LES ACTUALITES AUSTRALIENNES EN 2007

SPORTS

 

Le 27 DECEMBRE : Sydney-Hobart à la voile : troisième victoire consécutive de Wild Oats (Source : "http://afp.google.com")

Le supermaxi australien Wild Oats a remporté vendredi pour la troisième année consécutive la course Sydney-Hobart à la voile, premier bateau à réaliser cet exploit depuis 59 ans.

Le voilier de 30 mètres a franchi la ligne d'arrivée dans le port de Hobart, en Tasmanie, à 10h24 (23h24 GMT jeudi), sans toutefois faire mieux que son record de 2005, qui l'avait vu parcourir en 1 j 18 h 40 min 10 sec les 628 milles du parcours (1163 km).

Wild Oats, propriété de Bob Oatley et barré par Mark Richards, en tête pendant la quasi totalité du parcours, a devancé le supermaxi britannique City Index Leopard, la troisième place étant occupée par Ichiban et la quatrième par le supermaxi Skandia.

La 64e édition de la classique australienne, souvent marquée par des drames, comme en 1998 avec une tempête qui avait fait six morts, a pour une fois été épargnée par le gros temps. Avec une mer calme et des vents modérés Wild Oats avait pris la tête de la course dès la sortie du port de Sydney mercredi, s'assurant une avance confortable avant de résister au retour de Leopard à proximité des côtes de Tasmanie, conservant un avantage de 4 milles à l'arrivée.

Le voilier australien est le premier à réaliser la passe de trois depuis la série de Morna, victorieux de 1946 à 1948. "Chaque victoire est une grande victoire, mais celle-ci est vraiment spéciale. C'est un résultat historique. Nous verrons si nous tentons à nouveau notre chance l'année prochaine", devait s'exclamer Mark Richards après l'arrivée. "Aujourd'hui, je dirai oui. %ais demain je dirai peut être non", a ajouté le propriétaire Bob Oatley.

Le succès de Wild Oats est d'autant plus méritoire que le voilier australien avait démâté lors d'une course cette année en Sardaigne et, équipé d'un nouveau mât et de nouvelles voiles, n'avait repris la mer que début décembre

Le 24 DECEMBRE : Sydney-Hobart: 82 voiliers au départ, records attendus (Source : "http://afp.google.com")

La course Sydney-Hobart entre l'Australie et la Tasmanie, dont le départ sera donné mercredi à 13h00 locales (02h00 GMT), mettra aux prises cette année 82 voiliers dans une régate qui, en raison de forts vents, devrait être pourvoyeuse de records.
"Le vent de nord-est va lancer la course sur des bases extrêmement rapides", a prédit le porte-parole du Bureau national de météorologie, Barry Hanstrum, qui a cependant exclu l'hypothèse d'une grosse tempête, généralement source de nombreux abandons.

Pour cette 63e édition, les "supermaxis" de 98 pieds (30 m) seront une nouvelle fois à l'honneur. Grand favori des bookmakers, le bateau australien Wild Oats, double vainqueur de la régate en 2005 et 2006 et détenteur du meilleur temps sur les 628 milles du parcours (env. 1160 km ; 1 mille marin = 1,852 km) depuis deux ans en 1 j 18 h 40 min 10 sec, tentera d'accrocher un troisième titre consécutif, un exploit jamais réalisé depuis 1948.

Confiants dans les possibilités de leur voilier, le skippeur de Wild Oats, Mark Richards et son tacticien, Iain Murray, sont convaincus qu'un nouveau record est à leur portée. "S'il existe des prévisions capables de nous faire battre notre record, ce sont bien celles-là", a assuré Iain Murray, pour qui les derniers bulletins météo, plus favorables que l'année dernière, sont encourageants.

En dépit de leur statut de favori, les Australiens de Wild Oats devront cependant compter avec une forte concurrence, en particulier de la part de leurs compatriotes de Skandia et des Britanniques de Leopard.

Depuis 1945, année de sa création, la course Sydney-Hobart, qui attire des centaines de milliers de curieux lors de son départ en baie de Sydney, a souvent été le théâtre de drames, comme en 1998, lorsque six marins avaient péri dans la tempête, et en 2004, où sur les 116 bateaux au départ, presque la moitié n'étaient pas arrivés

Le 19 DECEMBRE : Rugby : XV de France : En Australie et chez les Blacks en juin 2009 (Source : "sport.fr")

Le programme réservé au XV de France en juin 2009 est copieux. L'équipe de France ira disputer deux tests en Nouvelle-Zélande et un test en Australie (6, 13 et 20 juin 2009). Les Bleus et les Wallabies ne vont plus se quitter au cours des prochains mois puisqu'en 2008, le XV de France rencontrera à trois reprises l'Australie. Après deux matches programmés sur le sol australien (28 juin et 5 juillet 2008), les Bleus recevront les Australiens en automne (22 novembre). La France doit également recevoir l'Argentine à Marseille (8 novembre) et une sélection du Pacifique (lieu à déterminer), le 15 novembre
.

Le 18 DECEMBRE : Rugby : Chris Latham va quitter l'Australie pour l'Angleterre (Source : "lemonde.fr")

L'arrière des Wallabies Chris Latham a signé un contrat de trois ans avec le club anglais de Worcester après avoir refusé une offre inférieure à son contrat actuel avec la fédération australienne.
Le contrat prendra effet la saison prochaine.
"Si on m'avait offert la même somme sur quelques années, je serais resté en Australie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse donnée mardi à Brisbane.
"Ils ont visiblement décidé que je ne pourrais pas jouer pendant plusieurs années mais moi je pense que je n'ai pas encore atteint mon meilleur niveau."
Agé de 32 ans, Chris Latham a porté 78 fois le maillot des Wallabies depuis 1998 ce qui fait de lui l'arrière le plus sélectionné de l'histoire du rugby australien.
Il a été membre de l'équipe des Wallabies qui a remporté la Coupe du monde en 1999, atteint la finale en 2003 et les quarts de finale en 2007.

Le 18 DECEMBRE : L'Australie supprime son championnat national de rugby (Source : "tsr.ch")

La Fédération australienne de rugby (ARU) a indiqué mardi qu'elle abandonnait après seulement une année son championnat national, censé être une passerelle vers le Super 14, en raison d'importantes pertes financières.
L'ARU a précisé que l'organisation de ce championnat avait engendré une perte de 4,7 millions de dollars australiens (2,63 millions d'euros) et que maintenir cette compétition serait "irresponsable d'un point de vue fiscal".

Ce championnat, qui rassemblait huit équipes, était censé être une passerelle entre le rugby amateur et le prestigieux Super 14 qui oppose les meilleures province d'Australie, de Nouvelle-Zélande et d'Afrique du Sud.
Le syndicat des joueurs australiens a fait part de sa déception puisque ces derniers étaient dans leur ensemble favorables à un tel championnat et que les supporteurs l'appréciaient.

Le 14 DECEMBRE : Rugby : Australie : Deans se console avec l'Australie (Source : "sports.fr")

Une semaine après avoir été recalé pour le poste d'entraîneur des All Blacks au profit de Graham Henry, Robbie Deans a vite rebondi, puisqu'il a été nommé vendredi entraîneur des Wallabies pour une durée de trois ans, succédant à John Connolly. C'est la première fois qu'un étranger (en l'occurrence néo-zélandais) dirigera les Wallabies. Cinq fois All Black dans les années 80, Deans, âgé de 48 ans, s'est ensuite lancé dans la carrière d'entraîneur, avec succès, puisqu'il a obtenu 4 titres dans le Super 14 avec les Crusaders.

C'est une grosse entorse à plus de cent ans de tradition qu'ont faite vendredi les responsables de l'ARU, la Fédération de rugby australienne. En nommant Robbie Deans à la tête des Wallabies à la place de John Connolly, qui avait démissionné en octobre suite à la défaite en quarts de finale de la Coupe du monde à Marseille face à l'Angleterre, les patrons du rugby «aussie» se fendent d'une grande première, puisque jamais entraîneur étranger n'avait jusqu'ici dirigé le quinze des antipodes. C'est désormais chose faite, puisque Robbie Deans, néo-zélandais né il y a 48 ans à Cheviot, a été officiellement intronisé pour trois ans, soit jusqu'à la Coupe du monde 2011... en Nouvelle-Zélande.

L'Australie n'était d'ailleurs pas le premier choix de celui qui a connu une bonne carrière de joueur - il a été cinq fois All Black au poste d'arrière dans les années 80 - puisque suite à l'élimination de la Nouvelle-Zélande en quarts de finale du dernier Mondial en France, il avait postulé à la succession de Graham Henry à la tête des Blacks. Une candidature prise très au sérieux par les responsables de la Fédération kiwi mais finalement retoquée, confiance ayant été maintenue à l'ancien coach du Pays de Galles, qui n'a été jugé que partiellement responsable de l'échec de Cardiff face à la France.

Une semaine plus tard, Robbie Deans a donc vite avalé sa déception, le voilà à la tête des Wallabies, ce qui promet des retrouvailles savoureuses avec Graham Henry lors du prochain Tri-Nations. Après avoir étudié cinq autres candidatures (Alan Jones, Ewen McKenzie, John Muggleton, David Nucifora et Laurie Fisher), les patrons de l'ARU sont donc tombés sur le constat que Robbie Deans était "la meilleure personne pour le job". Lors de l'annonce officielle intervenue vendredi à 13h à Sydney, Peter McGrath, le président, a ainsi déclaré: "Robbie arrive fort de superbes résultats et je suis très heureux d'annoncer qu'il rejoint l'ARU". Et l'intéressé de poursuivre: "Nous voyons cela comme un nouveau départ pour le rugby australien, nous pensons que Robbie Deans est la personne qu'il faut pour nous faire entrer dans une nouvelle ère."

"Nous pourrions avoir un coach anglais - Dieu, pardonne nous"

Effectivement, avec les retraites des Gregan, Larkham et autres anciens, une page se tourne pour le rugby australien qui va devoir s'appuyer sur une nouvelle génération de joueurs incarnée par exemple par Berrick Barnes, l'une des révélations de la Coupe du monde. Et pour accompagner ce renouveau, l'ARU a donc pris le risque de préférer une candidature étrangère. "Il (Robbie Deans) rentre dans l'histoire en devenant le premier non-Australien coach des Wallabies, nous sommes confiants dans le fait que d'autres choses historiques vont l'attendre, ainsi que les Wallabies, lors des quatre prochaines années sur la route de la Coupe du monde 2001", a commenté Peter McGrath.

Anticipant les critiques, Matt Carroll, l'un des dirigeants du rugby «aussie», a quant à lui déclaré: "Le rugby est un sport professionnel, la question n'est pas de savoir si on doit avoir un coach australien ou pas, mais d'avoir le meilleur coach. Dans le futur, nous pourrions aussi avoir un coach anglais - Dieu, pardonne nous." S'ils ont pris un risque en "important" un entraîneur, les responsables de l'ARU savent cependant que Robbie Deans est loin d'être un novice. Car après avoir débuté sa carrière d'entraîneur avec Canterbury en 1997, il ne va ensuite cesser de gravir les échelons de la notoriété, devenant assistant coach des All Blacks de 2001 à 2003 avant de prendre en main les destinées des Crusaders avec à la clé quatre victoires dans le Super 14 (anciennement Super 12) qui ont fait de lui un technicien hautement respecté de Sydney à Auckland, en passant par Le Cap, Durban, Wellington et... Canterbury.

Une ville et un club, les Crusaders, qu'il s'apprête à quitter après huit ans de bons et loyaux services, l'intéressé, absent lors de la conférence de presse de vendredi, étant attendu samedi à Sydney pour signer son contrat et être présenté à la presse. Reste à savoir la date de son départ des Crusaders, puisque si l'ARU semble disposée à le laisser officier sur le Super 14 2008, la Fédération néo-zélandaise pourrait avoir son mot à dire sur la question. Car pas question de faire de cadeaux à un homme dont la mission a été clairement fixée: "Nous voulons gagner la Coupe du monde 2011 à l'Eden Park", a indiqué Peter McGrath. Robbie Deans a du pain sur la planche, lui dont une des missions premières sera de redonner vie au pack australien, laminé en quarts de finale du dernier Mondial.

Le 8 DECEMBRE : Rugby : Australie : Deans refuse l'offre... pour le moment (Source : "sports.fr")

Recalé pour le poste de sélectionneur néo-zélandais, finalement conservé par Graham Henry, Robbie Deans n'en reste pas moins courtisé, à commencer par les dirigeants de la Fédération australienne qui verraient d'un bon oeil l'actuel entraîneur des Canterbury Crusaders succéder à John Connoly, démissionnaire à l'issue du dernier Mondial. Mais Deans ne semble pas intéressé, du moins dans un premier temps: "Je me suis engagé à entraîner les Crusaders pour le moment. Pour le reste, je ne sais pas. Cela dépendra s'il y a toujours une opportunité avec les Wallabies et s'ils sont toujours intéressés par mes services. C'est sûr que j'aimerais retrouver un rôle sur le plan international. Et si l'occasion se présente, je vais y réfléchir sérieusement." Cinq autres candidats sont en lice pour prendre la tête des Wallabies: outre l'ancien titulaire du poste dans les années 1980, Alan Jones, sont également en course Ewen McKenzie, actuel entraîneur des NSW Waratah, John Muggleton, ex-assistant de Connolly, David Nucifora, actuel entraîneur d'Auckland, et Laurie Fisher, à la tête des ACT Brumbies.

Le 6 DECEMBRE : Soccer : Australie : le néerlandais Pim Verbeek nommé sélectionneur (Source : "http://afp.google.com")

Le Néerlandais Pim Verbeek a été nommé sélectionneur de l'Australie jeudi, avec pour mission de qualifier son équipe pour la phase finale de la Coupe du monde 2010, qui se jouera en Afrique du Sud.
Verbeek et le Français Philippe Troussier étaient les deux favoris pour ce poste, après que le Néerlandais Dick Advocaat, qui devait entrer en fonction à la fin de son contrat avec le Zénith de Saint-Pétersbourg, eut préféré rester avec le club champion de Russie.

Pim Verbeek, 51 ans, s'est dit persuadé, lors d'une conférence vidéo, que l'Australie parviendrait à se qualifier pour la phase finale du Mondial-2010: "Je promets que nous ferons tout notre possible pour nous qualifier et je suis convaincu à 100% que nous réussirons et que nous ferons un bon tournoi."

Le président de la Fédération australienne de football, Frank Lowy, a assuré que Verbeek était la personne idéale pour ce poste.

"Pim Verbeek a acquis une grande expérience durant ses 25 années de carrière, avec notamment plusieurs passages par l'Asie, et nous croyons qu'il est la bonne personne pour mener les Socceros (nom de la sélection australienne, ndlr) jusqu'à la Coupe du monde 2010", a indiqué Lowy.

Verbeek, qui aura également pour mission de développer le football dans le pays, a notamment guidé la Corée du Sud jusqu'aux demi-finales de la Coupe d'Asie des nations cet été. Il a également été l'entraîneur de plusieurs clubs en Europe comme Feyenoord et le PSV Eindhoven.

Les "Socceros" auront à affronter la Chine, l'Irak et le Qatar dans leur groupe de qualifications au Mondial-2010, qui démarrera en février

Le 1er DECEMBRE : Les cadors du "sauvetage sportif" s'affrontent en Australie (Source : "rue89.com")

Les Australiens ont décidément le goût des sports surprenants. L'International Surf Rescue Challenge s'est tenu cette semaine à Sydney, et les locaux ont dominé la compétition, qui réunit chaque année des milliers de sauveteurs.
Dans les compétitions de sauvetage sportif, les David Hasselhoff, Kelly Slater et David Charvet du monde entier s'affrontent dans une série d'épreuves. Certaines sont uniquement physiques (course, nage, "paddleboard", et "surf ski"...), d'autres sont destinées à mesurer leurs compétences de sauveteur, notamment grâce à des simulations d'accident.
A ce petit jeu, l'Australie a dominé les autres nations, s'imposant avec 132 points, devant la Nouvelle-Zélande (106) et l'Afrique du Sud (47). En France, la Fédération française de sauvetage et de secourisme compte 35 000 licenciés.

Le 29 NOVEMBRE : Cyclisme - Cadel Evans Sportif de l'année en Australie (Source : "levif.be")

Le coureur de la formation belge Predictor-Lotto Cadel Evans a été élu Sportif de l'année en Ausrtalie mercredi. Le cycliste de 30 ans devance le triathlète Chris McCormack, vainqueur de l'Ironman d'Hawai, et la nageuse Libby Lenton, cinq fois titrée aux Mondiaux de Melbourne au printemps dernier.

Cette année, Cadel Evans s'est classé 2e du Tour de France, 4e de la Vuelta et a remporté le classement final du ProTour. L'élection du Sportif australien de l'année est une initiative des journaux The Age et The Sydney Morning Herald, qui ont organisé un referendum auprès de leurs lecteurs. C'est la première fois que ce trophée est décerné. Le coureur va donner à des oeuvres caritatives les 50.000 dollars australiens (28.300 euros) que lui ont rapportés cette récompense

Le 17 NOVEMBRE : Soccer : Australie - Le Néerlandais Dick Advocaat décline le poste de sélectionneur (Source : "tsr.ch")

Le Néerlandais Dick Advocaat, pressenti pour devenir le nouveau sélectionneur de l'équipe d'Australie de football, a décliné cette proposition, selon la presse de samedi.

La Fédération de football australienne (FFA) devrait tenir une réunion de crise ce week-end alors qu'Advocaat aurait dû confirmer son accord pour le poste après avoir assisté au match amical Australie-Nigeria, ce samedi à Londres.

Mais, le Néerlandais aurait refusé l'offre de diriger les Socceroos lors de la phase qualificative pour la Coupe du monde 2010, qui commence pour l'Australie en février.

Les dirigeants de la FFA doivent repartir à zéro pour trouver un entraîneur du niveau de Guus Hiddink, un autre Néerlandais qui avait conduit leur sélection en phase finale du Mondial-2006 en Allemagne.

"Nous avions commencé des discussions avec Advocaat et les avocats de son club, le Zenit de Saint-Pétersbourg", a expliqué un dirigeant australien, Ben Buckley, au Daily Telegraph de Sydney.

Selon lui, il semblait acquis que l'entraîneur prenne les rênes de l'équipe australienne à partir du 11 novembre, une fois le championnat russe terminé. Mais Saint-Pétersbourg, qui a remporté son premier titre national, a apparemment convaincu Advocaat de rester.

Pour l'amical contre le Nigeria, les Australiens seront dirigés par le directeur technique de la FFA, le Néerlandais Rob Baan, l'entraîneur Graham Arnold, qui avait succédé à Hiddink, ayant de nombreux détracteurs depuis l'élimination de l'Australie par le Japon, en quarts de finale de la Coupe d'Asie l'été dernier.

Advocaat, 60 ans, a été l'entraîneur à deux reprises de l'équipe des Pays-Bas, qu'il a notamment menée en quarts de finale au Mondial-94 aux Etats-Unis. Il a aussi conduit la Corée du Sud à la Coupe du monde 2006.

Le 2 NOVEMBRE : Rugby : Australie : Le président de la Fédération, mis en cause pour ébriété, maintenue (Source : "tsr.ch")

Le président de la Fédération australienne de rugby (ARU) Peter McGrath, accusé par un parraineur de s'être montré ivre pendant la Coupe du monde de rugby, a été maintenu dans ses fonctions vendredi.

"Sur la base d'un rapport du comité des ressources humaines de l'ARU, le comité directeur de la fédération a maintenu sa confiance à M. McGrath tout en soulignant que sa conduite avait risqué de porter atteinte à sa réputation, à celle de l'ARU et de ses partenaires", indique un communiqué.

"M. McGrath reprendra son rôle de président lors de la prochaine réunion du board", ajoute le texte. Pendant l'enquête interne, la présidence était assurée par Peter Cosgrove, qui a déclaré que l'affaire était désormais close.

Selon un parraineur, Peter McGrath avait été vu ivre lors d'une réception officielle à Marseille le mois dernier.

"Cette période a été très stressante pour moi et ma famille", a déclaré le président. "Je comprends les obligations de l'ARU et de ses partenaires commerciaux, tant sur le terrain que hors du terrain. Le rugby fait partie de ma vie depuis des années et je veux maintenant me consacrer à construire l'avenir".

Le 2 NOVEMBRE : Rugby : Afique du Sud - White refuse Galles et l'Australie (Source : "lequipe.fr")

Quelques jours après l'annonce de son départ des Springboks, l'avenir de Jake White commence à se dessiner. Courtisé de toutes parts après le titre mondial, le stratège sud-africain commence à faire le ménage parmi les offres qui lui sont faites.

Ainsi il ne devrait pas être le futur entraîneur du pays de Galles ou de l'Australie, pourtant deux des pistes les plus chaudes. C'est en tout cas ce qu'annonce son agent Craig Livingstone : «La question des Boks a été réglée et tout ce que Jake veut faire désormais c'est prendre du temps libre. Il n'a pris aucune décision sur son avenir mais je peux confirmer qu'il ne sera pas candidat pour le poste chez les Wallabies. Il est également peu probable qu'il poursuive sa carrière au Pays de Galles». Pour l'instant l'entraîneur des Boks se concentre sur sa biographie et pourrait bien prendre une année sabbatique: «Le livre de Jake doit sortir dans quelques semaines et cela va l'occuper pendant un certain temps. Il a un certain nombre d'engagements professionnels, donc ça devrait prendre six mois avant qu'il ne prenne une décision pour son avenir».

La fédération australienne avait pourtant indiqué l'existence de contacts au sujet du poste vacant d'entraîneur des Wallabies. Cette annonce devrait accentuer les rumeurs d'une arrivée de White à la tête de l'Angleterre. L'avenir de Brian Ashton à la tête du XV de la Rose est en effet incertain malgré les bons résultats en Coupe du monde. Les vives critiques adressées par certains joueurs (Dallaglio ou Catt) pourraient inciter les dirigeants anglais à trouver un remplaçant à Ashton.

Le 2 NOVEMBRE : Cricket : Australie - La Fédération dévoile ses nouvelles sanctions contre le dopage (Source : "tsr.ch")

Les joueurs de cricket convaincus de dopage encourront l'annulation de leur contrat et une suspension de toute compétition pour une durée maximale de 3 ans, selon le nouveau barême de sanctions dévoilé par la Fédération australienne vendredi.

Cette nouvelle politique obligera tous les joueurs licenciés auprès de la Fédération australienne à se soumettre à des contrôles antidopage inopinés et en dehors des compétitions.

Les joueurs contrôlés positif pour la première fois seront condamnés à une amende équivalent à 5% de leur salaire et seront interdits de match (de championnat) pour une durée de 20 jours.

Si un deuxième contrôle positif est constaté, les joueurs verront leur nom publié, seront condamnés à une amende à hauteur de 15% de leur salaire et suspendus pour une durée de 40 jours de toute compétition locale, nationale et internationale. Ils seront également soumis à des tests récurrents et devront suivre un programme de réhabilitation.

Une troisième infraction entraînera pour un joueur une interdiction de 12 mois ainsi que la suspension de son contrat pour la même durée. Enfin, une quatrième infraction sera, elle, synonyme d'une annulation immédiate du contrat et d'une interdiction de jouer pour trois ans

Le 12 OCTOBRE : Australie : surfeur d'épaves (Source : "myfreesport.fr")

Une tempête, un cargo échoué sur une plage australienne qui provoque la création d'une vague idéale. Trois bonnes raisons de se lancer à l'eau pour une session interdite par les autorités.

Le cargo MV Pasha Bulker devait charger du charbon, il s'est retrouvé sur le sable. Une tempête l'a échoué sur la plage de Newcastle, en Australie, pour le plus grand bonheur d'un surfeur local intrépide.

Vendredi 8 juin 2007. Le mobile de Peter Boskovic sonne. " Il faut que tu viennes absolument, c'est incroyable ! " Au bout du fil, un copain footballeur professionnel tout excité. ça n'est pas une visite inopinée de Zidane en Australie qui l'agite, mais l'échouage d'un cargo appartenant à une compagnie japonaise. Un monstre de 225 m de longueur pour 33 m de hauteur et pesant près de 77 000 tonnes gît, incongru, dans la baie de Nobby's Beach, à Newcastle, au nord de Sydney. Il a été surpris un peu plus au large par une tempête avec des vents soufflant à 40 noeuds (74 km/h) et des vagues de 10 m. L'ancre s'est décrochée, le propulseur est sorti de l'eau et le bateau a été balayé jusqu'à quelques mètres de la plage, d'autant plus facilement qu'il était vide, dans l'attente du chargement de 58 000 tonnes de charbon. " Je pensais que c'était une blague, raconte Bosko. Je vis à 10 minutes de là et c'est la plage sur laquelle je surfe depuis que je suis tout petit. " Une fois sur place, la plaisanterie se transforme en rêve de surfeur et de photographe. La mer reste très agitée. Le mur imposant du MV Pasha Bulker, sur lequel s'enroule la houle avec fracas, crée en retour une gauche quasi parfaite, tubesque en diable. " J'ai immédiatement décidé d'organiser un shooting avec Rhyse Smith, un surfeur local bien connu, se souvient Peter. Je ne voulais que lui, il n'était pas question de mettre plus de surfeurs à l'eau. Ça s'annonçait comme une opération commando. Quelques gars avaient déjà tenté l'expérience, mais s'étaient fait attraper par la police. L'un d'eux a même pris une amende de 500 $ (313 €) ". Les 22 hommes d'équipage ont été évacués rapidement, par hélicoptère, mais les quelque 700 tonnes de fuel, 38 tonnes de diesel et 40 tonnes d'huile inquiètent les autorités et les associations de protection de l'environnement.

Le lendemain matin, à l'aube, le duo est malgré tout prêt à passer à l'action. "Nous n'avions que 35 minutes de bonne lumière avant la première patrouille ", explique Bosko. Rhyse se fait tracter en jet-ski et se jette dans l'eau glacée pour une session hors du commun. Il se gave de figures aériennes en profitant de chaque minute. À terre, quelques badauds ont commencé à s'amasser, certains presqu'indifférents à ce qui se passe, d'autres éberlués de voir un surfeur oser s'éclater si près de l'ogre de métal. Les policiers, eux, arriveront trop tard pour boucler les mercenaires du Pasha Bulker. De cette séance très particulière, il ne reste que des souvenirs dans la tête des protagonistes et les images de Bosko, presque irréelles dans la lumière rasante et éblouissante du jour qui se lève. La mésaventure du cargo avait pourtant attiré tous les médias australiens, et pas seulement de la région. L'événement a fait l'ouverture des infos télévisées et la une des journaux pendant plusieurs jours. Mais aucune caméra ni aucun appareil photo autre que celui de Bosko n'a pu saisir ce moment magique. La vague a disparu après le remorquage du bateau, trois semaines plus tard. Le plaisir du surf, c'est aussi de s'offrir des instants d'une éphémère et secrète beauté.

Le 12 OCTOBRE : Soccer : L'Australie se retire du processus de candidature pour l'organisation de la Coupe du Monde Féminine 2011 (Source : "http://fr.fifa.com")

La FIFA a reçu aujourd'hui une lettre officielle du président de la Fédération Australienne de la FIFA, Ben Buckley, confirmant que l'Australie s'est retirée du processus de candidature pour l'organisation de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011.
Par conséquent, il ne reste plus que trois pays prêts à organiser la sixième édition de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA : le Canada, l'Allemagne et le Pérou. Les associations candidates auront l'occasion de présenter leurs dossiers à la FIFA le lundi 29 octobre. Le lendemain, mardi 30 octobre, le Comité Exécutif de la FIFA décidera du lieu de la prochaine édition de la compétition phare du football féminin

Le 10 OCTOBRE : Rugby : Australie : Connolly vers l'Europe, White pressenti (Source : "sports.fr")

John Connolly, dont on avait pu penser qu'il prendrait du recul avec le très haut niveau après l'élimination de l'Australie dès les quarts de finale de la Coupe du monde face à l'Angleterre (12-10), pourrait choisir de revenir entraîner sur le Vieux Continent. "Je ne suis pas sûr d'être devenu un meilleur entraîneur qu'avant, mais j'ai reçu beaucoup d'offres, a-t-il ainsi déclaré au quotidien The Australian. Il y a beaucoup d'options en Europe et j'aimerais prendre du temps pour les considérer." La course pour sa succession bat déjà son plein et à la liste des candidats, déjà conséquente avec les entraîneurs du cru officiant dans le Super 14, Laurie Fisher (ACT Brumbies), Ewen McKenzie (NSW Waratahs) et David Nucifora (Auckland Blues), pourrait s'ajouter l'actuel entraîneur de l'Afrique du Sud, toujours qualifiée, Jake White, qui quittera ses fonctions à l'issue de ce Mondial. Ce dernier se serait déclaré intéressé par cette opportunité.

Le 09 OCTOBRE : Rugby : Australie : Eddie Jones en rajoute une couche...(Source : "sports.fr")

Consultant au cours de cette Coupe du monde auprès d'une équipe d'Afrique du Sud toujours en course pour le titre suprême, Eddie Jones, l'ancien entraîneur des Wallabies, finalistes de la dernière édition en 2003, n'a pas manqué l'occasion de tirer ses propres conclusions de l'élimination de l'Australie en quart de finale face à l'Angleterre (12-10): "C'était une erreur de ne pas mettre George Gregan capitaine, a ainsi déclaré Jones, mettant en cause le capitanat de Stirling Mortlock qu'il a jugé peu à même de mener l'équipe à la victoire. Les Wallabies ont manqué de «leadership» dans le match contre l'Angleterre. Les Australiens n'ont jamais réfléchi à ce qu'il fallait faire, un domaine dans lequel George a toujours été bon."

Le 15 SEPTEMBRE : Rugby : Mondial : Quelques nouvelles australiennes de "http://rugby2007.fr.msn.com" (Source : "http://rugby2007.fr.msn.com")

Gr.B : L'Australie comme chez elle

Les Wallabies ont battu le pays de Galles, chez lui à Cardiff (32-20), par une marge à dimension ''humaine'' qui ne masque pas l'essentiel : elle ne s'est jamais vraiment sentie en danger, elle prend les 5 points de bonus grâce à quatre essais (deux de Latham) et a donné à voir quelques actions marquantes grâce à son axe 15-12-13-9.

La déclaration de candidature est un rien plus policée, mais quand même... La victoire de l'Australie au pays de Galles (32-20, 4-2 au nombre d'essais), samedi à Cardiff, apparaît bien comme une nouvelle contribution sur le thème unique des deux premiers week-end de Coupe du monde : à ce rythme-là, les nations du Sud mangeront l'Europe tout crue et transformeront le dernier carré en Tri-Nations de luxe. L'Australie, même à parfaire, reste l'Australie, elle qui n'a d'ailleurs jamais fait précéder ses épopées mondiales de démonstrations mémorables. Elle l'a prouvé sur les terres où elle est devenue double championne du monde en 1999, dans le Millenim Stadium version indoor, inscrivant quatre essais, défendant avec hargne (personne ne passe plus de 20 points à l'Australie en Coupe du monde, c'est comme écrit dans la réglement), dégageant maîtrise et efficacdité malgré deux débuts de mi-temps inégaux et un pays de Galles redevenu crédible, surtout en fin de match.

L'équipe de John Connoly a bien concédé deux essais. A quatorze (carton jaune pour Sharpe à la 14e), elle a serré les dents et protégé ses tympans lors d'une fin de match où c'est tout Cardiff qui poussait. Mais la vérité est que les Wallabies ne se sont sentis en danger vital. Ils n'ont jamais été menés. Ils prennent le point de bonus.

Pour sa première titularisation, le jeune ouvreur Berrick Barnes, remplaçant Stephen Larkham au pied levé, a marqué des points sur quelques coups de pieds bien sentis, au propre (un drop impeccable à la 23e), comme au figuré. Il aura surtout senti le souffle protecteur d'un axe 15-12-13-9 qui a su magnifiquement emballer le match, essentiellement dans la seconde moitié de la première période. Gregan à la mêlée, Giteau et Mortlock au centre, Latham derrière, c'est un attelage qui n'a sans doute pas tout dit, et qui a su faire exploser pile quand il le fallait une défense galloise courageuse.

Le pays de Galles, même ragaillardi, ne n'avait pas les moyens de remporter le match. L'Australie aurait pu le perdre si elle n'était pas sorti d'une certaine torpeur initiale - difficultés devant, glissades de Mitchell, deux touches perdues, manque de discipline en défense -, ou si Chris Latham n'avait repris les choses en main lorsque le quinze du Poireau revint à de 3-25 à 13-25 en début de seconde période. L'arrière australien, à l'heure de jeu, prit l'initiative d'une longue chandelle. Elle échappa à Stephen Jones, et Latham pu aplatir dans l'en-but, drapant ce sommet de la poule B du point du bonus.

Avant le repos, l'axe fort des Aussies avait fait basculer ce match d'une grande intensité par trois essais eux aussi magnifiques. Le premier sur une prise d'intervalle façon briscard du jeune Barnes, pour une offrande à Giteau (16e, 10-3 avec la transformation). Le deuxième, après une perte de ballon de Mark Jones devant ses 22, sur un coup de pied à suivre remarquable de Gregan, aplarti par Mortlock (35e, 18-3). Le troisième juste avant le repos, suite à une longue passe de Giteau au large, relayée par Mitchell vers Latham (25-3 avec la transformation), aurteur de deux essais. Le double plaquage de Morgan et Martyn Williams blessa le capitaine australien, jusqu'ici énorme en défense, sorti à la mi-temps. Il doit bien avoir un rapport avec le rendement alternatif des Wallabies après le repos. Revenu en tribune, le centre ne semble pas sévèrement touché. Il n'est pas dit, en revanche, que le capitaine gallois Gareth Thomas pourra rejouer tout de suite. Auteur d'un coup d'épaule sur le décisif Barnes lors du premier essai australien, Thomas cabossa la sienne après un tampon de Mortlock lequel se dit qu'après tout, il n'avait plus de raison de se freiner.

Le pays de Galles, comble du Welsh way, se relança après le repos par un essai d'avant conclu par Jonathan Thomas. (10-25). Et quand Shane Williams permit, à la fin, aux Rouges de remporter virtuellement la seconde période (17-7), il était trop tard. Le pays de Galles remporte le lot de consolation : si, comme cela est probable, il accède aux quarts, il ne sera pas dans la moitié de tableau de la Nouvelle-Zélande. L'Australie, si. Et il n'est pas dit que cela lui fasse peur.

Larkham opéré dimanche

Blessé au genou droit vendredi alors qu'il s'entraînait à buter et forfait samedi pour le match contre le pays de Galles, l'ouvreur australien Stephen Larkham va subir une opération dimanche à Montpellier, a annoncé son sélectionneur John Connolly à l'issue de la victoire face aux Gallois (32-20). «On ne sait pas quand il pourra rejouer. On espère l'avoir avec nous contre le Canada dans 14 jours», a-t-il ensuite indiqué.

Rien de grave pour Mortlock

Sterling Mortlock, le capitaine de l'équipe de l'Australie, sorti à la mi-temps à Cardiff contre le pays de Galles (20-32), a confirmé que c'est bien une douleur à l'épaule qui l'avait conduit à prendre congé de ses partenaires. Il l'a contractée sur l'action du troisième essai, qu'il a lui-même inscrit.
Sans être formel sur le fait qu'il jouerait contre les Fidji, dimanche 23 à Montpellier, il n'a pas semblé alarmiste sur son avenir dans la compétition. «Si ça avait été un quart ou une demi-finale, en aucune façon je ne serais sorti, a déclaré le capitaine des Wallabies. C'était plus une précaution qu'autre chose. J'ai eu une discussion avec le staff médical et on est tombé d'accord sur le fait que c'était plus prudent.»

Latham dépasse Blanco

Les deux essais de l'arrière australien Chris Latham, dans la victoire remportée 32-20 contre le pays de Galles, ont permis au joueur des Queensland Reds d'intégrer le top 10 des meilleurs marqueurs d'essais de tous les temps, avec 39 réalisations. Il dépasse d'une unité un certain Serge Blanco. Latham rejoint David Campese dans ce panthéon mondial, qui encore loin devant avec 64 réalisations.
Il est notable que dix des trente-neuf essais inscrits par Latham l'ont été dans seulement quatre matches de Coupe du monde différents, dans trois éditions distinctes. Seuls Jona Lomu (15) et l'Anglais Rory Underwood (11) ont marqué plus d'essais que lui dans la compétition.

Le 13 SEPTEMBRE : Football féminin : Mondial : Ghana : sévère défaite devant l'Australie (Source : "http://fr.canqualifiers.com")

Pour la première fois qu'elles remportent une victoire en phase finale de la Coupe du Monde de football féminin, les Matildas australiennes ont infligé une correction aux Black Queens du Ghana 4-1. C'était hier mercredi 12 septembre au stade de hangzhou en Chine, dans le groupe C. Elles avaient jusque là disputé neuf matches, sans la moindre victoire, et avaient même été battues par les Ghanéennes en 1999 et en 2003.
Dès l'entame de la partie les "Reines Noires" ghanéennes ont la maîtrise du ballon, mais ce sera de courte durée, malgré l'occasion manquée par Florence OKOE à la 5ème minute. Les "Matildas" se ressaisissent rapidement et leur technique finit par payer à la 15ème minute lorsque Sarah WALSH reprend victorieusement une passe lumineuse de Caitlin MUNOZ. A la reprise les Australiennes procédent par contre-attaque, et la remplaçante Lisa DE VANNA, rentrée à la mi-temps, double la mise à la 57ème minute sur une ouverture de WALSH, imitée un peu plus tard par Heather GARRIOCK qui porte le score à 3-0 à la 69ème minute. Les Ghanéennes sauvent l'honneur une minute par l'intermédiaire d'Anita AMANKWA, avant que DE VANNA ne scelle définitivement la victoire de son équipe en réalisant le doublé à la 81ème minute.
Collette McCALLUM a été désignée joueuse du match. La deuxième journée de ce groupe se jouera le samedi 15 septembre, toujours à Hangzhou. L'Australie affrontera la Norvège, tandis que le Ghana jouera le Canada.

Le 13 SEPTEMBRE : Rugby : Mondial : l'Australie insiste sur la discipline (Source : "lemonde.fr")

John Connolly a mis ses joueurs en garde contre toute indiscipline lors du match face au Pays de Galles samedi, dans la poule B de la Coupe du monde de rugby.
L'entraîneur australien a relevé que cinq joueurs d'autres équipes avaient déjà été suspendus en une semaine de compétition. Il a apporté son soutien aux consignes de fermeté délivrées par l'International Rugby Board.
"Je pense que le monde du rugby, l'IRB en particulier, a tenté de poser un jalon dans ce tournoi pour l'avenir du jeu, au sujet de ce qui est accepté et de ce qui ne l'est pas", a dit Connolly jeudi.
"Je vois bien comment la façon dont nous jouons et dont nous nous comportons en Coupe du monde, au plus haut niveau, influence la façon dont les matches sont conduits et arbitrés aux niveaux inférieurs.
"Je pense qu'aujourd'hui, nous ne pouvons pas critiquer cela."
Les Wallabies ont exprimé leur surprise face à la sévérité de l'arbitrage, ce qui les conduit à accorder une grande importance à la discipline.

Le 8 SEPTEMBRE : Rugby : Mondial : Au Sommet, les leaders parlent aussi du rugby (Source : "lematin.ma")

La Coupe du monde de rugby en France fait aussi partie des discussions pour les dirigeants de la région Asie-Pacifique, où se situent plusieurs grandes nations du rugby, dans le cadre du Sommet de l'Apec à Sydney.

Le Premier ministre australien John Howard, hôte du Sommet, a soulevé la question du match devant opposer l'Australie et le Japon, en rencontrant samedi son homologue japonais Shinzo Abe.
"Le Premier ministre a parlé avec le Premier ministre japonais du match à venir entre l'Australie et le Japon", a déclaré aux journalistes Alexander Downer, chef de la diplomatie australienne. M. Howard est un fervent supporteur de l'équipe australienne de rugby.

Les Wallabies, déjà deux fois sacrés champions du monde (1991, 1999), affrontent samedi à Lyon (13h45 GMT) le modeste Japon

Le 2 SEPTEMBRE : Rugby : Mondial : L'Australie se prépare (Source : "http://sports.lefigaro.fr")

L'Australie a effectué ce dimanche son premier entraînement sur le sol français. Le Stade Yves du Manoir de Montpellier, plein de 10 000 personnes, été l'hôte des vice-champions du Monde.

Montpellier version Melbourne
A seulement six jours de leur premier match du Mondial qu'ils disputeront le 8 septembre à Lyon contre le Japon, les Australiens ont effectué dimanche après-midi, sur la pelouse du tout nouveau stade Yves du Manoir de Montpellier, leur premier entraînement public sur le sol français. Et comme cela était prévisible, les Montpelliérains, mais aussi les habitants de toute la région et au-delà, sont venus nombreux voir les doubles champions du monde qui avaient également fait suivre leurs supporters. C'était donc la foule des grands jours. Il est vrai que l'affiche était alléchante. Trois heures avant l'ouverture des portes, le public se pressait déjà devant l'entrée du stade et il fallait s'armer de patience pour pénétrer dans l'enceinte sportive. Le nombre de spectateurs a été évalué à plus de 10 000 !

Physique et technique
C'est sous un chaud soleil de fin d'été, par une température avoisinant les 30°C, et sous un ciel bleu légèrement voilé, que les Wallabies sont entrés sur le terrain, avec une petite demi-heure de retard sur l'horaire prévu, derrière leur capitaine Stirling Mortlock, blessé au dos et en compagnie de leur entraîneur John Connolly. Mis a part le pilier Guy Shepherdson, blessé au genou, il y avait là toute l'équipe avec ses joueurs vedettes à l'image de George Gregan, l'homme aux 127 sélections et qui s'apprête à disputer sa 4e Coupe du monde. Tous ont été applaudis par les milliers de spectateurs massés dans les tribunes et qui, le temps d'un après-midi, avaient choisi de délaisser la plage pour le stade. Des spectateurs séduits et dont plusieurs centaines étaient venus en famille, accompagnés de leurs enfants. Ils ont tous réservé un accueil chaleureux à leurs hôtes australiens en agitant de petits panneaux jaunes et verts. Ensuite, les grands favoris du groupe B, mais également sérieux prétendants au titre de champion du monde, ont poursuivi leur préparation entamée déjà depuis plusieurs semaines. A la plus grande joie du public, les vice-champions du monde 2003 ont effectué plusieurs tours d'échauffement autour du grand terrain d'honneur avant d'entrer dans le vif du sujet et d'entamer une séance d'entraînement avec au programme des exercices physiques individuels et collectifs pour améliorer technique et habileté. Ils se sont ensuite séparés en deux groupes pour disputer un petit match amical.

La compétition se rapproche
Rappelons que cette année, ils ont été les seuls à battre les Blacks, grandissimes favoris de la Coupe du Monde. C'était en juillet dernier, lors du tournoi des Tri-Nations. Ils avaient alors battu les Néo-Zélandais, 20-15. Autant dire, que les Wallabies, qui semblent monter en puissance au fil des semaines, sont bien décidés à aller jusqu'au bout de la compétition et rêvent déjà d'un troisième titre mondial. Au terme de leur entraînement, les Australiens ont quitté le stade sous les ovations du public qui aurait bien aimé qu'il y ait des prolongations. Le prochain et dernier entraînement des Australiens à Montpellier est programmé mardi 4 septembre, à 18h30.

Le 31 AOUT : : Rugby : Australie : Larkham verrait bien les Bleus (Source : "sports.fr")

Stephen Larkham, ouvreur du XV d'Australie, a expliqué que la France partait avec un net avantage lors de la prochaine Coupe du monde: celui de jouer à domicile. Du coup, la star des Wallabies verrait bien les Bleus en finale. "Jouer à la maison vous donne une sacrée motivation, a-t-il déclaré dans les collnes de The Australian newspaper. Nous l'avions vérifié en 2003, lorsque nous avions connu un parcours assez tranquille jusqu'à la finale. Je pense donc que la France trouvera le chemin vers la finale." Après 1991 et 1999, les hommes de John Connolly aimeraient certainement se retrouver en face des Bleus pour tenter de soulever une troisième fois la coupe Webb-Ellis.

Le 26 AOUT : : Rugby : Australie : Gregan, le recordman (Source : "sport365.fr")

George Gregan va effectuer sa dernière Coupe du monde. Le demi de mêlée australien prendra ensuite sa retraite. Mais quoi qu’il arrive en France, il fait déjà partie de la légende du rugby.

Samedi 7 juillet, le Telstra Stadium de Sydney a pleuré. Il a applaudi aussi. Longuement. Car deux légendes du rugby venaient d’y disputer, contre l’Afrique du Sud, leur dernier match sur le sol australien. Encore une Coupe du monde et Stephen Larkham et George Gregan vont arrêter de jouer au rugby pour leur pays. Une page est en train de se tourner avec la retraite de cette charnière de rêve. Mais Gregan, le demi de mêlée, fait déjà partie du Hall of Fame de son sport puisqu’il est le recordman mondial des sélections (134 capes après le Tri Nations 2007) devant l'Anglais Jason Leonard et le Français Fabien Pelous. Il a effacé des tablettes le record australien qui appartenait à David Campese (101 sélections).

Gregan, sorte de Ricardo Kaka dont il partage l'élégance sur le terrain, doit tenir sa classe naturelle d’un des sports qu’il pratiquait à l’Université : le cricket. Le joueur d’origine zambienne a bien failli faire sa carrière dans ce sport majeur en Australie. Mais à l’école, il jouait aussi au rugby à sept. Repéré par les scouts du club local de Randwick, il allait finalement se lancer à corps perdu dans l’Ovalie. Sacré champion du monde en 1999, Gregan est toujours au top huit ans après. A l’automne 2007, il aimerait bien ajouter une ligne à son palmarès plutôt impressionnant :
double vainqueur du Super 12 (2001, 2004) et du Tri Nations (2000, 2001), meilleur joueur du monde en 2001.

S’il manquera aux Wallabies, son absence se fera également cruellement sentir chez les Brumbies, où il a joué de 1996 à 2007. Car en novembre, délivré de toute pression internationale, il jouera à Toulon. La Pro D2 comptera donc dans ses rangs un magnifique joueur, dont l’idole n’était autre que Zinzan Brooke, le légendaire troisième ligne centre néo-zélandais. Dans le club de Mourad Boudjellal, l’ancien capitaine de l’Australie devrait apporter autant, si ce n’est plus, que Tana Umaga lorsqu’il était venu faire une pige. Gregan y retrouvera d’ailleurs l’ancien Black, futur manager du RCT. Une association qui devrait ramener le club au top niveau.

Le 16 AOUT : : Rugby : Les Wallabies veulent rebondir (Source : "sports.fr")

A quelques semaines de la Coupe du monde, l'Australie a vu sa mise en condition perturbée. Problèmes internes et autres complications sont venus dérégler la machine assoiffée de revanche après avoir échoué en finale de la précédente édition contre l'Angleterre. Le groupe est à la hauteur de l'événement, et ne devra pas laisser passer l'occasion de rééditer leurs performances de 1991 et 1999, années de leur sacre suprême sur le toit du monde. John Connolly et ses hommes débarqueront en France avec la ferme intention de détrôner le XV de la Rose...

Le groupe australien est au grand complet.Recordman mondial des sélections, George Gregan sera le joueur incontournable de cette Coupe du monde. L'homme aux 131 capes a perdu le brassard de captaine, mais sa présence dans le XV type australien sera déterminante quant à la qualité du jeu des Wallabies. Autres grands noms du rugby, on retrouve dans la liste des 30 couché par Connolly le demi d'ouverture Stephen Larkham (101 sélections) qui jouera pour l'occasion sa troisième Coupe du monde, tout comme l'arrière Chris Latham (73 sélections).

Le capitaine Stirling Mortlock sera épaulé par deux vice-capitaines, George Gregan et le troisième ligne Phil Waugh. Seul un petit nouveau fait son apparition parmi les heureux élus dans le groupe final. Il s'agit de Berrick Baines, non capé qui évolue aux Queensland. Le benjamin du groupe fera figure d'attraction dans un groupe soudé, et qui s'apprête à découvrir les pelouses françaises.

Un groupe solide et puissant, une poule plus qu'abordable (Pays de Galles, Japon, Canada, Fidji) et des joueurs surmotivés, rien ne devrait manquer à l'Australie. Seuls les récents problèmes relationnels rencontrés au sein de l'escouade australienne pourraient lui jouer un mauvais tour. Des tensions nées lors de la remise de la médaille John Eales cet été où un membre du staff a été oublié par le Président de l'ARU Paul McLean.

Deuxième du dernier Tri Nations derrière l'intouchable Nouvelle-Zélande, l'Australie peut redouter une demi-finale justement face aux Blacks, équipe contre laquelle les Wallabies ont déjà perdu 84 fois, ce qui représente approximativement les 2/3 de leurs rencontres. Une tendance que vont essayer d'inverser les joueurs de John Connolly dès septembre, dans une compétition qu'ils veulent à tout prix remporter.

Le 13 AOUT : : Rugby : Australie : Un couvre-feu ? (Source : "rugbyrama.fr")

Le staff des Wallabies envisage de mettre en place un couvre-feu pour les joueurs pendant la Coupe du monde.

Le sélectionneur John Connolly a fait une réunion - à laquelle le capitaine Stirling Mortlock participait - ce lundi pour en discuter. C'est le président de l'ARU, John O'Neill, qui serait à l'origine de cette mesure. Le rugby australien souhaite réagir après les nombreux débordements nocturnes de ses joueurs, dont le dernier a vu Matt Dunning et Lote Tuqiri soupçonnés d'avoir agressé un chauffeur de taxi. "Je suppose que ces problèmes sont causés par deux choses : l'alcool et les sorties tardives, surtout par les sorties tardives", a ainsi expliqué Connolly sur Sydney Radio. "Avoir un horaire à respecter empêcherait sûrement ces problèmes et nous devons nous pencher sur la question. C'est une solution."

Le 8 AOUT : : Rugby : Coupe du monde : Eddie Jones au chevet des Boks (Source : "http://rugby.france2.fr")

L'ancien sélectionneur des Wallabies a intégré le staff de l'Afrique du Sud pour la durée de la Coupe du monde.

"Il va nous apporter toute sa connaissance du jeu et son expérience internationale, car il ne faut pas oublier qu'Eddie avait conduit l'Australie en finale en 2003", a déclaré Andy Marinos, manageur des Boks. Un départ peu apprécié en Australie, où le président de la Fédération aurait aimé "plus de discernement" de la part de son ancien employé.

Ce n'est pas ce que j'attendais d'un ancien entraîneur australien". La phrase de John O'Neill, président de la Fédération australienne, est lapidaire. Il est vrai que le départ d'Eddie Jones pour l'Afrique du Sud est presque un séïsme en Australie. Sélectionneur des Wallabies entre 2001 et 2005 qui avait mené cette équipe en finale de la Coupe du monde 2003, il a décidé d'aider les Springboks à reconquérir le titre de champion du monde.

Après avoir mis fin à ses fonctions d'entraîneur des Queensland Reds, qui avaient fini derniers du Super-14 cette saison, Eddie Jones a participé à un stage de préparation des Sud-Africains à la fin du mois de juillet. Avant de prendre en mains les destinés du club anglais des Saracens, il a accepté de venir aider Jack White dans l'encadrement. "Il va nous apporter toute sa connaissance du jeu et son expérience internationale, car il ne faut pas oublier qu'Eddie avait conduit l'Australie en finale de la Coupe du monde en 2003", a déclaré le manager Andy Marinos.

Particulièrement à la pointe d'organisations tactiques défensives, Eddie Jones a, indirectement, accepté peut-être d'affronter l'Australie en quarts de finale, les deux équipes pouvant se faire face. D'où le mécontentement de John O'Neill: "Il dira qu'il est "un professionnel" mais moi je répondrai qu'il faut agir avec un peu plus de discernement. Dans un sens, cela montre que ce sport a changé et que les entraîneurs acceptent du travail pour d'autres motivations que la loyauté et le patriotisme. Je ne pense pas que cela doive en aucune manière alarmer les Wallabies."

Le 6 AOUT : : Rugby : Les Wallabies à l’état sauvage (Source : "lefigaro.fr")

Pendant cinq jours, l’équipe d’Australie effectue un stage commando encore plus éprouvant que celui réalisé par les Français dans les Pyrénées. Baignade en pleine nuit et privation de nourriture : tout y passe.

Dans l’eau avec des requins !
Les stages du type commando en pleine nature jouissent d’une cote de popularité certaine depuis le début de l’été dans le pays de l’Ovalie. Comme celui organisé par l’équipe de France dans les Pyrénées, le staff des Wallabies a décidé d’emmener tout son petit monde suer à grosses gouttes sur la côte est de Brisbane, quittant du même coup le camp de base du Queensland. De cocasse, le séjour est rapidement devenu cauchemardesque. Le rude programme regorge de difficultés, histoire de tester les capacités de résistance et de solidarité afin de les consolider et John Connolly et Cie n’y sont pas allés de main morte. Le transfert en ferry jusqu’à l’île de North Stardbroke n’était pas encore achevé que tous les protagonistes ont été contraints de se jeter à l’eau, tout habillés, pour rejoindre la terre ferme ! Une étonnante manière de jauger les troupes quand on sait que la capitainerie du port local venait de dévier la trajectoire de requins, soi-disant inoffensifs. Le ton était donc donné et le calvaire ne faisait que commencer. Les bagages posés et les esprits retrouvés, les colosses australiens se mettaient à l’attaque d’une marche en plein air étalée sur 4 km, avant d’enchaîner une randonnée le long d’un immense lac et une baignade forcée en pleine nuit ! «J’ai dormi une heure, j’ai nagé une bonne partie de la nuit et je me suis réveillé avec une crampe à un orteil mais à part ça, je n’ai pas à me plaindre. Quand je rentrerai chez moi, je repenserai à tout cela et je me dirai que ce n’était que du positif», avouait Nathan Sharpe, qui a survécu à une nuit à la belle étoile écourtée sur les coups des 4 heures du matin.

Des barres chocolatées dissimulées
De l’aveu de John Connolly, qui, avec le manager Phil Thomson, a préféré rester en retrait des activités pour «observer», le stage ne sera pas aussi rude tous les jours car l’Australie ouvrira sa Coupe du Monde dans exactement 33 jours et il ne faudrait pas perdre trop d’énergie dans ces extrêmes. Déjà, Stirling Mortlock et Mark Gerrard ont affirmé qu’ils avaient été secourir plusieurs coéquipiers en proie à des difficultés lors de la traversée des eaux. Connus pour être des gloutons, les Australiens ne peuvent même pas ravitailler leurs panses correctement et souffrent de la faim avec une boîte de corned-beef à l’oignon, une tranche de pain et une poignée de petits biscuits secs par repas. Un régime draconien qui a poussé Berrick Barnes, Rocky Elsom et Sean Hardman à cacher quelques victuailles en guise de provisions (papier toilette et barres chocolatées) ! «J’ai reçu au moins 80 offres pour faire partager ma ration de six biscuits, c’est terrible. Plus sérieusement, il y a un excellent état d’esprit ici car chacun d’entre nous a trouvé sa place. Nous prenons cette expérience comme elle vient et savons qu’il s’agit d’un passage obligé vers la Coupe du Monde. Nous avons bien compris que le but était de nous confronter à l’état sauvage et de voir nos réactions dans cette situation plus que délicate». Espérons pour eux que personne ne souffre de vertiges car des «descentes en rappel sur plusieurs falaises» sont cochées au programme.

Le 6 AOUT : : Rugby : Commando pour l'Australie (Source : "eurosport.fr")

Comme de nombreuses autres équipes du Mondial, les Australiens ont eux aussi droit à leur opération commando, pendant cinq jours, avec d'anciens commandos SAS, l'unité d'élite des services britanniques.

Les joueurs sont promis à un rude programme incluant privations de sommeil et de nourriture, marche à pied et activités en extérieur, afin de durcir leurs capacités de résistance et leur solidarité.
Le seconde ligne Nathan Sharpe et l'ailier Mark Gerrard ont admis avoir beaucoup souffert lors du premier jour du stage. Lors de leur première nuit, dimanche à partir de 22h, ils ont dû marcher trois kilomètres et nager 300 mètres dans une eau glaciale.
Tous les joueurs ont participé à l'exception de trois joueurs ménagés pour blessures, les avants Guy Shepherdson (genou), Wycliff Palu (épaule) et David Lyons (caillot de sang dans la jambe. La plupart du staff participait aussi. Mais l'entraîneur John Connolly et le manager Phil Thomson ont préféré rester en observateur
Les joueurs doivent descendre quelques falaises lundi avant une autre longue marche. Ils ouvriront leur campagne mondiale contre le Japon, à Lyon, le 8 septembre.

Le 5 AOUT : : Rugby : Coup de projecteur sur l'Australie (Source : "coupedumonde2007.net")

Pour lire l'article, cliquez ici : Coup de projecteur sur l'Austalie

Le 5 AOUT : : Rugby : Australie : L’Australie en crise (Source : "rugbyrama.fr")

Querelles internes, comptes dans le rouge, révélations surprenantes… le visage montré par l’Australie à quelques jours du Mondial inquiète. Une semaine a suffit pour révéler de manière claire les problèmes rencontrés par la fédération australienne (ARU).

La cérémonie de la médaille John Eales compte parmi les événements importants de la vie du rugby australien. L'ancien capitaine des Wallabies, double champion du monde, fait partie du Panthéon des joueurs australiens et mondiaux. Une figure emblématique, censée souder le rugby autour de son image. Pourtant, au contraire, c'est cette soirée, prévue pour être festive, qui a plongé le rugby australien en plein cauchemar.

Les dissensions au sein du staff australien ont été rendues publiques par l'oubli -volontaire ?- du président de l'ARU Paul McLean de mentionner un membre de l'encadrement lors de la soirée. Celui-ci a rendu hommage à John Connolly, Michael Foley et Scott Johnson, omettant John Muggleton, pourtant en place depuis 10 ans et artisan du titre australien de 1999. Face à sa colère, Connolly a dû le rattraper par la manche pour éviter qu'il ne quitte la réception. Les excuses de McLean ne parviennent pas à panser la plaie.
Muggleton s'estime insuffisamment reconnu pour son rôle. L'arrivée du charismatique Scott Johnson, personnage haut en couleur et incontrôlable, au point d'être interdit de presse, n'a fait que renforcer cette impression. Mais cela ne s'arrête pas là, un officiel a déclaré la semaine passée, "L'incident Muggleton-McLean n'est que le sommet de l'iceberg".
Dans la catégorie "problème d'égo", le cas O'Neill-Connolly mérite aussi l'attention. Le passif entre les deux hommes date du premier mandat de John O'Neill à la tête de l'ARU de 1995 à 2004. Alors entraîneur du Queensland, Connolly avait eu maille à partir avec son président. Leurs relations semblent ne pas avoir progressé tant l'entraîneur des Wallabies eût l'air irrité par l'annonce du retour de O'Neill en juin.

On pourrait croire la coupe pleine, il n'en est rien. John O'Neill déclare dans son livre "C'est seulement un jeu - Une vie dans le sport" que "l'augmentation de la masse de nos joueurs faisait froncer les sourcils" à la fin des années 90. Avant d'ajouter quelques pages plus loin."Je ne suis pas conscient si le pari est devenu une question majeure de la fédération de rugby, mais lors de mes deux dernières années dans le jeu, je sais vraiment que les drogues récréatives commençaient à devenir un problème" . On imagine l'ambiance crée par ces révélations pour le moins étonnantes à quelques semaines de la Coupe du monde.

Dans cet inventaire à l'australienne, il faut noter les problèmes financiers rencontrés par la fédération australienne qui annonce une perte record de 6 millions de dollars cette saison, soit plus de 3,5 millions d'euros... Avec à la clé un remaniement de la direction de l'ARU qui va pousser vers la porte les hommes mis en place par Gary Flowers, l'ancien président et ami de Connolly.
L'ambiance délétère qui règne à ce jour autour du rugby australien ne constitue pas la meilleure façon de préparer l'épreuve reine de ce sport pour une des équipes favorites.

Le 31 JUILLET : : Australie : Rugby : Jones, le faux-frère (Source : "lefigaro.fr")

Eddie Jones, ancien sélectionneur de l’Australie, devrait s’engager sous peu pour faire partie du staff sud-africain lors du Mondial. Des Boks tracassés par le forfait surprise de Pierre Spies.

Jones l’hyperactif
Qu’il serait intéressant de sonder la cote de popularité actuelle d’Eddie Jones en Australie. Anéanti par la presse locale et pris à partie par des supporters en attente de beau jeu et surtout de résultats, le technicien avait dû quitter ses fonctions de sélectionneur des Wallabies en décembre 2005 pour laisser la place à John Connolly. Jones est pourtant un homme de rebonds. Passé depuis par les Queensland Reds (avec qui le contrat a été résilié à l’amiable en mai dernier), celui-ci a décidé d’exporter ses méthodes du côté de la Premiership, aux Saracens, où il exerce un rôle de consultant depuis cette semaine. Un rôle bien lointain des aspirations d’un homme qui a mené l’Australie en finale du Mondial en 2003.

Hyperactif, ce dernier ne restera pas longtemps à se tourner les pouces car il a tapé dans l’œil du staff sud-africain, qui l’avait convoqué pour prendre part aux entraînements des Boks en plein Tri-Nations. Jake White a tellement apprécié cette brève collaboration qu’il vient d’appuyer avec force sa candidature à la fédération nationale pour qu’il occupe le poste de directeur technique, à mi-chemin entre l’intendant et le consultant. Une décision devrait être prise cette semaine et nourrit déjà quelques aigreurs du côté de l’Australie, qui voit d’un mauvais œil le passage de son ancien mentor chez un rival séculaire. « Le métier de coach a évolué de nos jours, le jeu a changé, il faut s’adapter. De toute façon, ma loyauté n’est engagée qu’envers l’équipe avec laquelle je travaille, ça s’arrête là», s’était déjà justifié le principal intéressé il y a quelques semaines.

Le Mondial se fera sans Spies
Depuis, les négociations vont bon train et Jones prendra place, sauf retournement de situation, aux côtés de White durant le Mondial comme il l’a récemment confirmé : «Il y a quelques détails à régler mais selon toute vraisemblance, je pense que je vais bientôt travailler pour les Springboks. On m’a exposé les bases du deal et je les accepte. J’aimerais vraiment leur apprendre ce que je sais sur le rugby. Il y a tellement de talents dans cette équipe». Le technicien peut d’ores et déjà dormir sur ses deux oreilles car les dirigeants des Saracens, qui ne le récupéreront qu’après le Mondial, lui ont donné le feu vert pour s’impliquer à fond dans cette expérience : «Ils ont bien compris où était leur avantage. Ce n’est que du bonus pour eux car ce n’est pas une relation à sens unique mais dans les deux sens. J’apporte quelque chose aux Boks et ils m’apportent quelque chose en retour. En rugby, on est continuellement en train d’apprendre», a-t-il lâché dans la foulée.

. . .

Le 28 JUILLET : : Australie : les gladiateurs du ring (Source : "lefigaro.fr")

Ils se battent pour la gloire et l'argent. A coups de poing, la dernière troupe itinérante de boxeurs au monde sillonne le pays pour défier les plus forts.

Ici, pour les vachers de l'arrière-pays australien, l'illusion consiste à croire que par la force et la gloire le reste suivra. Alors quand la troupe itinérante de boxeurs de Fred Brophy débarque en ville, c'est l'occasion de montrer de quel bois on se chauffe. La Brophy's Boxing Troup : six gaillards taillés dans le roc. Ils viennent des quatre coins de l'Australie avec pour seul bagage une paire de gants. A l'image de cette terre de tous les records - la plus aride, la plus plate, la plus stérile du monde - ils incarnent l'excès... Kid Valentine a le physique d'un cogneur : oreilles décollées, nez écrasé, lèvres plates. Birdsville Mauler (le Molosse de Birdsville) est couvert de tatouages, bâti comme une armoire normande. Fighting Hippie est un monstre au sourire «Ultrabrite», des cheveux longs serrés dans une natte. Et puis il y a Cowboy, le clou du spectacle, la tête d'affiche : une gueule d'ange, deux poings en granit sur deux pieds de guerre... Ces puncheurs émérites, semi-professionnels, n'ont plus à faire leurs preuves. Leur réputation les précède dans les villes reculées de l'Outback où, chaque année, ils se produisent. Réputation de killers qui bombardent les plexus, défoncent les maxillaires. Des pugilistes qui ne répondent qu'à la voix de leur maître : Fred Brophy. Le seul apte à jeter l'éponge avant que le combat ne tourne au jeu de massacre.

«Quatre générations dans la boxe ! Toute l'histoire de ma famille se concentre autour d'un ring. La troupe a vu le jour quand l'Australie n'était peuplée que de bagnards, de soldats et de chercheurs d'or. Les hommes passaient leur temps à se battre. Mon ancêtre a voulu les civiliser. Il a posé quatre piquets dans un champ. Le premier ring d'Australie était né. Et la Fred Brophy's Boxing Troup avec. » Civiliser. Voilà la vertu de la famille Brophy. Elle a éduqué une armée d'hommes en maraude. N'ayant que leurs poings pour se divertir. Avant les femmes (des colonies de prostituées déportées en masse) et la douceur de leur peau pour apaiser leurs pognes. Fred parle avec un accent à débiter à la tronçonneuse, ponctuant ses phrases d'argot outrageusement sexué. Il se raconte, se justifie, se vante, s'invente au rythme des bières avalées. « Je suis une légende vivante, quelqu'un de respecté !» Une légende pour perpétuer une tradition séculaire chère aux Australiens, pour diriger la dernière troupe itinérante de boxeurs dans le monde. Un mythe aussi pour les frasques de son existence. Avérées ou pas. «J'ai survécu à 85 balles de chevrotine dans la jambe droite, 17 dans la gauche, à des coups de couteau et des morsures de serpents venimeux...» Et d'exhiber un appareil dentaire, conséquence d'une bagarre au coup-de-poing américain. A la mesure de sa démesure. Aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, Fred porte encore beau dans sa chemise en satin rouge. Costume de foire, instant de fête.

Cracow, au milieu de nulle part

Les nuages filent sous un ciel triomphant. Le jour se lève, Cracow s'ébroue après une énième nuit blanche. Ville minière du Queensland, elle n'est accessible que par une interminable piste de latérite rouge. Couture d'hémoglobine. Cracow se limite à quelques baraquements, des milliers de kangourous bondissant comme des jouets mécaniques, un unique pub. A 5 heures du matin, l'équipe de nuit s'accoude au bar de Sandi et Fred pour un breakfast arrosé de whisky-coca. Ivres d'un rêve héroïque et brutal, ils sont venus de toute l'Australie pour forer la pierre, en extraire une tonne d'or brut chaque année. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, hommes et femmes se relaient au chevet du fabuleux métal. Soixante-dix-huit d'entre eux passent leur vie dans l'obscurité pour une poignée de dollars qu'ils dépensent sans compter sur le zinc du pub. Leur seul loisir se résume aux tribulations de la troupe de boxe de Freddy. Ici, pas de journaux. Les habitants de Cracow forment une seule et grande famille. Le pub est leur maison. Jack le sait bien. Mineur depuis trois ans, il a laissé derrière lui un couple brisé et quatre gosses qu'il ne voit plus : «Quand je suis arrivé à Cracow, j'étais un fantôme. En franchissant les portes du pub, je redevenais quelqu'un !»

Jack est content. Demain, il accompagne la troupe à Rockhampton où elle va se produire dans une fête agricole. C'est sa semaine de repos, l'occasion de suivre les combats. Rockhampton, la cattle town par excellence. Boutiques et restaurants ont pour enseignes cow-boys et taureaux en plâtre gigantesques. Tous les ans en juin, la troupe s'arrête ici. Les gars du cru, héritiers de l'esprit pionnier, sont durs à la tâche, aiment en découdre mais détestent perdre. Après une année passée au cul des vaches, l'heure est à la fête. L'occasion de laver ses vieilles rancoeurs à coups de poing, de renaître dans la peau d'un homme neuf après trois rounds sur le ring.

La tente de Freddy est dressée à l'entrée de la foire. Les volontaires aux combats se précipitent au premier son de cloche donné par Kid Valentine, monté sur une estrade. Freddy frappe fort sur une grosse caisse pour attirer l'attention de la foule qu'il chauffe, excite, provoque au rythme des défis qu'il lui lance : «Vous voulez vivre la plus grande expérience de votre vie ? Vous allez voir ce soir quelque chose que vous n'avez jamais vu de votre vie et dont vous parlerez jusqu'à votre mort. Tous ceux qui vont se battre ont trois rounds d'une minute pour vaincre. Je suis Fred Brophy, l'arbitre le plus juste de l'Outback. Que les plus courageux, les plus téméraires osent affronter mes garçons. Les autres peuvent retourner à leurs casseroles !» Les boxeurs sont appelés à se présenter au public. Fred brosse des portraits épiques de chacun d'eux. Le noble art disparaît sous une épaisse couche de paillettes. Que le spectacle commence ! Ils sont trois à relever le défi. Trois types secs comme des arbres morts. Déterminés comme des taureaux de combat. Ils choisiront contre qui se battre.

Ambiance surchauffée. Trois cent soixante spectateurs se serrent sous une tente devenue étuve. Les adversaires se font face. Fred rappelle règles et procédures avant de siffler le début du match. Le premier set oppose Kid Valentine à Brandon, un engagé en permission. Un jeune chien fou, n'obéissant qu'à la loi du plus fort. Bing ! Bang ! Il se jette sur le boxeur, crochet du gauche, crochet du droit, swing. Kid est sonné. S'attendait pas à servir de punching-ball ! Quatre poings tournent dans la lumière. Kid esquive une gauche et frappe comme une pierre. Le gamin encaisse, agrippe son adversaire. La foule hurle : «Tue-le !» sans savoir à qui cela s'adresse. Deuxième round : les gants se croisent. Brandon a la haine. Se jette sur Kid, s'aplatit sur son poing. Met un genou à terre. 4... 5... 6... se relève. Essuie un filet de bave du revers de son gant. Attend l'ouverture, swing, balance une droite, assassine. Kid baisse la tête. Il est blessé. Sa lèvre a explosé sous le baiser de foudre. Fred jette l'éponge. Son boxeur a perdu. Peu importe ! Dans deux mois, lui et ses hommes prendront leur revanche à Birdsville.

Le 26 JUILLET : Rugby : Australie: Polémique autour d'Eddie Jones (Source : "sports.fr")

On le sait, depuis son limogeage de son poste de sélectionneur australien, Eddie Jones n'entretient pas de bonnes relations avec la Fédération australienne de Rugby. (ARU). Cela ne rique pas de s'arranger puisque l'ancien entraîneur des Wallabies (il avait démissionné en 2005 après une saison catastrophique) s'est engagé en qualité de conseiller technique avec... l'Afrique du Sud de son ami Jake White. Cette situation n'a pas manqué de susciter une réaction indignée de la part du Président de l'ARU, John O'Neill "Ce n'est pas quelque chose qu'on attend d'un ancien sélectionneur australien... Les entraîneurs sont motivés par autre chose que la loyauté et le patriotisme lorsqu'ils acceptent un travail" a-t-il déclaré au quotidien de Sydney, le Daily Telegraph. Des propos qui ont fait réagir le principal concerné "C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, s'est il exclamé dans le même quotidien, Il est passé de la Fédération australienne de rugby à la Fédération australienne de football qui est un concurrent direct". L'ambiance est donc au beau fixe à quelques semaines du début de la Coupe du monde...

Le 25 JUILLET : Rugby : Mondial-2007 : Australie: prime de 88.245 euros par joueur en cas de victoire (Source : "tsr.ch")

Les joueurs du XV d'Australie toucheront chacun une prime de 137.000 dollars australiens (environ 88.245 euros) s'ils remportent la Coupe du monde de rugby (7 septembre-20 octobre) en France, a annoncé mercredi la Fédération australienne (ARU).

L'ARU a indiqué que ce chiffre, qui comprend un montant de 84.750 dollars australiens (54.590 euros) pour la seule victoire en finale, a été fixé en accord avec l'association des joueurs.

"Ce chiffre reconnaît l'engagement et le dévouement des joueurs", a déclaré le directeur général des opérations de la Fédération, Pat Wilson, ajoutant qu'il était du même ordre de grandeur que celui accordé aux autres équipes de premier ordre.

Selon l'accord, les joueurs recevront 10.000 dollars australiens (6.440 euros) s'ils atteignent la demi-finale, plus 42.250 dollars australiens (27.376 euros) s'ils se qualifient pour la finale et enfin 84.750 dollars australiens (54.590 euros) s'ils la gagnent.

Selon les bookmakers australiens, l'Australie n'est que quatrième parmi les favoris du tournoi. Pour les parieurs australiens, la Nouvelle-Zélande est favorite devant l'Afrique du Sud et la France.

Le 24 JUILLET : Hockey sur gazon : Trophée des champions: l'Australie forfait pour raisons de sécurité (Source : "tsr.ch")

L'équipe australienne de hockey sur gazon, championne olympique, ne participera pas pour des raisons de sécurité au Trophée des champions qui se déroulera du 1er au 9 décembre au Pakistan, a annoncé mardi la fédération pakistanaise de hockey.
"La fédération australienne de hockey sur gazon nous a annoncé le forfait de l'équipe nationale pour le Trophée des champions en décembre", a déclaré à l'AFP le porte parole de la fédération pakistanaise de hockey Altaf Sabir.

Cette annonce du retrait australien intervient après la série d'attentats-suicides perpétrés au début du mois par des talibans pour venger leurs militants tués par l'armée dans l'assaut contre la Mosquée rouge d'Islamabad.
"Nous regrettons cette décision et pensons qu'elle est prématurée. Il y a encore du temps avant le mois de décembre et les choses peuvent s'améliorer durant ces quatre mois", a ajouté Altaf Sabir.

L'équipe d'Australie, championne olympique en titre, devait participer au Trophée des champions qui réunit les six meilleures équipes du monde.

Le 23 JUILLET : Australie : Formule 1 : Le Grand Prix ne se courra pas de nuit (Source : "lematin.ma")

Le Grand Prix d'Australie de Formule 1 ne se courra pas de nuit mais commencera plus tard dans l'après-midi afin de mieux correspondre aux horaires européens, ont affirmé lundi les organisateurs de l'épreuve.
Le patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone, avait averti en mai que l'Australie pourrait perdre le droit de recevoir le Grand Prix si elle ne l'organisait pas de nuit, ce qui en augmenterait l'audience télévisée.

Le gouvernement de l'Etat du Victoria, qui soutient financièrement le GP de Melbourne, dont le contrat avec la Fédération internationale de l'automobile (FIA) court jusqu'en 2010, avait exprimé un préavis favorable quant à la tenue d'une course disputée de nuit, à l'instar de ce que la Malaisie et Singapour se préparent à faire en 2008.

Mais le directeur de l'organisation du Grand Prix d'Australie, Ron Walker, a écarté lundi toute possibilité de faire courir de nuit les monoplaces sur l'Albert Park.
"Nos études prouvent qu'à l'heure actuelle, il y a plus d'inconvénients que d'avantages", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Walker a toutefois accepté de repousser le départ de la course du dimanche 14h00 au dimanche 15h30, un horaire plus adapté aux téléspectateurs européens.
"Démarrer un peu plus tard va profiter à la fois aux spectateurs présents à l'Albert Park, qui auront droit à un spectacle plus long encore, et aux téléspectateurs du monde entier, principalement européens, qui pourront se lever plus tard", a-t-il ajouté.

Le prochain Grand Prix d'Australie devrait se dérouler du 13 au 16 mars 2008, sous réserve d'approbation par la FIA, ce qui en ferait la deuxième épreuve du calendrier.

Le 21 JUILLET : Soccer - Coupe d'Asie - Coupe d’Asie : Le Japon sort l’Australie (Source : "goal.com")

Le Japon est sorti vainqueur ce samedi du premier quart de finale de la Coupe d’Asie des Nations en s’imposant face à l’un des favoris de la compétition, l’Australie. Les Nippons ont cravaché dur pour l’emporter et ont du attendre la séance des tirs au but pour arracher leur billet pour leur dernier carré.

Annoncé comme une finale avant la lettre, l’opposition entre les Japonais et les Australiens a tenu toutes ses promesses tout à l’heure à Hanoï, la capitale vietnamienne. John Aloisi avait donné l’avantage au score aux Socceroos en milieu de la seconde période avant que Naohiro Takahara ne rétablisse la parité trois minutes plus tard. Vince Grella s’est ensuite fait expulser et la sélection de Graham Arnold n’a eu d’autres choix que de tenir jusqu’à la séance des tirs au but. C’est ce qu’elle a fait mais à ce jeu, l’équipe nippone s’est montré meilleure. Son gardien Yoshi Kawaguchi a détourné les tentatives respectives de Harry Kewell et Lucas Neill.

A la faveur de cette victoire, le Japon prend sa revanche sur l’Australie qui l’avait battu lors du dernier Mondial (3-1). Les protégés d’Ivica Osim, qui a décidé de rester dans les vestiaires pendant la séance des tirs au but, sont donc toujours en course pour rafler une troisième couronne continentale d’affilée, la quatrième en tout. En demi-finale, Nakamura et consorts affronteront le vainqueur de l’empoignade entre l’Arabie Saoudite et l’Ouzbékistan.

Le 17 JUILLET : Un joueur de rugby australien trouve la dent d'un adversaire dans son front (Source : "www.matin.qc.ca")

Ben Czislowski, un joueur de l'équipe de rugby Wynnum de Brisbane, en Australie, peut affirmer sans se tromper que l'attaquant Matt Austin, de l'équipe Tweed Heads, avait une dent contre lui.
Czislowski et Austin avaient eu un violent contact de tête lors d'un match, le premier avril dernier, soit il y a plus trois mois.

Après l'impact, Czislowski avait requis des points de suture. Cependant, il avait subséquemment souffert d'une infection à un oeil, s'était plaint de léthargie et de douleurs à la tête. Malgré tout, il a continué à jouer durant ces trois mois.

Une visite chez le médecin la semaine dernière a toutefois permis de trouver la cause de ses problèmes et de les régler: une dent perdue par Matt Austin s'était imbriquée dans son front et y était demeurée sous les points de suture.

Czislowski a décidé de conserver la dent en souvenir...

Le 16 JUILLET : Soccer - Coupe d'Asie - L'Australie et l'Irak en quarts (Source : "lequipe.fr")

L'Australie disputera les quarts de finale de la Coupe d'Asie contre le Japon, le week-end prochain. Les Socceroos ont gagné leur billet en battant nettement la Thaïlande (4-0), lundi, à Bangkok. L'équipe du pays-continent termine à la deuxième place du Groupe A, derrière l'Irak, auteur au même moment d'un nul contre Oman (0-0), et qui jouera son quart contre le Vietnam.
L'Australie qui avait débuté le tournoi par un nul (contre Oman) et une défaite (face à l'Irak), a dû attendre les ultimes minutes et un doublé de Mark Viduka (79e, 83e) pour prendre le large. Michael Beauchamp avait ouvert la marque à la 20e. Harry Kewell a clot le score à la dernière minute du temps réglementaire.
Pour l'entraîneur australien Graham Arnold, les Socceroos sont désormais l'équipe à battre dans cette Coupe d'Asie. Il n'a pas caché que l'objectif était maintenant d'«aller au bout». L'entraîneur irakien, Jorvan Vieira, a de son côté regretté de ne pas être à Bagdad pour voir la joie des supporters. En raison de la guerre, l'équipe d'Irak s'est préparée en Jordanie.

Le 9 JUILLET : Soccer : Cahill sauve l’Australie (Source : "http://fr.fifa.com")

Grâce à un but de Tim Cahill, l’Australie a évité dimanche une fâcheuse défaite face à Oman (1-1) lors de son tout premier match en phase finale de la Coupe d’Asie des Nations. Les Socceroos devront faire montre d’un tout autre visage s’ils veulent, comme ils le prétendent, remporter la compétition.

Badar Mubarak a donné l’avantage aux Omanais en première mi-temps face aux favoris Australiens. Mais ces derniers, après avoir longtemps poussé, ont su revenir à la marque à la faveur d’une réalisation tardive de Tim Cahill, le joueur d’Everton.

Malgré la présence du duo Kewell-Viduka en attaque, les huitièmes de finalistes du dernier Mondial ont peiné face à la sélection du Golfe et se sont surtout heurtés à un excellent portier répondant au nom d’Ali Habsi et qui évolue à Bolton.

Dans ce Groupe A de la Coupe d’Asie des Nations, les quatre équipes comptent le même nombre de points à l’issue de la 1e journée. Hier, la Thaïlande et l’Iraq ont aussi fait match nul.

Le 6 JUILLET : Soccer : Australie : l’or sinon rien (Source : "http://fr.fifa.com")

Il n'y a pas si longtemps, la simple idée de voir l'Australie participer à la Coupe d'Asie, et a fortiori d'y apparaître comme l'un des favoris, en aurait fait rire plus d'un. Mais aujourd'hui, à la veille de la 14ème édition de l'illustre compétition continentale, ce n'est pas par simple effet de mode que les Socceroos, néophytes dans ce tournoi, sont considérés comme l'attraction numéro un et les principaux prétendants au titre.

"Je tiens à ce qu'on nous désigne comme les favoris car nous le méritons", affirme le sélectionneur australien Graham Arnold sur un ton confiant et sincère qui tranche avec les discours formatés de certains. "La demi-finale pourrait représenter l'objectif minimum à atteindre, mais je me mets la pression en fixant la finale comme la seule performance acceptable... Tous les jours, je passe devant la galerie des trophées de la fédération de football australienne et celle-ci est désespérément vide. Il est temps de remédier à cela."

Cette quête de trophée majeur, ajoutée au sentiment de s'aventurer en territoire inconnu, ne manque pas de faire rêver les fans australiens, définitivement frappés par le virus du football lors de la campagne palpitante et parfois héroïque de leur équipe à Allemagne 2006. En effet, pour beaucoup, ce sont justement les performances réalisées par les Socceroos outre-Rhin, et en particulier leur retour victorieux face au Japon (3:1), qui confèrent logiquement aux hommes de Graham Arnold le statut d'équipe à battre dans ce tournoi co-organisé par l'Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et le Vietnam. Et cela, en dépit du fait que le Japon et l'Iran figurent en meilleure position au Classement mondial FIFA/Coca-Cola.

"C'est la première fois que nous sommes donnés favoris dans une telle compétition", concède le milieu de terrain de Blackburn Brett Emerton. "Il y a une réelle attente de la part du public australien et c'est là notre priorité. Nous essaierons de pratiquer un jeu séduisant mais le climat sera extrêmement chaud et il nous faudra en tenir compte dans notre gestion des efforts. C'est vraiment fabuleux de prendre part à une telle aventure, surtout lorsqu'on vient d'un pays comme l'Australie, où le football n'est pas le sport le plus populaire. Nous ne sommes pas habitués à voir un tel enthousiasme."

Emerton fait allusion à l'accueil extraordinaire que les fans thaïlandais ont réservé à l'équipe australienne à son arrivée sur le tarmac de Bangkok en début de semaine, accueil dont jouissent habituellement les plus grandes stars de la scène et du grand écran. Emerton et ses coéquipiers n'ont peut-être pas encore pris conscience que c'est leur simple présence qui leur a valu le respect des fans asiatiques. Beaucoup craignaient en effet que les stars australiennes évoluant dans des clubs européens ne fassent faux bond à leur sélectionneur, en raison de la reprise des stages d'entraînements en Premier League.

Cahill, Kewell et Viduka montrent la voie
De fait, le technicien australien a assuré l'essentiel avant même que le premier match ait été joué, en persuadant chacune de ses stars de venir prêter main forte pour ce qu'il considère comme un événement historique. Ainsi, dans le match d'ouverture du Groupe A, le sultanat d'Oman devra affronter une impressionnante armada australienne comptant Emerton, Lucas Neil, Mark Schwarzer, John Aloisi, Vince Grella, Tim Cahill et Harry Kewell, ces deux étant pleinement remis de leurs blessures. Mais Arnold gardait le meilleur atout dans son jeu : il a réussi à enrôler in extremis le capitaine Mark Viduka, qui a accepté de reporter sa retraite internationale.

A 31 ans, l'attaquant de Newcastle est sans doute au sommet de son talent. Après des semaines de réflexion, il a su résister à la tentation de rejoindre Michael Owen et Obafemi Martins, ses nouveaux coéquipiers chez les Magpies, préférant prendre la tête des Socceroos pour une compétition qu'il envisage sérieusement de remporter.

"Nous avons de bonnes chances de gagner", a déclaré l'ancien homme fort de Middlesbrough et du Celtic. "Je ne veux pas trop m'avancer mais nous sommes relativement confiants. Ça ne sert à rien de clamer à qui veut l'entendre que nous sommes les meilleurs, nous devons le démontrer sur le terrain. Pour nous, c'est vraiment une question de fierté. C'est notre première participation à la Coupe d'Asie et j'espère que nous pourrons réellement montrer notre valeur."

L'Australie a tout ce qu'il faut pour proposer le football spectaculaire promis par Brett Emerton. Tim Cahill, le feu-follet d'Everton, devrait bénéficier de la liberté nécessaire dans l'entrejeu pour venir appuyer la doublette offensive Viduka-Kewell, créant par là même un trident des plus acérés. Kewell attend certainement avec impatience de retrouver une position plus axiale, après s'être habitué tant bien que mal à être isolé sur l'aile gauche chez les Reds. "J'adore jouer à ce poste, je ne dis pas le contraire, explique-t-il, et je suis à peu près sûr que c'est le cas pour bon nombre de joueurs car c'est l'un des postes les plus importants."

Kewell a été excellent dans ce rôle lors de la victoire de l'Australie 3:0 face à Singapour la semaine dernière, inscrivant un but et offrant une passe décisive à Viduka. Cette rencontre marquait le grand retour en sélection de ce joueur miné par les blessures. Sa dernière apparition remontait au match mémorable contre la Croatie lors d'Allemagne 2006, à l'issue duquel les Socceroos se qualifièrent in extremis grâce à son but. "Je suis à 100% de mes capacités à présent, insiste-t-il, balayant toute incertitude quant à son niveau de forme pour la Coupe d'Asie. Il m'a fallu 11 mois pour me remettre de mes pépins physiques, mais aujourd'hui je suis en pleine forme et je ronge mon frein. Je n'en peux plus d'attendre."

L'heure de vérité
L'impatience de Kewell n'a d'égale que celle de Graham Arnold. Depuis qu'il a pris la suite de Guus Hiddink, cet homme a pour seule mission de diriger l'Australie dans ce tournoi avant qu'un technicien plus chevronné ne prenne sa place dans l'optique d'Afrique du Sud 2010. Pourtant, cet ancien international aux 56 capes, ex assistant de Guus Hiddink et de Frank Farina, apprécie tellement la casquette de numéro 1 qu'il ne veut plus la quitter. Il estime qu'une victoire en Coupe d'Asie lui permettrait de rester en place.

A l'occasion d'un entretien accordé à FIFA.com en début d'année, Arnold déclarait : "Je suis quelqu'un d'ambitieux. Si je contribue à la victoire de mon équipe en Coupe d'Asie, j'ose espérer que cela donnera du grain à moudre aux responsables de la fédération de football australienne. La Coupe du Monde 2006 a été absolument extraordinaire, mais maintenant, c'est du passé, il faut bien l'admettre. L'Australie doit se fixer de nouveaux objectifs et j'ai le sentiment d'être celui qui pourra les atteindre."

Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Pour l'instant, Arnold devra s'employer pour aider son équipe à s'extraire de sa poule, qui rassemble le sultanat d'Oman, l'Irak et la Thaïlande. En quarts de finale, les Socceroos auraient de grandes chances de croiser les Emirats Arabes Unis ou le Qatar à Bangkok. Ensuite, les perspectives d'emploi du sélectionneur reposeront certainement sur la capacité de ses talentueux protégés à s'imposer face aux meilleurs représentants du football asiatique, et ce sur leurs propres terres. Les paris sont ouverts.

Le 30 JUIN : Rugby - Tri-Nations - Les All Blacks battus ! (Source : "lequipe.fr")

La mission n'était pas impossible mais pas loin. Le XV d'Australie est parvenu à faire tomber (20-15) la Nouvelle-Zélande, qui surfait sur une série de huit succès d'affilée depuis septembre 2006. En réussissant cette performance lors de la troisième journée du Tri-Nations, l'équipe entraînée par John Connoly fait coup triple : elle reste dans la course à la victoire dans le tournoi, les trois équipes ayant marqué cinq points en deux matches ; elle signe la fin de quasiment trois années sans victoire face aux Néo-Zélandais et elle peut introduire le doute dans l'esprit des All Blacks, plus soucieux ces derniers jours de leur place dans l'histoire du rugby que de leurs adversaires.

Ce samedi, les Wallabies ont réalisé une prestation défensive d'exception après la mi-temps, laissant les All Blacks à zéro point ! Ces derniers menaient pourtant à l'heure de jeu (15-6) quand l'arbitre, le Sud-Africain M. Jonker, a adressé un carton jaune au pilier Carl Hayman pour accumulation de fautes techniques. Les Australiens ont alors fait la différence en inscrivant deux essais coups sur coup.

Sur le premier, c'est Adam Ashley-Cooper qui s'arrachait d'entre les griffes de plusieurs Blacks alors que ces derniers montraient un visage qu'on ne leur connaissait plus, celui d'une certaine impuissance (64). Sur le second, c'est le trois quart centre Mortlock, qui perça d'une foulée frondeuse les lignes noires avant de servir dans un timing parfait Scott Staniforth. Les Australiens passaient devant et on attendait alors l'inévitable réaction de ces invicibles Black (74e). En vain.

A un peu plus de deux mois de la coupe du Monde, l'Australie ne s'est pas simplement rassurée, elle a également éclairci le ciel de tous les prétendants au sacre mondial, terrorisés par les dernières performances des Blacks. La recette des Australiens : une abnégation de tous les instants, une volonté de varier le jeu (longues phases à la main, coups de pied dans le dos de la défense, avancée progressive grâce aux regroupements) pour destabiliser la tonique défense néo-zélandaise, et un brin de réussite. La replacement de Giteau à la mêlée suite à la sortie de Gregan (55e) est également à souligner, puisqu'il a apporté plus de dynamisme au jeu australien. Devenu buteur, il a sanctionné par deux fois l'inhabituelle indiscipline des Blacks.

Le 30 JUIN : Rugby - Une académie du rugby en Australie (Source : "eurosport.fr")

Le premier ministre australien John Howard et le directeur de La Fédération australienne John O'Neill ont annoncé samedi la création d'une nouvelle Académie nationale de rugby à Brisbane, financée pour une large part par le gouvernement fédéral.

"Le rugby australien a besoin d'un centre national et je crois que cette contribution de 25 millions de dollars australiens (15,6 M d'euros) allouée par le gouvernement le prouve", a déclaré le premier ministre présent sur le site australien de l'équipe de rugby de Ballymore.
L'Académie sera équipée d'un gymnase ultra moderne, d'un aire d'entraînement couverte, d'une piscine de 50 mètres et d'un village pour accueillir les athlètes.
"Nous en avons parlé, nous en avons rêvé, nous l'avons imaginée mais comme tout rêve, cela nécessite de l'argent" a pour sa part commenté John O'Neill ajoutant que maintenant le rugby "avait les fondations de ce qui allait devenir quelque chose d'unique et d'extraordinaire".
Le nouveau centre accueillera notamment l'équipe nationale tout au long de l'année, les joueurs de moins de 20 ans, l'équipe des Queensland Reds et devra assurer le développement du rugby féminin.

Le 26 JUIN : Rugby : Tri-nations : Les critiques de l’Australie (Source : "aujourdhui.ma")

La Fédération australienne a critiqué la décision de l’Afrique du Sud d’envoyer une équipe de doublures pour affronter les Wallabies aux Tri-nations le 7 juillet à Sydney en Australie.

La Fédération australienne (ARU) a vivement critiqué la décision, qu'elle estime contraire au règlement, de l'Afrique du Sud d'envoyer une équipe de doublures pour affronter les Wallabies dans le cadre du Tri-nations, le 7 juillet à Sydney.
L'entraîneur sud-africain Jake White a décidé dimanche, au lendemain de la défaite face aux All Blacks (21-26) au Cap, de laisser au repos la plupart de ses titulaires, prétendant qu'il était «risqué et grotesque» d'emmener les meilleurs éléments en tournée deux mois avant la Coupe du monde.
Par rapport à l'équipe battue dans les dernières minutes face aux All Blacks, ne subsistent que quatre des quinze titulaires (Pietersen, Pienaar, Skinstad, G. Botha) et trois des sept remplaçants (Wannenburg, Muller, du Plessis).
«Nous avions eu l'assurance qu'ils enverraient leur meilleure équipe possible», s'est insurgé Peter McGrath, le président de la Fédération australienne dans un communiqué.
«Nous demandons la convocation d'une réunion d'urgence du Comité d'organisation du Tri-nations (SANZAR) pour que cette décision soit annulée (...) Il est clairement dit dans le règlement que chaque nation doit dépêcher sa meilleure équipe, ce qui n'est évidemment pas le cas de la Fédération sud-africaine (SARFU)», poursuit le communiqué.
«Nous sommes peut-être dans une année de Coupe du monde et les Springboks ont cinq tests à jouer, mais nous sommes dans le même cas de figure. Nous connaissons tous les dates du calendrier international depuis bien longtemps, et celles de la Coupe du monde», dit encore le communiqué.
«L'Afrique du Sud devrait voir au-delà de la Coupe du monde, et résoudre ce problème rapidement», conclut-il.
La Coupe du monde débute le 7 septembre, deux mois après le test-match Australie - Afrique du Sud du 7 juillet

Le 24 JUIN : Rugby - Australie - Vers un drop plus light ? (Source : "lequipe.fr")

Et si le nombre de points du drop passait de trois à une unité ? L'idée lancée par le sélectionneur australien John Connolly a, en tous les cas, été lancée. Echaudé par la défaite des siens lors de la première journée des Tri Nations face à l'Afrique du Sud (22-19), notamment par deux drops en fin de match, Connolly se défend.

Ce n'est pas la déception qui motive ses propos, mais le souci du jeu. «Perdre dans ces circonstances est vraiment dur. Je ne veux pas passer pour un aigri mais je pense que l'on devrait réduire les drops à un point», a expliqué le coach des Wallabies dans les colonnes du Sun Herald.

Selon lui, la valeur du drop est trop importante et inciterait les équipes à prvilégier le jeu au pied. «Mais le rugby est avant tout une question d'essais et je pense que les drops vont devenir de plus en plus décisifs si on ne change pas les lois». Les deux coups de pied décisifs de François Steyn pour les Springboks ont décidément marqué le sélectionneur australien.

Le 15 JUIN : Soccer : Australie : Viduka pas encore à la retraite (Source : "http://fr.fifa.com")

L'attaquant Mark Viduka s'est engagé à disputer la Coupe d'Asie des nations 2007 avec l'Australie après avoir été sur le point de prendre sa retraite internationale, a annoncé vendredi son sélectionneur, Graham Arnold, à la presse.
"Il a pris sa décision, a confié l'entraîneur. Sa première décision était de prendre sa retraite, mais après un temps de réflexion, il s'est dit disponible."
"Mark était le capitaine à la Coupe du monde et je ne vois pas de raison d'en changer", a précisé Arnold.
Le joueur de 31 ans, qui a signé pour deux ans à Newcastle début juin, a marqué 6 buts en 38 sélections pour l'Australie, depuis ses débuts en 1994.
Les Socceroos rencontrent Oman le 8 juillet à Bangkok pour le premier match de phase finale d'une Coupe d'Asie des nations de leur histoire, après avoir abandonné la zone Océanie.
La Coupe d'Asie se déroule du 7 au 29 juillet dans quatre pays (Thaïlande, Malaisie, Vietnam et Indonésie).

Le 6 JUIN : Super 14 : Mooney entraîneur des Reds (Source : "lequipe.fr")

La saison calamiteuse des Reds (dernier du super 14) aura donc été fatale à Eddie Jones. L'ancien entraîneur des Wallabies a été démis de ses fonctions, et il sera remplacé par Phil Mooney. Mooney s'occupait jusque-là de l'équipe d'Australie des moins de 19 ans, avec laquelle il a été champion du monde en 2006. C'est le sixième entraîneur en sept saisons dans le club du Queensland.

Le 20 MAI : Formule 1 - GP d'Australie - Ecclestone veut la nocturne (Source : "lequipe.fr")

Bernie Ecclestone choisit donc la menace pour obtenir ce qu'il veut. Fervent partisan d'un Grand Prix en nocturne en Australie, afin d'attirer plus de spectateurs, le patron de la F1 a décidé de mettre la pression sur les organisateurs de l'épreuvre australienne.

Sous contrat jusqu'en 2010, le circuit de Melbourne pourrait tout simplement être rayé du programme selon la presse nationale, si la course n'est pas disputée en nocturne. Or les organisateurs, les écuries et surtout les coureurs refusent de courir de nuit à cause des problèmes de sécurité que cela engendre. Dans le Sunday Herald Sun le grand patron de la F1 n'a pas laissé beaucoup de place au doute quant à son point de vue: «Quand la question du contrat se posera, nous devrons regarder exactement ce que nous faisons avec Melbourne. Si les organisateurs ne parviennent pas à présenter un projet satisfaisant, je suis sûr que nous ne pourrons pas continuer à courir là-bas».

Derrière cette envie profonde, il y a surtout le besoin de rendre les Grand Prix plus accessibles pour les spectateurs européens, et notamment pour les télévisions: «Je voudrais être sûr que l'on peut regarder la course en Europe et dans d'autres régions du monde à une heure décente plutôt que d'avoir à se lever à 3 ou 4 heures du matin.» Le problème, c'est que l'idée ne réjouit pas du tout les organisateurs, qui s'epxriment pour l'instant de manière anonyme: «Je ne pense pas que cela arrivera. Faire partir des voitures de F1 à 9h00 du soir ne conviendrait pas à la population locale. Or, c'est un événement familial, c'est pourquoi l'après-midi est le moment idéal pour la course».

Le 17 MAI : FRugby - Super 14 - L'Australie vers l'ouverture (Source : "eurosport.fr")

Après une saison calamiteuse (aucune équipe australienne ne s'est qualifiée pour les demi-finales pour la première fois en douze ans), la Fédération australienne envisage d'autoriser des joueurs étrangers à participer au Super 14 au sein des provinces engagées.

L'Australie est la seule nation de la SANZAR à ne pas intégrer de joueurs d'autres nationalités, comme c'est le cas en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande. L'Europe, France et Angleterre en tête, possède également de nombreux rugbymen étrangers.

"Le question a été posée par la Ligue professionnelle, a déclaré à The Australian l'un des responsables en charge du haut niveau Pat Wilson. Il y avait une chance d'apporter des joueurs dans nos équipes. Alors, nous avons pensé que cela pourrait convenir au Super14."

De leur côté, les provinces australiennes semblent totalement acquises à cette évolution : "Si nous pouvions engager un joueur étranger, cela serait fantastique. Nous sommes impatients. Nous en avons parlé avec l'ARU", a affirmé Eddie Jones, l'entraîneur de Queensland.

Le 14 MAI : Surf : Mondiaux Juniors : l'Australie conserve son titre (Source : "myfreesport.fr")

L'équipe d'Australie a conservé dimanche après-midi sa couronne de meilleure équipe du monde en remportant deux des quatre titres individuels et le titre par équipes. Dans la soirée, l'heure était à la fête après une semaine de compétition d'un très haut niveau.

Les championnats du monde juniors de surf ont connu hier une journée de clôture spectaculaire marquée, notamment, par le sacre de l'équipe d'Australie et de deux de ses jeunes stars dans les épreuves individuelles.
Sur le spot portugais de Caparica, Sally Fitzgibbons est devenue championne du Monde Junior des -18 ans prenant ainsi sa revanche après sa terrible défaite lors de la finale 2006 à Maresias. Le souvenir de la déception du Brésil a d'ailleurs sans doute donné à Fitzgibbons le supplément d'âme nécessaire pour remporter la compétition cette année. " L'an passé, j'avais le titre en poche jusqu'à vingt secondes de la fin rappelle l'Australienne. La défaite a été terrible à digérer mais ça m'a sans doute permis de me concentrer pour être au maximum de mes capacités cette année. "

L'intouchable Mister Parkes

Chez les garçons, c'est son compatriote Garrett Parkes qui s'est imposé en -16 ans. Celui que les observateurs comparent déjà à Mick Fanning (actuel co-leader du circuit pro) était totalement intouchable dimanche, surfant sur sa planète. Il signe la meilleure note sur une seule vague (9.6 sur 10) toutes finales confondues. Une vague sur laquelle le jeune prodige sort une série de manoeuvres verticales suivies d'un aerial reverse dans le shorebreak. Grandiose. "J'ai la tête dans les étoiles raconte Parkes, je veux dédicacer cette victoire à mon père qui a regardé mes séries sur internet. Tout cela, c'est grâce à lui. "
L'Australie a placé cinq de ses surfers dans les différentes finales, ce qui permet aux Aussies de remporter le titre par équipes pour la deuxième année consécutive. Grâce à la victoire de Jadson André dans la compétition des -18 ans, le Brésil décroche la médaille d'argent, l'équipe hawaiienne complète le podium.
Hier soir, Sasha Stocker, coach des jeunes Australiens et champion du monde 94, était fier de ses poulains. " Notre équipe a travaillé très dur pour en arriver là et je suis très content de cette victoire obtenue de haute lutte contre d'autres grandes équipes. Tout le monde a très bien surfé cette semaine ".

Une compétition très réussie

Et en effet, hier soir tous s'accordaient pour dire que ces huit jours de compétition ont été particulièrement relevés. Le tout dans un très bon esprit entre les différentes équipes puisqu'après la compet, on en a surpris certains échangeant leur équipement contre celui du copain du pays rival. Le Marocain Amine El Jaffy, arrivé à Caparica sans matériel, s'est même vu offrir une board par les jeunes hôtes portugais. Une réussite à tous les niveaux, donc, puisque la fédération internationale avait également décidé d'inaugurer un nouveau système de notation (avec huit juges)...qui a fait l'unanimité.
Le lieu des Mondiaux Juniors 2008 n'est pas encore connu mais le président de l'ISA (International Surfing Association), Fernando Aguerre, a précisé hier que la France, le Costa Rica et l'Equateur tenaient la corde pour l'organisation de l'évènement. La décision sera rendue le 15 juin prochain.

Le 11 MAI : Rugby : Australie : Giteau à la mêlée durant le Mondial ? (Source : "sports.fr")

Une déclaration de John Connoly, l'entraîneur des Wallabies, a suffi pour redonner du souffle à ceux qui estiment que le recordman mondial des sélections (127), George Gregan, à 34 ans, n'a plus sa place au sein de laa charnière australienne. L'ancien entraîneur du Stade Français a ainsi accrédité l'idée d'une titularisation de Matt Giteau au poste de demi de mêlée, chasse gardée de Gregan en sélection, durant la prochaine Coupe du monde: "Giteau apporte quelque chose de spécial comme demi de mêlée et George (Gregan) apporte cette ténacité et cette solidité à l'équipe aussi. Nous sommes donc conscients de ce que ces deux joueurs peuvent nous apporter." Simple constat ou manière de préparer Gregan à une compétition passée sur le banc, toujours est-il que Giteau, lors de la dernière tournée d'automne des Wallabies en Europe, avait débuté à la mêlée les quatre test-matches au côté de Stephen Larkham.

Le 10 MAI : Rugby : Connolly confiant sur le parcours de l'Australie (Source : "sport.fr")

L'équipe d'Australie devrait faire un bon parcours lors de la Coupe du Monde de rugby (7 septembre-20 octobre), a estimé jeudi son sélectionneur John Connolly, puisque les internationaux ne seront pas occupés par le Super 14, où ne figure plus aucun représentant australien.

"Nous aurions aimé que des équipes australiennes y participent (aux demi-finales) mais je pense, d'un point de vue égoïste, que le fait d'avoir ces deux week-end libres (durant lesquels se disputent le Super 14) nous sera très utile", a déclaré Connolly.

D'autant que les Wallabies, doubles champions du monde (1991 et 1999) et vice-champions du monde en 2003, pourront se reposer sur le remarquable demi d'ouverture, Stephen Larkham, le performant arrière polyvalent Matt Giteau ou l'émblématique N.9 George Gregan.

"Giteau apporte quelque chose de spécial comme demi de mêlée et George (Gregan) apporte cette ténacité et cette solidité à l'équipe aussi, a ajouté Connolly. Nous sommes donc conscients de ce que ces deux joueurs peuvent nous apporter."

Pour la première fois depuis 1998, aucune équipe australienne n'est présente au stade des demi-finales de Super 14 de rugby, où deux clubs sud-africains, Coastal Sharks et Northern Bulls, recevront deux formations néo-zélandaises, Auckland Blues et Canterbury Crusaders, samedi en Afrique du Sud.

Le 10 MAI : Rugby : Australie : Un nouveau trophée (Source : "lesiterugby.com")

Les fédérations australiennes et galloises se sont mises d'accord jeudi pour créer un nouveau trophée, en jeu lors des tournées internationales futures entre les deux nations.

Cette coupe portera le nom de James Bevan. Né en Australie, il devint le premier capitaine du Pays de Galles face à l'Angleterre en 1881. La première levée de ce Trophée James Bevan aura lieu dans quelques semaines, puisque Gallois et Australiens s'affronteront à Sydney le 26 mai, puis à Brisbane le 02 juin.

Le 7 MAI : Soccer : La Confédération asiatique salue l'apport de l'Australie (Source : "lematin.ma")

Le président de la Confédération asiatique de football (AFC) Mohamed Ben Hammam a défendu la contribution de l'Australie, membre de l'AFC depuis janvier 2006, lundi en marge de son Congrès à Kuala Lumpur.

"Elle (l'Australie) a beaucoup apporté à l'Asie, du prestige et de la réputation pour nos compétitions, a-t-il déclaré. Elle a apporté plus de parraineurs et des revenus télévisuels, ainsi qu'un haut niveau de football."
Mohamed Ben Hammam a écarté les critiques du Koweït appelant au rejet de l'Australie hors de la zone Asie : "Peut-être qu'une voix s'est élevée contre l'Australie, mais ce n'est pas tout le monde arabe, a dit le président de l'organisme. Au congrès de l'AFC, quand nous avons voté sur la participation de l'Australie à la Confédération, 45 pays ont voté pour."
"L'Australie profite désormais d'un haut niveau de compétition et c'est une situation gagnant-gagnant", a-t-il conclu.
L'Australie, auparavant membre de la zone Océanie, a rejoint l'AFC en janvier 2006, notamment pour accéder plus facilement aux phases finales de Coupe du monde

Le 2 MAI : Soccer : Okocha en Australie ? (Source : "rfi.fr")

Après avoir joué une saison au Qatar FC, Jay Jay Okocha pourrait bien changer de continent et débarquer eu Australie. Le Sydney FC, avait dans son collimateur Robbie Fowler de Liverpool mais a, semble-t-il, changé son fusil d'épaule.
le championnat d'Australie démarre au mois d'août ce qui permettrait à Okocha de terminer tranquillement son contrat au Qatar avant de voguer vers d'autres cieux.
Dans la mesure où le contrat se réaliserait, Okocha serait le deuxième Nigérian de heut niveau à opérer dans le championnat australien. Samson Siasia, aujourd'hui entraîneur de la sélection olympique, l'a précédé, dans le club Perth Glory, lors de la saison 1997/98

Le 29 AVRIL : Cricket : L'Australie remporte la Coupe du monde (Source : "france24.com")

L'Australie a battu le Sri Lanka par 53 runs en finale de la Coupe du monde, à La Barbade. Elle remporte ainsi son troisième titre d'affilée, et son quatrième titre au total. La finale s'est cependant conclue dans la confusion.

L'Australie, double tenante du titre, a remporté la Coupe du monde de cricket en battant le Sri Lanka par 53 runs en finale, samedi, à Bridgetown.

L'Australie, sacrée pour la première fois en 1987 devant l'Angleterre, a ainsi gagné son quatrième titre mondial en six finales.

Cette neuvième finale de Coupe du monde s'est terminée dans la plus grande confusion: en raison d'une baisse de l'éclairage, le batteur sri-lankais a quitté son poste et les Australiens ont alors célébré la victoire, croyant, à tort, que la rencontre était terminée. Mais la rencontre a bien dû reprendre pour aller à son terme réel.

Outre les trois dernières éditions, l'Australie avait remporté celle de 1987. Le Sri Lanka, pour sa part, compte un titre de champion du monde, gagné en 1996 contre l'Australie en finale.

Le 24 AVRIL : Soccer : Cocu intéressé par l'Australie (Source : "7sur7.be")

La vedette du football néerlandais Phillip Cocu a confirmé mardi qu'il examinait une offre du Sydney FC (1re div. australienne) pour la saison prochaine, dans le quotidien The Sydney Morning Herald.
"C'est vrai qu'il y a eu des contacts avec mon agent, mais à ce stade je ne suis pas sûr de ce que je vais faire, à déclaré Cocu au quotidien. Il y a d'autres options, d'autres offres."
Cocu, 36 ans, évolue actuellement au PSV Eindhoven au côté de Jason Culina, le fils de l'entraîneur du Syney FC, Branko Culina. Le milieu néerlandais, qui a joué au Vitesse Arnhem (1990-1995), au PSV Eindhoven (1995-1998) et au FC Barcelone (1998-2004), a pris sa retraite internationale après le Mondial-2006.

Le 15 AVRIL : Soccer : Fowler vers l’Australie ? (Source : "goal.com")

Les responsables du club australien de FC Sydney ont fait savoir qu’ils s’intéressaient à l’attaquant de Liverpool, Robbie Fowler. L’ambitieux club de la A-League a déjà compté parmi ses rangs un certain Dwight Yorke et envisage aujourd’hui de se payer une autre icône de la Premier League.

Dans un communiqué publié sur le site officiel de Sydney FC, George Perry, son président, a indiqué que les discussions ont débuté avec les responsables de Liverpool FC dans le but de transférer Fowler sur le continent océanien. Le joueur, âgé de 32 ans, ne joue pratiquement plus avec l’équipe première des Reds. Depuis son retour à Anfield, en janvier 2006, il n’a été titularisé qu’à douze reprises.

Sydney FC a récemment abandonné son titre de champion d’Australie au club de Melbroune Victory et en quête de bons renforts afin de redorer son blason.

Le 13 AVRIL : Rugby : Larkham vers Toulouse ? (Source : "lefigaro.fr")

Stephen Larkham, le demi d’ouverture de l’Australie, aurait été contacté par le Stade Toulousain pour prendre la succession de Frédéric Michalak. Le n°10 semble particulièrement séduit par l’offre.

Le Stade Toulousain tient peut-être le successeur de Frédéric Michalak partant pour le Super 14 chez les Natal Sharks à l’automne prochain. Selon le site internet www.rugbyexclusive.com (NDLR : Site en anglais), il pourrait s’agir de Stephen Larkham, le demi d’ouverture vedette de la sélection australienne, déjà appelé à 95 reprises sous le maillot wallaby. Dans un entretien accordé au site, le n°10 confirme avoir reçu une offre des Rouge et Noir et semble même s’être déjà fait à l’idée d’évoluer dans le Top 14 dans quelques mois : «L’idée de jouer dans un club aussi prestigieux que Toulouse est très attirant. Cela constituerait un nouveau défi pour moi. Mon Français est catastrophique. Mais heureusement, ils parleront un peu anglais pour m’aider.»

Larkham après Gregan
A 33 ans le mois prochain, le demi d’ouverture avait déjà fait savoir qu’il disputerait cette année sa dernière saison en Australie. Le joueur des Brumbies pourrait ainsi rejoindre le Stade Toulousain après la Coupe du Monde, qu’il devrait disputer pour la troisième fois de sa carrière. Sérieusement blessé à une clavicule fin février, la star australienne vient de retrouver la compétition en club, se montrant très à l’aise le week-end dernier. La venue de l’international au profil bien différent de celui de Frédéric Michalak, moins puissant et moins véloce mais plus technique, constituerait un joli coup pour le club français. Tant sur le plan sportif que sur le plan médiatique, quelques semaines après l’annonce de l’arrivée d’un autre géant du rugby des Antipodes à Toulon, George Gregan.

Le 4 AVRIL : Formule 1 : Melbourne menacé, mais pas le Grand Prix d’Australie (Source : "lequipe.fr")

L’histoire de Magny-Cours se termine le 1er juillet prochain. Celle de Melbourne pourrait elle aussi être de courte durée car certaines rumeurs annoncent la fin de ce rendez-vous devenu incontournable.

En effet, même si tous les fans de F1 portent Melbourne dans leur coeur, rappellant l’ouverture de la saison depuis plusieurs années, le Grand Prix ne subsiste que grâce à de nombreuses subventions...

De son côté, Bernie Ecclestone rêve toujours de ce Grand Prix nocturne, qui manque à son bonheur. Mais voilà qu’un projet intéressant s’offre à lui. Le Queensland, Etat de l’Australie (situé au Nord-Est) dispose de $650 millions pour construire un circuit.

Le tracé serait alors équipé d’une installation spécifique à une course nocturne et ferait pas moins de 6km de long. En fait, il s’agirait d’une des infrastructures les plus modernes du monde tout entier.

Ros Brown, chef du projet, explique que tout sera mis en oeuvre pour satisfaire le FOM. "Le circuit sera équipé dès le début de lumières permettant de rouler la nuit afin d’être à la hauteur de ce que Monsieur Ecclestone attend", avance t’il.

De son côté, Ron Walker, organisateur du Grand Prix de Melbourne, est prêt à effectuer des travaux pour accueillir un Grand Prix nocturne, mais seulement si cela est rentable pour lui. "Rien n’est acquis dans la vie", déclare Walker. "Si Monsieur Ecclestone pense qu’il faut courir au Queensland alors c’est là bas que nous devons aller, tant pis pour Melbourne."

Le 1er AVRIL : Natation : Dopage - Thorpe se défend (Source : "lequipe.fr")

Devenu l'homme de la journée samedi en Australie suite aux révélations du quotidien L'Equipe, Ian Thorpe a tenu une conférence de presse dimanche à Melbourne pour s'exprimer sur les résultats anormaux de son contrôle antidopage de mai 2006. «Je n'ai jamais triché», a assuré d'emblée le nageur australien, qui est resté calme et serein, ajoutant qu'il n'avait «jamais reçu d'échos auparavant sur ce test» et qu'il ne savait pas «pourquoi ce contrôle avait donné un tel résultat ni comment un journal français avait pu être mis au courant.»

Devant environ 200 journalistes réunis à la Rod Laver Arena, le quintuple champion olympique a avoué être resté sous le choc des révélations du quotidien français. «Je ne savais pas quoi faire, je ne savais comment réagir. J'étais physiquement choqué. Je ne comprends pas. Ce que je ressens est à l'opposé des sentiments après mes médailles olympiques. Cela remet en question tout ce que j'ai accompli. Mes performances aux yeux du public sont entâchées.»

«J'ai toujours été un fervent partisan de la lutte antidopage, j'ai toujours fait état de mes croyances dans un sport propre, parfois au détriment de mes relations avec les officiels, et je me suis toujours soumis aux procédures au pied de la lettre, a précisé le champion. C'est pourquoi je suis extrêmement déçu par les spéculations des médias et je suis très étonné que ses résultats aient été communiqués à la presse avant que j'en sois informé. J'ai été privé de mon droit à la confidentialité.»

Thorpe ne doute pas de son innocence et il assure qu'il coopérera avec les institutions chargées de l'enquête : «Je ne doute pas que les preuves médicales et scientifiques établiront que je suis un sportif propre.»

Le 31 MARS : Natation : Thorpe - La Fédé soutient son nageur (Source : "lequipe.fr")

La Fédération australienne de natation, par la voix de son directeur général, Glenn Tasker, a apporté son total soutien au nageur Ian Thorpe, mis en cause dans un contrôle effectué en mai 2006 par l'agence australienne antidopage (ASADA), comme l'a révélé samedi le quotidien L'Equipe.

«Je supporte Ian à 1000%, a assuré Tasker. C'est un jeune homme intègre qui possède de grands principes», ajoutant que le nageur avait reçu un énorme choc en apprenant la nouvelle. Il a tenu à préciser qu'il y avait «une différence entre un contrôle positif et un résultat anormal.» Par ailleurs, il a déclaré qu'il ignorait «la source de la fuite» qui avait révélé l'affaire mais qu'il pensait que «la FINA (Fédération internationale) avait quelquechose à y voir.»

Le 30 MARS : Natation : Dopage - Une affaire Thorpe ? (Source : "lequipe.fr")

Information L'Equipe : Le nageur australien Ian Thorpe, 24 ans, détenteur de cinq titres olympiques, onze titres mondiaux et vingt-trois records du monde, aujourd'hui retraité, a subi en mai 2006 un contrôle antidopage ayant révélé des valeurs anormales de testostérone et d'hormone lutéinisante (LH), toutes deux inscrites dans la liste des produits interdits.

Après instruction de son dossier analytique, renforcé par des analyses supplémentaires, l'Agence australienne antidopage (ASADA) a décidé de classer sans suite cette affaire, faute de certitudes scientifiques. Un avis que ne partage pas la Fédération internationale de natation (FINA), qui, comme le Code mondial lui en donne le droit, vient de faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) afin de relancer l'instruction du dossier Ian Thorpe.

Le TAS, s'il accède à cette demande, génèrerait bien évidemment un certain malaise autour du fantastique champion que fut le nageur australien. Une suspicion qui pourrait s'avérer inutile, en dépit de résultats analytiques troublants, puisqu'en l'état actuel des connaissances scientifiques, il n'existe guère de moyens d'aller plus loin sur ce dossier. A moins que la FINA ne possède d'autres éléments à charge.

Le 23 MARS : Rugby : le demi de mêlée australien George Gregan signe à Toulon (Source : "senactu.info")

Le demi de mêlée et capitaine de l’équipe d’Australie George Gregan, détenteur du record mondial de sélections (127), s’est engagé avec le Rugby Club Toulonnais (Pro D2) pour la saison 2007-2008, a annoncé jeudi le RCT.
Gregan aura 34 ans le 19 avril prochain. Il rejoindra Toulon après la Coupe du monde, organisée en France du 7 septembre au 20 octobre.

Le natif de Lusaka, en Zambie, a été champion du monde en 1999 sous les ordres de Tim Lane, qui est aujourd’hui le manager général du RCT. Il a aussi remporté à deux reprises (2000, 2001) le Tri-Nations, le tournoi qui oppose l’Australie à la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud.

Il détient également le record de capitanats (58) chez les Wallabies.

Gregan porte actuellement les couleurs des ACT Brumbies, l’équipe de la province de Canberra, la capitale australienne. Avec cette formation, il a remporté le championnat des provinces de l’hémisphère Sud (super-12 devenu super-14) en 2001 et 2004.

Son arrivée est un nouveau coup médiatique réussi par le président de Toulon Mourad Boudjellal, qui avait surpris tout le monde en faisant venir à ses frais l’ancien capitaine des All Blacks Tana Umaga pour une pige de sept matches cet automne.

Ce pari à 350.000 euros avait été couronné de succès sur le plan sportif, puisque le RCT avait remporté ces sept rencontres et était remonté de la 9e à la 3e place de la Pro D2.

Le coût de la venue de l’Australien n’a pas été dévoilée, mais il devrait être similaire selon les observateurs.

A sept journées de la fin de la phase régulière, Toulon occupe la 2e place de la Pro D2, à 17 points du leader, Auch. Le club varois devra probablement passer par les demi-finales d’accession pour espérer réintégrer le Top 14, qu’il a quitté en fin de saison dernière.

Le 14 MARS : Formule 1 : Le GP d’Australie de nuit, c’est possible ! Les organisateurs y songent (Source : "f1-action.net")

Il y a quelques jours, Bernie Ecclestone a confirmé qu’il voulait ajouter plusieurs courses de nuit, précisant que cela serait bien en Australie. Les organisateurs du Grand Prix ont vite répondu : ils sont prêts à envisager une course de nuit dans le futur !

« Nous allons regarder ça et quand Bernie viendra, nous allons en parler avec lui, » a déclaré Ron Walker, le patron du circuit, au journal australien The Age. « Il ne m’a pas dit ce que nous devons faire. C’est une option. Ce n’est absolument pas un fait accompli. Il y a des problèmes de puissance sur l’Albert Park. Ils faudrait beaucoup de kilowatts pour éclairer la piste pour les pilotes. »

Il précise que la course de Singapour serait un fantastique test grandeur nature, si elle a lieu. Des courses de nuit dans cette région du monde permettraient de les mettre à des horaires plus favorables en Europe : « Bernie veut clairement des courses plus faciles à retransmettre à la télé en Europe et aux Etats-Unis, » confirme Walker.

Il a également cité le succès des maths de l’Open d’Australie en tennis, la première manche des tournois du Grand Chelem. La finale a lieu de nuit, ce qui permet une diffusion dans la journée en Europe...

Le 12 MARS : Soccer : Van Gaal négocie avec l’Australie (Source : "goal.com")

La Fédération de football australienne a confirmé qu’elle est entrée en pourparler avec Van Gaal.

L’ancien entraîneur de l’Ajax d’Amsterdam et du FC Barcelone n’a toujours pas décidé quel sera son choix : « Je suis toujours très intéressé par de bonnes propositions et je pense que celle de l’Australie en est une. Ce job serait très excitant car j’ai manqué le Mondial avec les Pays-Bas en 2002 et j’aimerai participer à une Coupe du Monde ».

Toutefois, Van Gaal dispose de plusieurs autres choix et pour l’instant, il préfère réfléchir avant de donner sa réponse : « J’ai d’autres options, donc je dois me décider car je veux gagner et je pense qu’il est impossible de remporter une Coupe du Monde avec l’Australie ».

Ainsi, le technicien hollandais montre ouvertement son envie de prendre en main une équipe nationale plus blasonnée : « Je veux gagner la Coupe du Monde et peut être qu'il y a d’autres équipes plus fortes car l’Australie est assez faible. Elle n’est pas du niveau de l’Argentine ou de l’Espagne par exemple ».

Le 12 MARS : Cricket : Coupe du Monde : L'Australie monument en péril (Source : "lequipe.fr")

L'événement passe inaperçu en France mais suscite beaucoup d'intérêt dans les différents pays anglo-saxons : la neuvième Coupe du monde de cricket a débuté dimanche (cérémonie d'ouverture) en Jamaïque. Le premier match du tournoi - entre les Antilles Britanniques et le Pakistan - a lieu mardi.

Pour la première fois, la compétition est organisée aux Antilles. Les différents sites sont Saint-Kitts et Nevis, Trinidad et Tobago, Sainte-Lucie, la Jamaïque, Antigua et Barbuda, la Barbade, Grenade et le Guyana. Seize équipes sont engagées et réparties dans quatre groupes de quatre au premier tour. Les deux premiers se qualifient pour le Super 8 d'où sortiront les quatre demi-finalistes. La finale aura lieu le 24 avril à la Barbade.

La grande question qui se pose est de savoir si l'Australie va conserver le titre mondial. Les Aussies ont connu un début d'année 2007 mitigé. Après avoir brillamment remporté la série des Ashes contre l'Angleterre en format test-match (*), ils ont perdu un tournoi triangulaire ODI (*) avec la Nouvelle-Zélande et la même Angleterre. Conséquence : l'Australie a cédé sa place de n°1 mondial, occupée depuis de nombreuses années, au classement ODI . C'est désormais l'Afrique du Sud qui est en tête.

L'Australie doit également composer avec l'absence de plusieurs joueurs pour cause de blessures : Andrew Symonds, Brett Lee et Matthew Hayden. Et le légendaire Shane Warne, utilisé seulement en test-match depuis trois ans, a mis un terme à sa carrière cet hiver. Dans ce contexte, de nombreux pays nourrissent des ambitions : l'Afrique du Sud, confortée par son nouveau statut, mais aussi la Nouvelle-Zélande, les Antilles britanniques (qui rêvent d'être la première équipe organisatrice à l'emporter) ou encore le Pakistan (pourtant affaibli par la blessure à la dernière minute de sa vedette Shoaib Akhtar).

Le premier tour :
Groupe A : Australie, Afrique du Sud, Ecosse, Pays-Bas.
Groupe B : Sri Lanka, Inde, Bangladesh, Bermudes.
Groupe C : Nouvelle-Zélande, Angleterre, Kenya, Canada.
Groupe D : Pakistan, Antilles britanniques, Zimbabwe, Irlande.
Les deux premières équipes sont qualifiées pour le Super 8.

Le palmarès
1975 : Antilles britanniques. 1979 : Antilles britanniques. 1983 : Inde. 1987 : Australie. 1992 : Pakistan. 1996 : Sri Lanka. 1999 : Australie. 2003 : Australie.

(*) : Il y a deux formats de match au cricket : le test-match qui oppose deux équipes sur cinq jours et le one-day-international (ODI) qui se déroule sur une après-midi. Le test-match est la version historique du cricket, alors que l'ODI a fait son apparition récemment pour aider à une meilleure diffusion de la discipline. C'est cette dernière formule qui est utilisée en Coupe du monde.

Le 5 MARS : Natation : Manaudou est en Australie (Source : "eurosport.fr")

La championne olympique et du monde du 400 m nage libre Laure Manaudou a posé ses bagages en Australie pour affûter sa préparation pour les Championnats du monde qui débutent le 25 mars à Melbourne.

Manaudou, accompagnée de son entraîneur Philippe Lucas et de ses deux coéquipiers de club, Esther Baron et Nicolas Rostoucher, s'est installée samedi à Gold Coast, lieu de préparation terminale, où le reste de l'équipe de France la rejoindra vendredi.

A J-20 du rendez-vous, Alena Popchanka, Hugues Duboscq, Aurore Mongel et Amaury Leveaux sont déjà sur l'île continent. Les deux premiers terminent leur préparation à Runaway Bay alors que les deux autres sont à Perth. Le dernier à rejoindre l'Australie sera Sébastien Rouault en provenance directe des Etats-Unis. Toute l'équipe de France partira pour Melbourne quatre jours avant le début des épreuves de natation course.

Le 25 FEVRIER : Football : Houllier futur coach des Socceroos ? (Source : "francefootball.fr")

Gérard Houllier serait le candidat favori de la Fédération australienne pour devenir l'entraîneur de l'équipe nationale. C'est ce qu'affirme samedi le Sunday Telegraph de Sydney.

Le journal précise que l'entraîneur de l'Olympique lyonnais prendrait les commandes de l'équipe australienne à temps partiel, comme l'avait fait le Néerlandais Guus Hiddink lors de la Coupe du monde 2006. Hiddink avait continué à entraîner le PSV Eindhoven tout en se chargeant des Socceroos.

Le directeur général de la Fédération australienne, Ben Buckley, a évoqué des «discussions avec certains candidats». «Mais rien n'en est encore ressorti. Nous sommes encore bien loin de sélectionner une personne», a-t-il déclaré au Sunday Telegraph. «Dans l'idéal, nous aimerions quelqu'un à plein temps», a-t-il ajouté.

Le 25 FEVRIER : Football : Houllier à la tête des Socceroos ? (Source : "goal.com")

Gérard Houllier serait le candidat favori pour devenir le sélectionneur de l'Australie après l'Asian Cup en juillet.

Le Sunday Telegraph rapporte des rumeurs selon lesquelles le lyonnais s'est vu offrir un contrat semblable à celui d'Hiddink afin de cumuler club et sélection. Le contrat d'Houllier avec Lyon expire cet été, ce qui lui permettrait de négocier une clause de son prochain contrat afin de s'occuper aussi de la sélection. Les Socceroos sont actuellement entraînés par Graham Arnold qui pourrait devenir l'adjoint du français pour les qualifications en vue de la Coupe du Monde 2010.

La nouvelle a été démentie par le président éxécutif de la Fédération Australienne Ben Buckley : "On a eu des discussions avec des candidats mais rien n'est fait et on est encore loin d'avoir choisi. Ca sera long, on dresse une liste de candidats potentiels. L'idéal serait quelqu'un à plein-temps qui pourrait entièrement se dédier à sa tâche".

Le 23 FEVRIER : Natation : AstralPool emmène en Australie la piscine provisoire la plus profonde jamais construite: 3 mètres de profondeur ! (Source : "eurospapoolnews.com")

À la fin de l’Open d’Australie, le compte à rebours pour les Championnats de Melbourne 2007 dans le Road Laver Arena, a commencé.
AstralPool a envoyé de l’Espagne vers l’Australie, 51 conteneurs de matériel pour le montage de la piscine, vedette incontestable des XIIe Championnats du Monde de Natation. En outre, le 3 février dernier, 27 employés d’AstralPool ont quitté Barcelone pour se rendre à Melbourne afin de mener à terme cet ouvrage.
Les travaux d’installation ont démarré le 8 février 2007 avec le marquage de la piscine sur le sol du stade par les topographes.
La technologie “Skypool” utilise des panneaux indépendants d’acier galvanisé à chaud. Grâce à cette technologie homologuée et entièrement développée par AstralPool, la piscine peut être installée sans fixer une seule vis sur le sol du stade.
Le 9 février dernier, Monsieur James Merlino, Président du Stade de Victoria, a posé le premier des plus de 200 panneaux d’acier galvanisé qui seront utilisés pour le montage.
La date d’achèvement de la piscine est prévue pour le 5 mars prochain.
(NDLR : La compétition aura lieu entre le 17 mars et le 1er avril et le démontage de la piscine entre le 2 et le 17 avril)

Le 20 FEVRIER : Soccer : Melbourne champion (Source : "francefootball.fr")

L'équipe des Melbourne Victory a facilement dominé le Adélaïde FC (6-0), lors de la finale 2007 de la Hyundai A-League qui s'est déroulée dimanche soir à Sydney. L'attaquant vedette de Melbourne, Archie Thompson, a été le grand artisan de la victoire en marquantt à 5 reprises, dont 3 fois en vingt minutes lors de la première mi-temps. A 28 ans, l'international australien (il compte une vingtaine de sélections), aperçu à Lierse et au PSV Eindhoven, a été désigné meilleur joueur du match et du championnat.

Melbourne s'adjuge le trophée après avoir déjà écrasé la saison régulière en terminant avec 12 points d'avance sur ses poursuivants et succède au Sydney FC, éliminé en demi-finales cette année. L'effet Socceroos lié au succès de la sélection l'été dernier en Allemagne semble avoir eu des effets bénéfiques pour la A-League, qui pour sa deuxième édition a annoncé une audience en hausse de 20 % dans les stades. La finale s'est jouée devant plus de 55 000 spectateurs, malgré l'absence du club local.

Le 4 FEVRIER : L’Australie lorgne sur Klinsmann (Source : "goal.com")

La fédération australienne de football cherche un sélectionneur expérimenté en vue de préparer au mieux la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud.

Les membres de la FFA auraient rencontré l’ancien entraîneur des demi-finalistes de la dernière Coupe du Monde dans un restaurant à Los Angeles. Si la FFA a refusé de commenter ce rendez-vous, une source australienne a déclaré : « La rencontre a eu lieu pour parler de business, pas autre chose ».

L’actuel sélectionneur, Graham Arnold, devrait diriger les Socceroos jusqu’à la fin de l’été. Selon toute vraisemblance, il sera à la tête de l’Australie pour la prochaine Coupe d’Asie des Nations. Après cette compétition, l'Allemand pourrait devenir officiellement le prochain entraîneur

Suivez le Super 14 2007 en cliquant sur le bouton suivant :

Le 21 JANVIER : Handball-Mondial : la France ne fait qu'une bouchée de l'Australie (Source : "http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/sports")

L'équipe de France de handball a réalisé un festival offensif pour battre l'Australie 47-10 dimanche, gagnant ainsi logiquement sa place pour le tour principal du championnat du monde.

Les Français, champions d'Europe en titre, avaient battu l'Ukraine (32-21) la veille pour leur entrée en lice et disputeront la première place de la poule à l'Islande lundi. Les Islandais affrontaient les Ukrainiens un peu plus tard dimanche.

Les amateurs australiens se sont constamment heurtés sur le mur de la défense tricolore et leur inexpérience les a condamnés à une défaite humiliante face à l'un des poids lourds du handball mondial. Les Français ne leur ont jamais facilité la tâche et leur courage leur a tout de même permis d'atteindre la barre des 10 buts.

Cette promenade de santé a permis à Claude Onesta de donner du temps de jeu à chacun et l'entraîneur a pu constater que ses hommes savaient rester concentrés même dans ce type de match à sens unique.

"Les joueurs ont relevé le défi qu'on leur avait lancé de rester mobilisés du début à la fin", s'est-il satisfait. "C'est très bien, il n'y a pas de joueurs qui sont passés à travers."

Onesta avait demandé à ses troupes d'aborder le match avec sérieux en dépit du faible pedigree des Australiens. Titularisé dans les cages à la place de Thierry Omeyer, laissé au repos, Daouda Karaboué donnait le ton en arrêtant d'entrée un tir de Lee Schofield.

Malchanceux, les Australiens perdaient rapidement sur blessure l'une de leurs pièces maîtresses, Milan Slavujevic, apparemment touché au genou.

Jérôme Fernandez et Sébastien Bosquet marquaient les deux premiers buts du match, et c'était ensuite une déferlante tricolore qui s'abattait sur les Australiens, incapables de la surfer.

Face à des adversaires intimidés, les Français multipliaient les interceptions de balle et Luc Abalo s'en donnait à coeur joie. A la 10e minute, un nouveau but du joueur d'Ivry donnait un avantage de 8 longueurs aux joueurs d'Onesta.

Les Australiens obtenaient alors un penalty et ouvraient enfin leur compteur, par Darryl McCormack (8-1, 10e), qui donnait des idées à son équipier Nemanja Subotic (9-2, 11e).

Les Français gardaient leur sérieux jusqu'à la fin de la mi-temps tout en gratifiant le public de la Bördelandhalle de quelques jolies combinaisons, pas toujours couronnées de succès d'ailleurs.

Trop naïfs, les Australiens se faisaient transpercer par les tirs des arrières français tandis que sur les ailes Abalo et Michaël Guigou soignaient leurs statistiques. Surclassée, l'Australie rejoignait les vestiaires avec un handicap de 20 buts (25-5, 30e).

En deuxième mi-temps, les Bleus ne se relâchaient pas et portaient leur avance à 30 buts grâce au joueur de Magdebourg Joël Abati (38-8, 48e), acclamé par son public.

En fin de match, la défense tricolore ne faisait pas de cadeau, mais les Australiens parvenaient tout de même à atteindre la barre des 10 buts grâce à Josh Parmenter, qui venait tromper Yohann Ploquin de près (44-10, 55e)

C'était le dernier but australien et les Français s'imposaient finalement avec une avance colossale de 37 buts.

Le 9 JANVIER : Rugby : Australie: Mauvaise blessure pour Latham (Source : "sports.fr")

Assurée de ne pas pouvoir compter en France sur les services de Mat Rogers, qui a choisi de revenir à ses premières amours du treize, la sélection australienne tremble désormais pour son arrière Chris Latham, blessé à un genou à l'entraînement avec son équipe des Queensland Reds et très incertain pour la Coupe du monde, qui débute en septembre prochain. Le meilleur joueur de l'année 2006 en Australie, Latham doit se soumettre à des examens approfondis afin de déterminer la durée exacte de son indisponibilité. Son opération semble toutefois inévitable.