en liaison avec une entreprise terroriste, Willie Virgile Brigitte était auparavant parti dans des camps d'entraînements au Pakistan et en Afghanistan après les attentats du 11 septembre et se serait battu contre les forces américaines en Afghanistan.

Le 31 OCTOBRE : L'Australie déclare n'avoir aucune preuve que Willie Virgile Brigitte préparait un attentat (Source : "edicom.ch")

Les autorités australiennes n'ont aucune preuve que Willie Virgile Brigitte préparait un attentat en Australie, a déclaré le Premier Ministre John Howard, vendredi. Ce ressortissant français âgé de 35 ans et suspecté par Paris d'entretenir ds liens avec le réseau terroriste Al-Qaïda avait été expulsé de Sydney vers Paris le 17 octobre dernier.
"Je ne veux pas dire cela parce que je ne pense pas quil y ait une preuve de cela" a dit Howard à la station 3 AW de Melbourne. "Mais de nombre de ces cas, on ne sait jamais entièrement tout tout de suite et il est toujours important d'essayer d'obtenir davantage d'informations
L'Australie n'a jamais été victime d'un attentat terroriste de grande envergure mais ce pays fort de 20 millions d'habitants est en état d'alerte depuis les attentats du 11 sptembre contre New York et Washingtonen raison de ses liens étroits avec les Etats-Unis.
L'inquiètude concernant le terrorisme a été renforcée en Australie après que 88 Australiens eurent été tués parmi les 202 victimes du double attentat contre deux boites de nuit de Bali en Indonésie, le 12 octobre 2002 ...

Le 28 OCTOBRE : Les autorités australiennes poursuivent leur enquête sur un Français soupçonné de liens terroristes (Source : "edicom.ch")

Le gouvernement australien a annoncé mardi avoir annulé les passeports de deux citoyens australiens soupçonnés d'être proches de Willie Virgile Brigitte, ce ressortissant français suspecté par Paris d'entretenir des liens avec le réseau terroriste Al-Qaîda et expulsé d'Australie il y a quelques jours.
Le ministre des Affaires Etrangères Alexander Downer na pas dévoilé l'identité des deux personnes, mais a assuré que cette décision avait été motivée par des enquêtes d'espions australiens concernant les contacts du ressortissant français.
"Nous suivons bien évidemment de très près les activités de M. Brigitte" a-t-il déclaré à l'"Australian Brodcasting Corporation radio". "Nous avon été avisés par les autorités françaises qu'il aurait pu se trouver en Australie en connexion avec une activité liée au terrorisme" a-t-il précisé.
Lundi, les autorités australiennes ont fouillé plusieurs maisons et ont interrogé des personnes suspectées d'avoir été liées à Willie Virgile Brigitte.
Ce dernier s'est marié à Sydney, selon le ministre australien de la Justice Philip Ruddock. Selon le "Daily Telegraph" de mardi, il s'est marié début septembre, quelques semaines avant que les autorité ne soient alertées de sa présence en Australie. Son épouse se trouve toujours à Sydney et ne fait l'objet d'aucun soupçon ...

Le 27 OCTOBRE : L'enquête sur un Français soupçonné de liens terroristes se poursuit en Australie (Source : "edicom.ch")

Les autorités australiennes ont procédé lundi à des fouilles de plusieurs propriétés de Sydney dans le cadre de l'enquête menée sur un ressortissant français suspecté par Paris d'entretenir des liens avec le réseau terroriste Al-Quaïda, ont déclaré des responsables australiens.
La police et les services secrets australiens ont fouillé la maison de Willie Virgile Brigitte à Sydney ainsi que sa voiture, a précisé un responsable australien Bob Carr. "Cette affaire nécessitait d'être traité de façon très sérieuse et c'est ainsi qu'elle est gérée par tous" a-t-il déclaré à la radio australienne 2UE
Le ministre australien de la Justice Philip Ruddock a confirmé dimanche que Willie Virgile Brigitte, âgé d'une trentaine d'années, a été interpellé par les autorités australiennes et renvoyé, il y a quelques joursen France. "Il devait, selon le rapport, donner refuge à un expert en explosifs" a déclaré lundi Philip Ruddock à l'"Australian Broadcasting Radio Corp.
Willie Virgile Brigitte, arrivé en mai en Australie avec un visa de touriste, a été interpellé le 9 octobre pour travail illégal après que les autorités locales eurent été informées le 22 septembre par la France qu'il se trouvait peut-être en Australie en liaison avec une entreprise terroriste. Le 17 octobre, il était remis sous bonne garde dans l'avion pour Paris, a précisé Monsieur Ruddock dans un communiqué, ajoutant cependant que les enquêteurs australiens n'avaient pas trouvé de preuves d'une quelconque implication.
On précisait dimanche de source judiciaire française que cet homme surveillé par la DST depuis des annéez , était parti dans des camps d''entraînements au Pakistan et en Afghanistan après les attentats du 11 septembre. Il se serait battu contre les forces américaines en Afghanistan. Soupçonné d'avoir fourni des passeports au commando qui tua le commandant Massoud, il a été mis en examen mardi dernier pour "association de malfaiteuren relation avec une entreprise terroriste" et incarcéré en région parisienne.
L'homme qui, selon les média australiens, a pris le nom musulman d'Abdelrahman, est interrogé depuis quatre jours par les autorités française et demeure pour l'heure en détention, a précisé M Ruddock
Lundi, les services secrets australiens enquêtaient sur plusieurs contacts locaux de Brigitte ainsi que dans plusieurs lieux par le suspect en Australie , selon le quotidien "The Australian".
Au moins six maisons et plusieurs véhicules ont été également fouillés lors de raids menés dimanche dans Sydney, a précisé le quotidien "The Sydney Morning Hérald". Aucune Arrestation n'a été effectuée dans l'immédiat.

Le 24 OCTOBRE : L'Australie promet 14 millions supplémentaires pour l'Irak (Source : "Edicom.ch)

L'Australie consentira une aide supplémentaire de 14 millions de dollars (18,4 millions de francs suisses) pour la reconstruction de l'Irak, a annoncé le gouvernement australien. Une conféence de donateurs à l'Irak se déroule en ce moment à Madrid.
Chris Gallus, secrétaire parlementaire chargée des Affaires étrangères, qui participe à la conférence des donateurs, a déclaré que l'argent s'ajoutait aux 100 millions de dollars australiens déjà promis par l'Australie. Elle a précisé que les fonds supplémentaires seraient affectés à l'agriculture, aux ressources en eau, à la sécurité alimentaire, à la santé et à l'éducation.
Ces fonds supplémentaires feront de l'Australie le cinquième donateur bilatéral en Irak. Mais le premier ministre australien John Howard a fait savoir que son pays ne participerait à aucune opération de maintien de la paix en Irak, ses forces de défense étant déjà engagées ailleurs.

Le 24 OCTOBRE : L'Australie ne sera plus jamais la même après Bali (Source : "Le Monede" (journal "papier"))

Traumatisés par les attentats de l'année dernière, les Australiens ont redécouvert qu'ils vivaient tout près de l'Asie et que tout ce qui s'y passe les impliquait, rapelle "The Weekend Australian"
La plus jeune avait tout juste 13 ans, le plus vieux était un chauffeur de taxi de 68 ans. Les 88 photos montrent toutes des personnes osuriantes et joyeuses.Publiés en bas de page d'un supplément du Wekend Australian, ces clichés sont ceux des Australiens qui ont trouvé la mort dans les attentats de Bali du 12 octobre 2002. Un an après l'explosion des bombesqui ont réduit en cendres le Sari Club et le Paddy's Bar, deux établissements populaires auprès des nombreux touristes australiens qui viennent chaque année se détendre à Kuta Beach, le seul quotidien diffusé dans l'ensemble de l'Australie est revenu dans le détail sur cet événement qui, selon ses diteurs, "nous a changés" pour toujours. Intitulé "Bali : au-delà des flammes", ce cahier se découpe en trois chapitres : "L'horreur", "La cicatrisation" et "La traque".
Tout commence par une rencontre. Steve Cook est un médecin de l'armée de l'air qui a travaillé sans relâche pendant trois jours et trois nuits sur le tarmac de l'aéroport de Bali pour organiser le départ à bord de 5 avions militaires de 66 blessés vers Darwin, au nord de l'Australie. Nicole McLean était une de ses patientes les plus gravement atteintes. Pour la première fois depuis un an, ces deux jeunes gens se sont retrouvés au bord d'une des plus belles plages de Sydney. Le soldat est vite tombé sous le choc. Le bras droit de la jeune femme, gravement endommagé durant l'attentat, celui qu'il avait essayé par dessus tout de sauver, a finalement été amputé par les docteurs de l'hôpital de Melbourne. "Je suis vraiment désolé" a-t-il avoué. "Je savais que je n'allais pas le garder", a répliqué sa patiente avec un grand sourire. Cette rencontre "incarne l'esprit de Bali", juge The Weekend Australian.
Dans une très longue analyse, le journal explique que cet attentat a fait comprendre "aux Australiens qu'ils étaient devenus désormais des cibles recherchées [des terroristes]. Bali était une attaque dirigée contre les Australiens mais pas sur leur sol ... Ce n'était pas le 11 septembre de l'Australie. Ce n'est pas une attaque contre notre peuple sur son lieu de travail ou un raid contre notre capitale. John Howard [Le premier ministre] n'a pas déclaré la guerre. Il n'y avait pas d'Oussama Ben Laden à traquer." Cette situation semble avoir perturbé les Australiens. Mais un an après le drame, le Weekend Australian tire plusieurs leçon de cette catastrophe.
LA FIN D'UNE "INNOCENCE"
"Bali nous rappelle que l'Indonésie et l'Australie sont liées l'une envers l'autre, estime Paul Kelly. Même si leur histoire, leur culture, leur religion et leur développement économique sont très différents, [ces deux pays] sont destinés à partager beaucoup de choses. L'Australie ne pourra pas s'immuniser contre les problèmes de l'Indonésie. Comme le ministre de l'économie, Peter Costello, l'a dit dans un discours : "Les problèmes de sécurité en Asie sont aussi ceux des Australiens.""
Cette "évidence" d'un strict point de vue géographique marque un revirement stratégique majeur du gouvernement fédéral, qui, depuis des années, se désintéressait du continent asiatique.
"Cette tragédie a aussi permis à l'Australie de se réveiller, note l'hebdomadaire. Le directeur de l'ASIO [DGSE australienne] a admis que ses services avaient échoué. Mais nous ne devons pas oublié combien la police indonésienne et sa justice ont bien fonctionné. Pour être franc, aucun haut fonctionnaire habitué à travailler avec Djakarta n'aurait osé croire qu'un an après les attentats autant de terroristes auraient été arrêtés, jugés et condamnés."
Sur une note plus inquiétante, le journal estime que Bali ne devrait être que le premier épisode d'une campagne de terreur qui vise directement l'Australie. "La guerre contre le terrorisme sera longue et difficile, onclut Paul Kelly. Il y aura d'autres attaques contre les Australiens à un moment ou à un autre. Nous sommes des cibles à cause de ce que nous sommes : un Etat capitaliste, libéral multiculturel et occidental. Howard a dit à ce journal qu'il pensait que la guerre contre le terrorisme avait changé de façon permanente les priorités politiques de la nation. Il existe aujourd'hui un senntiment d'insécrité. Le climat dans le pays ressemble à celui de la guerre froide dans les années 50 et 60. Bali semble avoir brisé à jamais "l'innocence", voire "l'inconscience" des Australiens, qui ont longtemps estimé que leur éloignement leur permettait de rester isoler des maux du reste de la planète.

Le 24 OCTOBRE : Visite d'Etat du président chinois en Australie (suite II) (Source : "china.org.cn/french" )

Le président chinois Hu Jintao, actuellement en visite en Australie, s'est entretenu jeudi à Sydney avec des chefs d'entreprise australiens des moyens de renforcer la coopération entre la Chine et l'Australie. Lors de sa rencontre avec des hommes d'affaires australiens, le président Hu a déclaré que la Chine s'ouvrirait davantage vers le monde extérieur.
"Les économies chinoise et australienne sont complémentaires. Vu la croissance rapide de son économie, les demandes de la Chine en énergie et en ressources continueront à augmenter et les deux parties pourraient établir des relations de coopération stables et à long terme à travers le commerce et les investissements, puisque l'Australie est riche en ressources naturelles", a fait remarquer M. Hu.
"Les structures de l'économie et de la consommation en Chine changent, la demande pour des services tels que les télécommnications, le tourisme, l'éducation et la culture augmente, ce qui fournit d'importantes opportunités de coopération entre les deux pays" a ajouté M. Hu
La stratégie de la Chine pour développer l'ouest du pays et revitaliser le nord offre beaucoup d'opportunités commerciales. Les investissements des entreprises australiennes sont les bienvenus dans ces deux régions chinoises, a dit encore le président Hu.
Des chefs d'entreprises australiens se sont dits encouragés par le grand potentiel de coopération entre l'Australie et la Chine et prêts à travailler pour l'établissement de relations économiques et commerciales multiples avec la Chine.

Le 24 OCTOBRE : Hu Jintao réaffirme son opposition à l'indépendance de Taïwan (Source : "edicom.ch" )

Le président chinois Hu Jintao a déclaré devant le parlement australien que Taïwan demeurait une partie inaliénablede la Chine. Il a souligné que les partisans de l'indépendance de Taïwan représentaient une menace pour la paix.
Premier dirigeant asiatique à s'exprimer devantle parlement de Canberra, Hu Jintao a demandé à l'Australie d'apporter son aide pour résoudre la question de Taïwan. "La plus grande menace à la paix dans le détroit de Taïwan sont les activistes indépendantistes, nous sommes fermement opposés à l'indépendance de Taïwan" a déclaré le président chinois.
"Le gouvernement chinois souhaite que l'Australie ait un rôle constructif dans la réunion pacifique de la Chine". L'existence de relations diplomatiques entre la Chine et l'Australie signifie que Canberra reconnait implicitement les revendications chinoises sur Ta¨wan, bien que l'Australie ait parallèlement des relations commerciales importantes avec Taïwan.

Le 23 OCTOBRE : Visite d'Etat du président chinois en Australie (suite I) (Source : "china.org.cn/french" )

Le président chinois Hu Jintao a rendu mercredi 22 octobre une visite de courtoisie au gouverneur général australien, Michael Jeffery et les deux dirigeants ont exprimé leur satisfaction quant au développement des relations de coopération entre les deux pays.
M. Jeffery a dit que la visite du président Hu en Australie était un honneur pour le pays et le peuple australien et était d'une signification historique ....
L'Australie est contente des progrès qui ont été faits dans la coopération entre les deux pays dans les domaines politique et économique et l'échange de personnel, a noté M. Jeffery. Ce dernier a présenté les félicitations de son pays à la Chine pour le lancement réussi du premier vol spatial habité.
Le président chinois a hautement apprécié les relations de coopération entre la Chine et l'Australie. Grâce aux efforts conjoints des deux parties, les liens sino-australiens se développaient bien et il y avait de fréquents échanges de visites par des responsables de haut niveau des deux pays.
La coopération économique et technologique bilatérale s'est développé d'une façon solide, et les échanges commerciaux entre les deux pays ont dépassé dix milliards de dollars l'année dernière, soit une augmentation de 120 fois par rapport à ceux d'il y a 30 ans, quand les deux pays ont établi leurs relations diplomatiques, a noté le président chinois. La coopération stratégiques dans le secteur de l'énergie entre les deux pays a également connu un bon départ, a-t-il ajouté ....
Les deux dirigeants ont également procédé à un échange de points de vue sur les problèmes relatifs au forum de Coopération économique en Asie-Pacifique (APEC) et d'autres questions d'intérêt commun.

Le 23 OCTOBRE : Bush provoque des remous en Australie (Source : "Radio-Canada.ca" )

Plusieurs milliers de personnes ont envahi jeudi les rues de Canberra pour signifier leur opposition à la guerre en Irak, à l'occasion d'une visite éclair de George W. Bush. Le président américan était venu conclure en Australie sa tournée Asie-Pacifique afin de remercier John Howard du soutien qu'il lui a apporté dans la guerre menée en Irak et contre le terrorisme.
Dans un discours devant le Parlement australien, le président Bush a déclaré que "l'Amérique, l'Australie et d'autrs nations ont agi en Irak pour supprimer un danger grave qui se renforçait, plutôt que de se contenter de voeux pieux et d'attendre alors que la tragédie se rapproche." Les Etats-Unis et l'Australie ont une "responsabilité spéciale dans le Pacifique pour aider à maintenir la paix, assurer la libre circulation des personnes, des capitaux, de l'information, et faire avancer l'idéal de la démocratie et de la liberté", a-t-il ajouté.
Le président Bush avait récemment qualifié l'Australie de "shérif" régional dans la lutte contre le terrorisme. M. Howard avait suscité l'inquiétude l'année dernière en Asie-Pcifique quand il avait suggéré que Canberra envisageait des frappes préventives contre des bases terroristes dans les pays voisins.
Deux sénateurs du parti Vert ont été priés de quitter le Parlement pour avoir chahuté le président américain. En revanche, le leader du parti travailliste d'opposition, Simon Crean, fermement opposé à la guerre en Irak, a adopté un ton plus diplomatique, en indiquant à George Bush que son parti restait favorable à l'alliance entre l'Australie et les Etats-Unis et à la lutte contre le terrorisme, mais que des amis se devaient d'être honnêtes l'un envers l'autre.
Un accord de libre échange en perspective
Le président américain s'est, par ailleurs, dit convaincu que les Etat-Unis conclueraient cette année un accord de libre échange avec l'Australie. Les deux pays ont engagé des négociations à cet effet en mars et ils espèrent les conclure d'ici le début de l'an prochainafin que le projet d'accord puisse être présenté au Congrès américain avant l'élection présidentielle américaine, en novembre 2004.
L'Australie estime qu'un tel pacte doperait son économie de quatre milliards de dollars australiens (2,76 milliards de dollars US) par an, mais M. Howard ne pense pas que les négociations se termineront cette année, à moins que Washington ne lâche du lest sur l'agriculture. Les agriculteurs australiens accusent les Etats-Unis de concurrence déloyale en raison des importantes subventions dont ils bénéficient.
Bush dément les accusations de torture à Guantanamo
George W. Bush a, en outre, une nouvelle fois démenti que des militaires américains aient torturé deux Australiens soupçonnés de terrorisme et détenus sur la base américaine de Guantanamo à Cuba.
Un avocat défendant aux Etats-Unis Mamdouh Habib, interpellé au Pakistan pour entraînement présumé avec des terroristes, et David Hicks, arrêté en Afghanistan alors qu'il combarttait aux côtés des talibans, avait récemment accusé l'armée américaine de leur avoir infligé des "tortures dignes du Moyen-Age", menaçant d'engager une procédure devant les Nations Unies. "Nous ne torturons pas les gens en Amérique et les gens qui affirment cela ne savent tout simplement rien de notre pays" a-t-il déclaré à la presse.

Le président américain a quitté Canberra pour se rendre à Hawaï et Pearl Harbor.

Le 22 OCTOBRE : Visite d'Etat du président chinois en Australie (Source : "china.org.cn/french" )

Le président chinois Hu Jintao est arrivé mercredi matin à Sydney pour une visite d'Etat de trois jours en Australie destinée à promouvoir la coopération économique et commerciale entre la Chine et l'Australie ...
M Hu a été accueilli à l'aéroport par le gouverneur général australien Michael Jeffery, le premier Ministre John Howard, l'ambassadeur chinois en Australie Wu Tao et d'autres responsables. Le dirigeant chinois est venu par avion de Bangkok, capitale thaïlandaise, où il avait effectué une visite d'Etat et pazrticipé au sommet économique du Forum de coopération économique en Asie-Pacifique (APEC). M Hu se rendra en Nouvelle-Zélande après son voyage en Australie pour continuer sa tournée d'Asie-Pacifique.

Le 24 SEPTEMBRE : L'Australie met en garde un an après l'attentat de Bali (Source : "edicom.ch" )

L'Australie a mis en garde contre le risque d'attentat à Bali un an après les explosions qui y ont fait 202 morts, dont 88 Australiens. Le ministèredes affaires étrangères déconseille aux voyageurs de se rendre en Indonésie sans raison essentielle.
"Nous continuons de recevoir des informations sur de nouveaux attentats en préparation contre une multitude de cibles, dont des ambassades, des hôtels internationaux, des centres commerciaux et des intérêts occidentaux" a dit le ministère dans un communiquéaux voyageurs.
L'Australie coopère avec les autorités indonésiennes pour assurer la sécurité de proches de victimes qui participeront aux cérémonies du premier anniversaire des attentats du 12 Octobre 2002
"La menace pesant sur les Australiens et les intérêts australiens reste forte. La Jamaah Islamiyah (un réseau terroriste accusé d'avoir organisé les attentats de Bali) continue d'avoir la capacité et la volonté de perpétrer ds attentats dans la région", pas seulement en rapport avec l'anniversaire, dit le communiqué.
Des cérémonies commémoratives sont prévues à Bali et à Canberra le 12 Octobre avec la présence attendue du Premier Ministre australien John Howard, de parents et amis des victimes et de personnes qui ont survécu aux attentats à la voiture piégée.

SEPTEMBRE : Irak : Le Premier Minstre australien dénonce "l'opportunisme" de la France (Source : "edicom.ch" )

Le Premier Minsitre australien John Howard a qualifié mercredi d'"opportuniste" l'attitude critique du président français Jacques Chirac à l'égard de la guerre conduite par les Etats-Unis contre l'Irak. "Les Français ont été tout à fait opportunistes depuis le début de ce problème", a dit Howard devant des journalistes à Sydney.
Dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président français a sévèrement reproché mardi aux Etats-Unis d'avoir mis l'ONU sur la touche lors de la crise irakienne. "Dans un monde ouvert, nul ne peut s'isoler, nul ne peut agir au nom de tous et nul ne peut accepter l'anarchie d'une société sans règle. Il n'y a pas d'alternative aux Nations Unies" avait lancé Jacques Chirac à l'occasion de l'ouverture de la 58e Assemblée Générale de l'ONU à New York.
Soutien inconditionnel de George W. Bush, John Howard, dont le pays appartient à la coaition qui est intervenue en Irak, a défendu le bien-fondé des actions conduites par les Etats-Unis en déclarant notamment : "Si l'Amérique et ses alliés n'avaient pas agi, l'Irak serait enncore dirigé par Saddam Hussein".
"Ils (les Français) sont parfaitement satisfaits de voir des soldats américains et britanniques et un nombre plus petit d'Australiens exercer une pression sur Suddam Hussein avant le début de la guerre en Irak, mais alors ils n'étaient pas prêts à participer à une action collective. A présent, ils critiquent ceux qui sont volontaires pour faire ce que, j'en suis persuadé, le monde a été soulagé de voir fait", a encore dit Howard qui a affirmé que la guerre en Irak était légale et compatible avec la Charte des Nations Unies.
e Premier Ministre australien, qui a envoyé 2.000 soldats en Irak, a souligné que son pays était favorable à une plus grande implication des Nations Unies mais a-t-il dit, des pays tels que la France ont empêché le système de fonctionner correctement.

Le 12 SEPTEMBRE : Le malheureux destin australien de Mahamadou (Source : "Le Monde" (Journal papier))

Quand je pense que j'ai économisé mes sous pendant deux ans et que j'ai travaillé comme un chien pour vivre ce cauchemar, je suis dégouté" Mahamadou Sacko est en colère. Ce Français né à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) il y a tout juste 23 ans, de parents maliens, rêvait de venir en Australie. Cariste chez DHL, il avait économisé 4 000 euros , soit trois mois de salaire, pour s'offrir deux mois de formation d'anglais dans une école réputée de Sydney.
Il avait préparé son séjour avec soin. Lorsque le douanier lui demande ses papiers, à son arrivée, dimanche 31 août à 18h30, iml présente toute une batterie de certificats. "Passeport, visa électronique, des factures comme quoi j'avais payé mes cours, une assurance médicale et une attestation certifiant qu'une personne de l'école m'attendait à l'aéroport, explique ce fan de hip-hop qui rêve d'ouvrir un magasin de vêtements. J'avais tout prévu de A à Z !"
C'est du moins ce qu'il pensait ... Une petit égratignure sur la photo du passeport intrigue le fonctionnaire de l'immigration. Mahamadou est prié de passer dans un bureau pour être interrogé. Sa valise est fouillée, et le voilà accusé de voyager avec un faux passeport et d'avoir remplacé le cliché original. A 3 heures du matin, il est transporté dans une fourgonnette grillagée à Villawood, où sont parqués, parfois pendant plusieurs années, les clandestins. "La saleté des toilettes était repoussante" explique-t-il.
Suivent quatre jours d'interrogatoires. "On m'a demandé le nom du président de la République française, relate M. Sacko, le nom de la plus haute montagne de France et qui était d'Artagnan. Quand on m'a ordonné de chanter la Marseillaise, j'ai refusé en disant qu'on n'était pas dans une école de comédie". Le connsulat de France à Sydney, prévenu seulement mardi 2 septembre, s'est empressé de présenter à Canberra des papiers provant l'idendité de son ressortissant. Son employeur a également confirmé que M Sacko était bien un de ses salariés. Mahamadou sera finalement relaché le 4 Septembre. Il est bien décidé à attaquezr le gouvernemment australien en justice. "Ils m'ont traumatisé, avoue-t-il. Je n'ai toujours pas eu le courage de dire à ma mère ce qui m'était arrivé. J'en suis à me demander si je ne dois pas rentrer chez moi tout de suite."
(NDLR : Le Consulat de France à Sydney a officiellement réagi quelques temps après en envoyant une protestation officielle au Gouvernement australien)

Le 25 AOUT : Les Américains auraient demandé à l'Australie d'envoyer des soldats de la paix en Irak (Source : "edicom.ch")

L'Australie résisterait à une demande d'envoi de soldats de la paix en Irak faite par les Américains, selon un journal australien. "The Australian" annonce dans son édition de lundi que d'après une source anonyme australienne, des responsables américains essayaient de poser la question d'une force de maintien de la paix australienne à travers des canaux informels. Aucune demande officielle n'a cependant été faite pour le moment.
Durant la guerre, 1.500 soldats australiens ont été envoyés sur placeet tous sont revenus en Australie sans dommage. Il y a actuellement 900 militaires australiens actuellement présents en Irak, qui s'occupent de différentes choses, notamment le contrôles des airs pour l'aéroport de Bagdad, mais aucun n'est chargé de maintenir la paix. Canberra a déjà déclaré à plusieurs reprises que sa contribution militaire était terminée et qu'elle n'enverrait pas de soldats en Irak pour y mainteneir l'ordre.

Le 22 AOUT : Le Premier Ministre australien accusé d'avoir exagéré la menace irakienne (Source : "radio-canada.ca")

Après la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, c'est au tour du gouvernement australien d'être accusé d'avoir exagéré la menace des armes de destructions massives irakiennes.
Un ex-membre des services secrets australiens, Andrew Wilkie, affirme que le cabinet du Premier Ministre John Howard, a menti et trafiqué le dossier sur les armes irakiennes afin de justifier la participation du pays à la guerre
L'Australie a envoyé, en dépit de l'opposition de sa population, plus de 2 000 soldats guerroyer en Irak aux côtés des Américains etd es Britanniques.
Selon le spécialiste du renseignement interrogé par une commission d'enquête, le cabiet a rayé du dossier irakien des termes comme "probablement", "pourrait"et "des "l"ments non confirmés".

Le 7 AOUT : En bref (Source : "L'Express n° 2718")

Le gouvernement australien négocie avec les Etas-Unis et Singapour l'autorisation de placer des agents de sécurité armés dans les avions de ligne en partance vers leurs aéroports.

Le 5 AOUT : L'initiative régionale pour soutenir la stabilité des Iles Salomon encouragée par l'ONU (Source : "un.org" - Centre de nouvelles ONU)

Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a félicité aujourd'hui les pays du Forum des îles du Pacifique pour l'action collective qu'ils ont lancé en vue de soutenir le Gouvernement et le peuple des îles Salomon pour restaurer l'ordre public et la stabilité.
Dans une déclaration communiquée aujourd'hui par son porte-parole, Kofi Annan a reconnu l'importance particulière du soutien unanime apporté à cette initiative régionale concertée prise dans le cadre de la Déclaration de Biketawa du Forum des îles du Pacifique. Il a également "pris note du leadership exercé, en étroite coopération avec d'autres pays de la région, par l'Australie et la Nouvelle-Zélande en réponse à la demande d'assistance faite par le gouvernement des Iles Salomon".
"Le Secrétaire général espère que le prompt retour à la normale dans les îles Salomon conduira rapidement à la restauration de l'harmonie nationale et facilitera un processus de construction de la paix. Il souhaite souligner que le système des Nations Unies est prêt à contribuer activement à ce processus" a précisé le porte-parole du Secrétaire général.

Le 30 JUILLET : Le naufrage de la Mélanaisie (Source : "L'Express")

Faillite économique et politique, luttes de clans meurtrières, corruption : Les micro-Etats de la région inquiètent le grand voisin australien. Canberra envoie ses troupes dans les îles Salomon
Lors de sa tournée en Nouvelle-CAlédonie et en Polynésie, Jacques Chirac n'aura pas eu de mal à vanter la quiétude de l'Océanie française, bénie par les alizés et la prospérité. Car alentour, l'océan Pacifique mérite, ces temps-ci moins que jamais son nom. Au moment même où le Président de la république foulait le sol néo-calédonien, à quelques miliers de kilomètres plus au nord, les premiers policiers et soldats australiens débarquaient sur les plages de l'archipel des îles Salomon. L'opération "Aider un ami", décidée par CAnberra et Wellington, suit l'appel au secours lancé par le Parlement de ce petit Etat devant l'autodestruction d'un pays en totale faillite.
Voilà quatre ans qu'un conflit ethnique entre les provinces de Malaita et Guadalcanal a dégénéré en guerre civile meurtrière.Villages brûlés, massacres, services publics disparus, économie exsangue : Vingt-cinq ans après son indépendance, cet archipel de 70 îles (où l'on parle 90 langues) et quatre volcans égrénés sur 1 600 kilomètres a implosé. Parce qu'il craignait d'être enlevé par des gangs armés, le Premier Ministre a fui la capitale à bord d'une vedette.
Au delà du retour à l'ordre, c'est un véritable protectorat dirigé par une cinquantaine d'expatriés que l'Australie pourrait se préparer à mettre en place dans un pays livré à l'anarchie. "Les Salomon sont un cas patent de faillite d'un Etat, explique Elsina Wainwright, auteur d'un récent rapport sur la question à l'"Australian Strategic Policy Institute", qui préconise un engagement su dix ans de l'Australie ...
Le poids de la coutume, la corruption ds élites attachées au maintien d'une structure féodale, les désordres éthniques et politiques empêchent le développement économique. Malgré les mines, (Papouasie -Nouvelle-Guinée), le tourisme, les ressources halieutiques, le bois (Salomon, Fidji), c'est la stagnation. Or la croissance de la population est forte. Résultat : En trente ans, le revenu par tête d'habitant dans les îles n'a augmenté en moyenne que de 0,6 % par an. Dans des Etats comme les Salomon ou Vanuatu, il a même reculé. Le pouvoir d'achat dans les Etats indépendants est de 7 à 13 foisinférieur aux territoires français de la région ... Les 50 milliards de dollars américains d'aide publique déversés sur la zone depuis 1970 ont largement été gaspillés. La consommation a été privilégiée au détriment de l'investissement. Quand l'argent n'a pas simplement filé dans les coffres des banques de la Gold Coast australienne. Par habitant, les insulaires du Pacifique ont pourtant reçu, sur la même période, 7 fois plus que ceux de la Caraïbe. Il n'est pas étonnant que la région connaisse une forte émigration, et d'abord celle des mieux formés.
Cet arc de fragilité du Pacifique sud inquiète de plus en plus le grand voisin australien, prêt à assumer dans la région son rôle de "sherif adjoint" de l'allié américain. La semaine dernière, le Premier Ministre John Howard mettait en garde, à propos des Salomon, contre le risque de voir "ce pays glisser dans une plus grande anarchie, et devenir un repaire de malfaiteurs impliqués dans le terrorisme, le trafic de drogue et le blanchiment d'argent." "Il faut penser pour cette zone à une souveraineté partagée, avec peut-être, le dollar australien comme monnaie commune" préconise Elsina Wainwright. 'On a déjà essayéde mettre en place une compagnie aérienne communne et d'encourager la coopération régionale rétorque Greg Fry, chercheur à l'"Australian National University". Ca ne marche pas. Les différences sont trop importantes" ...
Le "Melanesian way", invoqué par les élites locales pour refuser le modèle occidental et, surtout, défendre leurs prérogatives, ne fait plus illusion.

Le 26 JUILLET : Les troupes australiennes entament une campagne d'amnistie sur les armes sur les îles Salomon (Source : "edicom.ch")

Les troupes australiennes déployées sur les îles Salomon ont publiquement détruit 25 armes samedi afin de démontrer aux chefs de guerre et rebelles que ka nouvelle force en place ne tolérerait aucun armement illégal.
Lors d'une cérémonie à laquelle participaient des responsables australiens et des îles dans la capitale Honiara, un soldat australien a découpé les armes en deux avec une scie métallique. Une centaine de curieux ont assisté à cette destruction.
Le gouvernement de l'archipel, au bord de la faillite, a lancé un appel au début du mois à ses voisins pour l'aider à neutraliser les bandes armées qui extorquent de l'argent, prennent des otages et tuent selon leur bon vouloir. La corruption généralisée au sein de la police et de l'administration ne permettent plus à l'Etat d'exercer son autorité. Ce micro - Etat mélanésien a adopté une loi en début de mois légalisant l'intervention de troupes étrangères et accordant une amnistie sur les armes. L'archipel forme une chaîne de 992 îles et atolls de corail à 2 250 kilomètres de Sydney.

Le 25 JUILLET : L'Australie estime que l'ordre est rétabli aux îles Salomon (Source : "edicom.ch")

Au lendemain de l'arrivée de la force internationale sur les îles Salomon qui étaient en proie à la violence et à l'anarchie, l'ordre a été rétabli, ont assuré vendredi des responsables australiens. Les 2 000 soldats et 300 policiers sous commandement australien ont pris position pour protéger les institutions - clé du pays.
"Depuis que nous sommes arrivés, les choses ont vraiment changé", a constaté le diplomate australien Nick Warner. "Depuis la nuit dernière, nous avons des patrouilles conjointes avec la police royale des îles Salomon, nous avons établi une protection personnelle pour le Premier Ministre(Allan) Kemakeza et nous avons installé des gardes fixes autour des structures principales de Honiara", la capitale, a énuméré Nick Warner à la radio australienne.
Ben McDevitt, qui dirige le contingent de policiers, a indiqué qu'il avait récupéré vendredi 25 armes déposées ces derniers jours en prévision de l'opération de rétablissement de la paix.

Le 22 JUILLET : Discussions entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie au sujet des prisonniers de Guantanamo (Source : "edicom.ch")

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie ont entamé des discussions au sujet des prisonniers suspectés de terrorisme détenus sur la base militaire américaine de Guantanamo à Cuba. Le président américain George W. Bush a accepté que des discussions de ce type aient lieu après la visite menée la semaine dernière à Washington par le Premier Ministre britannique, Tony Blair. Les responsables britanniques et australiens se sont élevés contre l'idée de procès de leurs ressortissants devant des tribunaux militaires sur la base de Guantanamo. Neuf Britanniques et deux Australiens font partie des 660 prisonniers de la base. Deux Britanniques et un Australiens ont été désignés parmi les six prisonniers susceptibles d'être jugés par un tribunal militaire qui pourrait imposer la peine de mort.
Le procureur général de Grande-Bretagne, Lord Goldsmith, chef de la délégation britannique pour ces discussions a déclaré : "Mon objectif dans ces discussions est de m'assurer que les détenus britanniques de Guantanamo auront un procès équitable qui sera en accord avec les standards de la légélité internationale, et ce où que ces procès aient lieu".

Le 19 JUILLET : Guantanamo : L'Australie ne veut pas extrader ses ressortissants (Source : "edicom.ch")

Le gouvernement australien ne veut pas réclamer l'extradition de ses deux ressortissants détenus par les USA sur la base de Guantanamo à Cuba. Le Premier Ministre John Howard a rejeté les appels à une demande d'extradition afin que les deux suspects soupçonnés de terrorisme puissent être jugés en Australie. Là, ils ne risqueraient pas la peine de mort, contrairement à ce qui pourrait se passer s'ils étaient jugés par les tribunaux militaires mis en place par Washington pour juger les détenus de Guantanamo. Le premier suspect , agé de 27 ans a été fait prisonnier alors qu'il combattait avec les talibans en Afghanistan en novembre 2001. L'autre, âgé de 46 ans, a été arrêté au Pakistan et est soupçonné de s'être entraîné avec Al-Qaïda. Aucun chef d'accusation n'a été formulé contre eux mais des responsables américains ont affirmé que le plus jeune des deux Australiens figureraient parmi les six premiers détenus à être jugés.

Le 18 JUILLET : Une force internationale menée par l'Australie s'apprête à rejoindre les îles Salomon (Source : "edicom.ch")

Une force internationale composée de 2 000 militaires et de 300 policiers devant rétablir l'ordre sur les îles Salomon a commencé à se rassembler ce vendredi en Australie avant de partir vers l'archipel. Des soldats fidjiens sont attendus dès vendredi soir dans le port de Townsville. Lundi, un porte hélicoptères australien partira vers ces îles. Des soldats d'autres pays appartenant au forum des îles Pacifique viendront rejoindre plus tard la force internationale. La France n'exclue pas de participer à cet effort international.

Le 18 JUILLET : Initiative franco-australienne pour lutter contre la propagation du SIDA et des MST dans la zone du Pacifique (Source : "diplomatie.gouv.fr")

Déclaration du porte-parole du Quai d'Orsay (Paris 18/07/2003)
La France et l'Australie ont décidé de prendre une initiative commune pour lutter contre la propagation du virus du SIDA et des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) dans la zone du Pacifique. Chaque pays contribuera à hauteur de 1,08 millions d'Euros sur une période de 5 ans au développement et à l'implantation d'une stratégie régionale pour combattre le virus du SIDA.
Cette initiative a pour but d'améliorer la gestion des données d'ordre épidémiologique et comportemental et de renforcer les programmes destinés à modifier les comportements en ciblant les comportements à risque. Les activités de surveillance, d'information et de prévention concerneront les 22 pays membres du Secrétariat de la Communauté Pacifique (SCP), qui sera également un partenaire de cette initiative.

Le 9 JUILLET : Discussions en Australie sur la prolifération des armes de destruction massive (Source : "edicom.ch")

11 pays supportant la politique américaine concernant la prolifération des armes de destruction massive se rencontrent mercredi (9 juillet), et pendant deux jours, à Brisbane en Australie afin de mettre sur pied un projet qui pourrait entraîner la possibilité d'arraisonner des bateaux au cours d'opérations militaires, ont annoncé des responsables. DEs représentants de la GRande-Bretagne, Allemagne, Australie, France, Italie, Japon, Pays-BAs, Pologne, Portugal, Espagne et Etats-Unis se rencontrent pour discuter de cette initiative, tandis que la Chine sera informée des discussions

Le 7 JUILLET : Irak : L'Australie savait que les accusations de la CIA étaient contestées à Washington (Source : "edicom.ch")

Avant d'envoyer 2 000 hommes en Irak, l'Australie savait que certains responsables américains avaient des réserves sur les allégations selon lesquelles Bagdad relançait son programme d'armes nucléaires, a reconnu lundi le Premier Ministre australien John Howard. Lundi devant la presse, John Howard a toutefois assuré que l'engagement australien en Irak était "juste"
Le "Sydney Morning Herald" rapporte que Canberra savait . Greg Thielmann, ancien responsable des renseignements au département d'Etat, a affirmé au quotidien australien que la CIA appuyait ses allégations sur l'achat par Bagdad de tubes d'aluminium destinés à des centrifugeuses de retraitement d'uranium. Il ajoute que le département d'Etat et le ministèree l'Energie pensaient que les tubes d'aluminium avaient une autre destination.
Dans un communiqué, M Howard a admis lundi que les agences australiennes de renseignements savaient que les tubes d'aluminium faisaient débat. "Les agences australiennes avaient conscience des discussions aux Etats-Unis sur la destination des tubes d'aluminium" a -t-il dit, certains spécialistes australiens contestant eux aussi les affirmations catégoriques concernant ces fameux tuyaux.

Le 3 JUILLET : l'Australie envoie des messages contradictoires sur le rôle de la France dans une force d'intervention dans le Pacifique (Source : "edicom.ch")

"L'Australie accueillerait favorablement l'implication de la France dans une force de police australo-néo-zélandaise et une expédition militaire chargées de ramener l'ordre dans les iles Salomon" a déclaré Monsieur Alexander Downer, chef de la diplomatie australienne. Cette déclaration semble contredire celle de John Howard, Premier Ministre, qui avait dit qu'il ne souhaitait pas une participation de la France. Monsieur Downer a déclaré à la radio australienne : "Je crois qu'une implication éventuelle de la France serait la bienvenue, en gardant à l'esprit que la France est un pays important dans le Pacifique". En début de semaine, les ministres des affaires étrangères de l'Australie, de Nouvelle-Zélande et de 14 îles indépendantes du Pacifique avaient approuvé à l'unanimité l'envoi de 2 000 soldats et policiers pour neutraliser les gangs et les groupes armés qui sévissent dans les îles Salomon.

Le 27 JUIN : La réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) : Réaction, déclarations et commentaires (Source : "agrisalon.com" et "ledevoir.com")

... L'Australie, pays, parmi d'autres, qui accuse le système actuel - plus on produit, plus on perçoit des subventions - de créer des surplus, s'est dite déçue par la réforme, estimant qu'elle avait été largement édulcorée. "Toute réforme est positive, mais il ne s'agit pas de la plus ambitieuse réforme proposée par le commissaire européen à l'agriculture, Franz Fischler et celui au commerce, PAscal Lamy, et cela est décevant" a déclaré le ministre australien du Commerce Mark Vaile ...

Le 20 JUIN : L'enquête britannique sur l'Irak est résolument pro-guerre, selon un ancien responsable australien (Source : "edicom.ch")

Un ancien haut analyste des renseignements australiens a témoigné dans le cadre d'une enquête parlementaire britannique sur les renseignements utilisés pour justifier la guerre en Irak. Andrew Wilkie a démissionné en mars du Bureau australien d'évaluation nationale estimant que le gouvernement australien exagérait et fabriquait des preuves sur le programme d'armes irakien.Il a déclaré que son entretien avec les législateurs britannique avait été hostile et que certains d'entre eux mettaient en doute sa crédibilité. M Wilkie fut l'un des opposant les plus virulents au Premier Ministre John Howard, lui reprochant de conduire le pays à la guerre sans le soutien de la nation en excluant toutes les autres options.

Le 2 JUIN : Armes de destruction massive irakiennes : la polémique gagne l'Australie (Source : "edicom.ch")

La polémique sur les supposéses armes de destruction massive de l'Irak, qui justifiaient pour Wahington l'entrée en guerre contre le régime de Saddam Hussein mais dont aucune trace n'a encore été trouvée, a gagné ces jours derniers l'Australie, alliée des Etats-Unis dans cette guerre.

Le "Sydney Morning Herald" cite ainsi des propos du Ministre australien de la Défense, Robert Hill : "S'il s'avére qu'il y avait des failles dans ce que nous avons compris, alors je crois qu'il faudra que nous le disions, mais il est encore trop tôt pour le savoir" déclare Robert Hill cité par le journal. Des responsables ont ensuite démenti que ces renseignements soient jugés erronés ou que Hill ait proposé un quelquonque réexamen de ces informations. Le Premier Ministre John Howard a joué sa réputation sur cette guerre, dans laquelle il a engagé des troupes de son pays (2 000 soldats) malgré l'opposition de la majorité des Australiens. Après le début de l'intervention, l'opinion publique s'est finalement rangée derrière le chef du Gouvernement.

Le 8 MAI : La voix de Saddam Hussein (Source : "Liberation.fr")

Le "Sydney Morning Herald" a reçu et diffusé une cassette audio sur laquelle on peut entendre un discours présenté comme celui de Saddam Hussein. Cette cassette a été remise lundi dernier 5 mai aux deux journalistes australiens et contiendrait un discours d'environ un quart d'heure prononcé le matin même. Le journal a fait part de sa volonté de remettre la bande aux autorités américaines. Le journal indique aussi qu'après avoir fait écouter la bande à une dizaine d'Irakiens, l'opinion générale était qu'il s'agissait bien de Saddam Hussein. L'interpréte, chargé de traduire la bande pour le journal était, lui, sûr à 70, 80 % qu'il s'agissait bien de Saddam Hussein.

Le 23 AVRIL : Irak : Les Américains s'attachent les services d'un Australien pour la reconstruction du secteur agricole (Source : "terre-net.com")

Le ministère des Affaires étrangères australien a indiqué avoir obtenu l'accord des Américains pour que M Trevor Flugge, agriculteur dans l'ouest du pays, ancien directeur de la commission australienne du blé, et personne influente dans le secteur de l'agribusiness, mène une mission de reconstruction du secteur agricole en Irak. Il travaillera avec des officiels irakiens sous la houlette d'un "senior" americain pour donner des conseils dur les réformes agricoles à entreprendre et pour s'ocupper aussi des questions de sécurité alimentaire. Rappelons que l'Australie est l'un des principaux fournisseurs de blé de l'Irak.

Le 21 AVRIL : Australie : La guerre sur l'après-guerre (Source : "radiofranceinternationale.fr")

Alors qu'il ne fait désormais plus de doute que la paix en Irak sera sûrement plus difficile à gagner que la guerre, l'Australie tente de tirer ses cartes du jeu. Le Premier Ministre John Howard se trouve pris entre deux feux. D'un côté, la pression grandissante des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne pour envoyer de nouvelles troupes. De l'autre, la réticence des Australiens à s'investir plus largement en Irak. Les intérêts économiques en jeu joueront un rôle majeur dans la prise de décision. En effet, de nombreuses entreprises australiennes sont déjà sur les rangs pour débuter la guerre sur les contrats de l'après-guerre.
Le Premier Ministre australien bénéficie aux Etats-Unis d'un traitement de faveur. En effet, pour le remercier de son soutien sans faille malgré l'opposition massive de ses concitoyens, John Howard est invité dans le ranch personnel des Bush aux Texas.
A quel prix pour les Australiens ? Le contingent de 2 000 hommes envoyés pour participer à la seconde guerre du Golfe semble désormais n'être qu'un début. Et John Howard, qui répète depuis les premiers jours du conflit que l'Australie ne restera en aucun cas sur le terrain après le conflit, prépare doucement la population à effectuer une rotation de 180 degrés en dénonçant l'obligation définie par la Convention de Genèvede protéger la population jusqu'à la création d'un gouvernement provisoire. Même si le Premier Ministre réserve sa décision pour la fin du mois d'avril, il y a peu de chances qu'il puisse refuser l'envoi d'un contingent supplémentaire en Irak.
Robert Hill, le ministre australien de la Défense, a annoncé à grand renfort de média le retour de la moitié des militaires dans le Golfe d'ici la mi-juin. Le gouvernement est resté toutefois plus discret sur l'envoi de nouvelles troupes. Ce contingent s'élèverait à 1 200 hommes, soit plus r la moitié des soldats actuellement sur place.
Par ailleurs, l'importance économique que représente le marché de la reconstruction de l'Irak constitue un élément majeur pour comprendre la situation. L'Australie souhaite récupérer sa part de gâteau. Mark Walsh, un des responsables de la Commission nationale du commerce australien a confié que déjà plus de 200 entreprises australiennes sont inscrites pour participer au programme de reconstruction et de nombreuses autres sont à la recherche d'opportunités. Les entreprises australiennes entendent proposer leurs compétences dans des domaines aussi différents que la réhabilitation du réseau pétrolier et gazoduc, du système sanitaire, des télécommunications, du réaménagement portuaire… mais en premier lieu l'Australie compte bien promouvoir son expertise dans le domaine agricole (irrigation, traitement des céréales …). Cependant, là encore, la bataille ne fait que commencer …..

Le 20 AVRIL : Reconstruction de l'Irak : L'Australie se prépare à batailler avec les Etats-Unis (Source : "laviefinacière.com")

Alliés au cours de la guerre en Irak, l'Australie et les Etats-Unis se préparent à une dure bataille commerciale pour la reconstruction du pays. John Howard, Premier Ministre doit se rendre début mai dans le ranch texan de G.W. Bush pour discuter de la reconstruction de l'Irak. Les entreprises australiennes ont demandé à M Howard de s'asurer que les entreprises américaines ne jouieraient pas d'un traitement préférentiel pour l'attribution des contrats de reconstruction. Une autre inquiètude australienne est la volonté américaine de mettre la main, sous couvert d'aides, sur un marché de fourniture de blé à l'Irak représentant 800 millions de dollars australiens.

Le 2 AVRIL : L'Union européenne décide de contester, au sein de l'OMC, le régime protectionniste australien d'importattion des produits alimentaires (Source : "newspresspro.com")

L'Union européenne a décidé de demander à l'Australie de s'engager dans des cnsultations officielles de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) pour traiter du système de quarantainequ'elle applique aux importations de produits agricoles. Ces consultations constituent la première étape du processus de réglement des différents de l'OMC et, en cas d'échec, permettent à l'Union de demander la constitution d'un groupe spécial de l'OMC pour juger de la légalité du système australien.

Pascal Lamy, Commissaire européen chargé du commerce : "L'Australie a instauré un sydtème de quarantaine qui bloque très efficacement les importations de produits agricoles dans ce pays. Nous estimons qu'il s'agit infraction flagrante aux règles de l'OMC, .... L'Union engagera les procédures de l'OMC pour veiller à ce que l'Australie agissent conformément à ses principes sur l'accès au marché agricoles."

L'Union considère que le système australien de quarantaine constitue une infraction flagrante aux règles de l'OMC fixées dans l'Accord sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires qui porte sur les régimes applicables à la santé humaine, animale et végétale.

L'Australie fait remarquer que sa situation insulaire la maintent à l'abri de nombreuses maladies animales et végétales qui affectent le reste du monde et qu'elle adopte de ce fait une approche conservatrice quant aux risques de quarantaine. L'Union ne conteste ni la situation de l'Australie à cet égard, ni son droit de fixer un niveau de protection approprié. Elle considère néanmoins que ce pays ne devrait pas profiter dde sa position privilégiée pour protéger de manière abusive son marché et ses producteurs en imposant des règles de quarantaine qui bloquent les importations pendant bon nombre d'années, sans justification scientifique.

L'Australie est un des principaux membres du groupe de Cairns des produits exportateurs de produits agricoles, qui préconise le libre-échange dans ce domaine. Malheureusement, l'Australie semble considérer que cette liberté ne vaut que pour ses exportateurs et non pour ceux qui souhaitent importer des produits parfaitement sûrs sur le marché australien. Le système australien de quarantaine australien a déjà été contesté par le passé. En 1998, après introduction d'une plainte par le Canada et les Etats-Unis, l'OMC a rendu une décision selon laquelle ce système appliqué au saumon constituait une infraction aux règles de l'OMC. En 2002, les Philippines, soutenues par la Thaïlande, ont requis l'ouverture de leurs propres consultations de l'OMC sur le système australien de quarantaine appliqué aux ananas et à d'autres fruits et légumes.

Mi-MARS : Manifestations pour la Paix, en Australie (Sources : "edicom.ch" - "leparisien.com" - "http://actu.internaute.com")

Parmi les nombreuses manifestations contre la guerre en Irak qui eurent lieu en Australie, il convient de noter :

200 surfeurs se sont rassemblés sur la plage de Manly (dans la banlieue de Sydney) pour former avec leurs planches à une dizaine de mètres du rivage un immense sigle pacifiste. C'était leur manière de dire "non" à la guerre en Irak et à l'engagement de 2 000 Australiens dans ce conflit.

Des pacifistes sont parvenus, malgré les mesures de sécurité, à peindre "NO WAR" sur l'opéra de Sydney.

Le 15 FEVRIER : Manifestations monstres pour la Paix, en Australie (Source : "Radio-Canada.ca")

Suite à la prise de position "pro-guerre en Irak" du gouvernement de John Howard, une très importante manifestation pacifiste a réuni plus de 150 000 personnes dans les rues de Melbourne vendredi 14 février. Cette manifestation était le prélude à la journée internationale contre la guerre prévue dans le monde entier pour samedi 15. Les manifestants ont entendu des discours contre la guerre. Il s'agissait de la plus importante manifestation en Australie depuis la Guerre du Vietnam.

Le 31 JANVIER : Point de presse conjoint de M. de Villepin et du Ministre des Affaires étrangères M. Downer (Source : "diplomatie.gouv.fr")

Propos de M. de Villepin (Paris 31/01/2003)
Permettez-moi tout d'abord de dire tout le plaisir que j'ai de recevoir aujourd'hui mon ami Alexander Downer. Nous nous sommes déjà rencontrés à plusieurs reprises et c'est toujours un grand plaisir que de constater la qualité exceptionnelle des relations d'Amitié entre l'Australie et la France.
C'est pour moi une rencontre importante parce que le contexte international est chargé et que nous devions échanger sur l'ensemble des défis auxquels doit faire face la communauté internationale. Bien sûr, la situation de l'Irak, la Corée du Nord ainsi que l'ensemble des préoccupations qui sont les nôtres concernant le terrorisme et la prolifération . Nous avons tous en mémoirele le drame de Bali où nos amis australiens ont été particulièrement touchés. Je tiens une nouvelle fois à dire à mon ami, Alexander, à quel point non seulement la solidarité et l'amitié de la France en cette circonstance ont été fortes mais aussi l'émotion que cela a créée chez l'ensemble des Français.
Nous avons bien sûr abordé beaucoup de sujets régionaux, vous connaissez la présence française dans le Pacifique Sud et la qualité de la coopération que nous avons avec nos amis australiens. Nous avons beaucoup d'intérêts communs à défendre et que nous avons évoqués, pour la stabilité de la région, pour son développement, pour, ensemble, concourir sur le plan humanitaire à avancer dans le réglement des questions les plus difficiles. Je pense aux catastrophes naturelles qui ont frappé et qui frappent régulièrement la région et qui mobilisent nos deux pays.
Sur le plan économique, vous connaissez la très forte implantation française et les investissements de la France en Australie. Il y a plus de 70.000 personnes qui travailent dans des entreprises françaises en Australie, plus de 250 sociétés, c'est dire l'importance de notre présence là-bas.
Sur le plan culturel, nous sommes aussi soucieux de développer nos relations ensmble. Nous nous félicitons de l'intérêt que porte l'Australie à la perspective ouverte par le musée du Quai Branly et le désir qui existe de participer, avec ce musée, à une meilleure connaissance des arts aborigènes de l'Australie.

Le 27 JANVIER : Visite du Ministre des Affaires étrangères d'Australie, M. Alexander Downer (Source : "diplomatie.gouv.fr")

Déclaration du porte-parole adjoint du Quai d'Orsay (Paris 27/01/2003)
M. Alexander Downer, Ministre des Affaires étrangères d'Australie, effectuera une visite de travail en France du 29 au 31 janvier prochain.
M. Downer rencontrera M. Dominique de Villepin le 31 janvier à l'occasion d'un entretien suivi d'un déjeuner. Un point de presse aura lieu à l'issue du déjeuner. M. Downer aura des entretiens avec Mme Alliot-Marie, Ministre de la Défense (le 29 janvier), avec Mme Girardin, Ministre de l'Outre-Mer (le 29 janvier) et avec M Pierre Frogier, Président du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie et Président du groupe d'Amitié France-Australie à l'Assemblée Nationale (le 30 janvier).
La France se réjouit d'accueillir le chef de la diplomatie d'un grand pays de la région Asie-Pacifique, avec lequel nous entretenons une relation privilégiée et confiante, dont attestent notre coopération régionale et nos partenariats industriel, commercial, culturel et scientifique. L'entretien avec le ministre sera l'occasion d'évoquer la situation en Irak et en Corée du Nord, les questions régionales, les négociations au sein de l'OMC ainsi que nos relations bilatérales.
L'Australie constitue la 3ème destinations de nos investissements dans la région Asie-Pacifique, les 250 sociétés françaises établies sur place faisant de notre pays le 7ème investisseur local (70 000 salariés -Chiffre d'affaires cumulé de 3 milliards d'euros). Le commerce bilatéral est en croissance constante (importants contrats conclus dans les secteurs de l'aéronautique et du transport ferroviaire). Les relations culturelles sont très dynamiques, et notre coopération scientifique a pris un nouvel essor à l'occasion de la récente visite du ministre australien des Sciences, M. Peter McGauran, en octobre dernier.
Les entretiens avec Mmme Giradin et avec M Frogier seront l'occasion d'évoque notre coopération active dans le Pacifique Sud, où la présence française est désormais perçue comme un facteur de stabilité et de développement. La rencontre avec Mme Alliot-Mariepermettra d'évoquer un secteur important dedu partenariat bilatéral. La France er l'Australie tiennent désormais des consultations politico-militaires annuelles, et des rencontres d'états-majors. Thales a acquis 50 %du premier équipementier local de défense (ADI). A la faveur de nos forces positionnées dans la zone, nous menons de nombreux exercices conjoints, qui conduisent notamment à un partenariat dans le domaine de la lutte contre la pêche illicite dans les mers australes.
M. Downer interviendra, d'autre part, devant la communauté d'affaires à l'occasion d'un petit-déjeuner organisé par l'"Australian Busness in Europe" et rencontrera M. Matsuura, directeur général de l'UNESCO.